Gare de Liège-Saint-Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gare de Liège-Palais)

Liège-Saint-Lambert
Image illustrative de l’article Gare de Liège-Saint-Lambert
Accès à la gare souterraine de Liège-Saint-Lambert.
Localisation
Pays Belgique
Ville Liège
Quartier administratif Centre
Adresse Rue Fond Saint-Servais
4000 Liège
Coordonnées géographiques 50° 38′ 47″ nord, 5° 34′ 15″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCB
Exploitant SNCB
Code UIC 88415257
Services InterCity (IC)
Suburbain (S)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 34, Liège à Hasselt
Voies 4
Quais 2 (centraux)
Altitude 79 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Liège-Saint-Lambert
Géolocalisation sur la carte : Liège
(Voir situation sur carte : Liège)
Liège-Saint-Lambert

La gare de Liège-Saint-Lambert, anciennement gare de Liège-Palais[1] (dite gare du Palais), est une gare ferroviaire belge de la ligne 34, de Liège à Hasselt, située près de la place Saint-Lambert et du Palais des Princes-Évêques, à proximité du centre-ville de la ville de Liège, capitale économique de la région wallonne et chef-lieu de la province de Liège.

Elle est mise en service en 1877 par les Chemins de fer de l'État belge. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), desservie par des trains InterCity (IC), Omnibus (L), d’Heure de pointe (P) ainsi que par les trains Suburbains (S) du RER liégeois.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

voies et quais de la gare semi-souterraine
La gare semi-souterraine.

Établie à 79 mètres d'altitude, la gare de Liège-Saint-Lambert est située au point kilométrique (PK) 3,20 de la ligne 34, de Liège à Hasselt, entre les gares ouvertes de Liège-Carré et de Herstal[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le projet définitif de la « station de Liège-Palais » est approuvé en 1867 par la ville de Liège. Dix années plus tard, le 1er septembre 1877, les nouvelles installations sont mises en service[3] lors de l'ouverture à l'exploitation de ligne de ceinture qui passe par le nouveau tunnel sous Pierreuse pour aller rejoindre la gare de Liège-Guillemins. Il s'agit alors d'une gare provisoire en bois, briques et bitume[4].

La ville décide de remplacer la gare provisoire lors de la préparation de l'Exposition universelle de Liège. La nouvelle station de « style gothique archéologique »[5] est dessinée par l'architecte Edmond Jamar en 1894[6].

En 1979, la gare de 1905 est détruite, dans le cadre d'un vaste projet de réaménagement de la place, pour laisser la place à une gare souterraine, avec une partie à ciel ouvert, mise en service en 1980. Le site est toujours en travaux et la gare dégradée et vandalisée, lorsqu'en 2007-2008 elle est rénovée pour un coût de 245 000 [4].

La gare prend le nom de Liège Saint-Lambert en septembre 2018[1].

Durant tout l'été 2019, cette gare fut entièrement fermée au trafic des trains ; les trains à destination de Liers et Liège-Saint-Lambert étant limités à Liège-Guillemins, en raison de travaux importants entre Liège-Guillemins et Herstal qui ont nécessité la fermeture de cette section de ligne[7].

La future gare[modifier | modifier le code]

Elle fera l'objet de modifications d'après le plan d'investissement SNCB 2018-2022[8]. Un nouveau bâtiment, beaucoup plus modeste que l'actuelle gare souterraine, sera construit sur l'actuel parking « Cadran » dans le courant de l'année 2018. Des accès aux quais existants par escalators et ascenseurs seront disponibles. L'actuelle gare sera fermée, son affectation est encore inconnue en février 2018[9].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[10] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours jusqu’à ce que la SNCB décide le sa fermeture partielle. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport.

Dessertes[modifier | modifier le code]

Liège-Saint-Lambert est desservie par des trains InterCity (IC), Suburbains (S), Omnibus (L) et Heure de pointe (P) de la SNCB[11].

En 2016, sa fréquentation était de 43 000 personnes/semaine[12].

En semaine[modifier | modifier le code]

Liège-Saint-Lambert possède six dessertes régulières cadencées à l’heure :

Il existe aussi quelques trains supplémentaires en heure de pointe :

  • un unique train S41 supplémentaire de Welkenraedt à Herstal (le matin) ;
  • un train P de Liège-Saint-Lambert à Bomal (vers midi) ;
  • un train P entre Rochefort-Jemelle et Liège-Saint-Lambert (le matin, retour l’après-midi) ;
  • un train S41 supplémentaire de Liège-Saint-Lambert à Eupen (l’après-midi).

Week-ends et jours fériés[modifier | modifier le code]

La desserte comprend six trains réguliers cadencés à l'heure (sauf les trains vers Marloie et le Luxembourg) :

Le dimanche soir, en période scolaire, un unique train P relie Arlon à Liège-Saint-Lambert.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules y est aménagé.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Projet[modifier | modifier le code]

Le projet d'ensemble du quartier et celui d'une nouvelle gare est plusieurs fois repoussé, l'échéance en 2011 est fixée au plus tôt en 2015[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les gares de Liège-Jonfosse et de Liège-Palais deviennent Liège-Carré et Liège-Saint-Lambert », sur belgiantrain.be, (consulté le ) : « [...] la SNCB a pris la décision de changer le nom de deux gares liégeoises, dès ce 3 septembre [...]. ».
  2. « Carte technique du réseau », sur Infrabel, (consulté le ).
  3. Site wittert.ulg.ac.be, Vanessa Krins, notice sur la photographie de Joseph Kirsch, Les travaux du chemin de fer de la petite ceinture dans le quartier Saint-Servais (vers 1877). lire (consulté le 12 mars 2012).
  4. a et b Site belgacom.net La gare du Palais et le Cardan lire (consulté le 12 mars 2012).
  5. Christine Renardy, Liège et l'Exposition universelle de 1905, Renaissance Du Livre, 2005 (ISBN 9782874154959), p. 189.
  6. Christine Renardy, Liège et l'Exposition universelle de 1905, Renaissance Du Livre, 2005 (ISBN 9782874154959), p. 207.
  7. « Travaux entre Liège-Guillemins et Herstal », sur www.belgiantrain.be (consulté le ).
  8. « Baptiser les gares «Liège-St-Lambert» et «Liège-Carré», un cache-misère? », Communes, régions, Belgique, monde, sports – Toute l'actu 24h/24 sur Lavenir.net,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Source : informations agents INFRABEL.
  10. « SNCB - Liège Saint-Lambert », sur belgianrail.be (consulté le ).
  11. « Brochures de ligne », sur www.belgiantrain.be, (consulté le ).
  12. source : agent Publifer.
  13. Site dhnet.be, Pas de gare avant 2015 lire (consulté le 12 mars 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Terminus
ou Liers
Terminus
ou Herstal
IC Liège-Carré Mouscron
ou Charleroi-Sud
ou Mons
Terminus Terminus IC
(en semaine)
Liège-Carré Bruxelles-Midi
ou Tournai
Liers Herstal IC
(week-ends et fériés)
Liège-Carré Luxembourg
Anvers-Central
ou Hasselt
Herstal IC
(week-ends et fériés)
Liège-Carré Liège-Guillemins
Herstal Herstal S
(week-ends et fériés)
Liège-Carré Verviers-Central
Terminus Terminus S
(en semaine)
Liège-Carré Verviers-Central
ou Welkenraedt
ou Eupen
Liers Herstal S Liège-Carré Flémalle-Haute
Hasselt Herstal S
(en semaine)
Liège-Carré Maastricht
Terminus Terminus P
(en semaine)
Liège-Carré Bomal