Gare de L'Hermitage - Mordelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Hermitage - Mordelles
Image illustrative de l'article Gare de L'Hermitage - Mordelles
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Communes L'Hermitage
Adresse Rue de la Gare
35590 L'Hermitage
Coordonnées géographiques 48° 07′ 23″ nord, 1° 49′ 09″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Bretagne
Fret
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Montparnasse à Brest
Voies 2 (+ voies de service et fret)
Quais 2
Zone Unipass zone 1
Altitude 45 m
Historique
Mise en service
Architecte Compagnie de l'Ouest
Correspondances
Bus (BUS) 53 153ex

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
L'Hermitage - Mordelles

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
L'Hermitage - Mordelles

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
L'Hermitage - Mordelles

La gare de L'Hermitage - Mordelles est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, située sur le territoire de la commune de L'Hermitage, canton de Mordelles, dans le département d'Ille-et-Vilaine, en région Bretagne.

Elle est une station lorsqu'elle est mise en service en 1863 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains express régionaux TER Bretagne et également une gare marchandises. Elle est établie à onze kilomètres à l'ouest de la gare de Rennes.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 45 mètres d'altitude, la gare de L'Hermitage - Mordelles est située au point kilométrique (PK) 385,104 de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, entre les gares de Rennes et de Breteil[1].

La gare dispose de plusieurs voies de service[2] et elle est également le point d'embranchement de deux installations terminales embranchées (ITE)[3] (dit aussi embranchement particulier (EP)) : l'EP de la ZI de l'Hermitage et l'EP Bridel[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de L'Hermitage est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Rennes à Guingamp de sa ligne de Rennes à Brest[5].

Établie à 11 kilomètres à l'ouest de Rennes, cette première station intermédiaire est située sur la petite commune de L'Hermitage, qui compte seulement 450 habitants[6]. Mais elle dispose également d'une situation centrale pour les communes de Cintré, Le Rheu, Pacé, Saint-Gilles, Clayes et La Chapelle-Thouarault[7]. Elle dispose d'un bâtiment voyageurs dû à la Compagnie de l'Ouest, bien que la ligne ait été construite par l'État[5].

En 1881, la superficie utile de la plateforme de la gare est agrandie par l'apport de 25 000 m3 de terres établis en remblais. Cette terre vient de travaux effectués en gare de Rennes sur les talus situés au sud du bâtiment voyageurs[8].

En 1911, la laiterie de L'Hermitage (devenue Bridel) s'installe à proximité de la gare et un embranchement est créé pour la relier au réseau[9]. En 1933, un pont bascule de 40−60 tonnes est installé en gare[10]. L'année suivante, neuf voies de garage sont posées pour stocker des wagons en attente de réparations[11].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la gare est plusieurs fois la cible d'actions des Francs-Tireurs et Partisans français (FTPF), notamment en 1943 où ils provoquent le déraillement d'un train de marchandises[12].

En 1983, la voie 1 est équipée d'un appareil de voie permettant une entrée directe sur les voies de service impaires et l'EP de la ZI de l'Hermitage[11].

Dans les années 2010, des travaux sont effectués dans le cadre de l'amélioration de l'augmentation de la vitesse des trains entre Rennes et Brest. En 2012, compte tenu du passage de trains sans arrêt à 190 km/h, un passage souterrain pour piétons est construit. Ce chantier est imposé par la législation qui interdit l'utilisation de passages à niveau pour piétons lorsque la vitesse de franchissement d'une gare est supérieure à 160 km/h. Ce passage sous voies est équipé de deux escaliers et deux ascenseurs, pour l'accessibilité des personnes à mobilité réduite[13]. Ces travaux sont complétés par la reprise des quais, l'installation d'un nouveau mobilier (dont de nouveaux abris), la rénovation du bâtiment voyageurs, l'installation d'un abri sécurisé pour les vélos et de l'aménagement de ses abords[14].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

en 2008, l'ancien bâtiment voyageurs au soleil couchant, les quais, les voies et l'ancien passage de niveau remplacé depuis par un souterrain.
La gare en 2008, avant la construction du passage souterrain.

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert du lundi au vendredi, et fermé samedi, dimanche et fêtes. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport TER[15].

Un passage souterrain, avec ascenseurs, permet la traversée des voies et l'accès aux quais[14].

Desserte[modifier | modifier le code]

L'Hermitage - Mordelles est une gare régionale desservie par des trains TER Bretagne de la relation Rennes – La Brohinière – Saint-Brieuc[15].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos (abri sécurisé[14] de 10 places) et un parking pour véhicules y sont aménagés[15].

À environ 150 mètres, l'arrêt L'Hermitage Gare, situé rue de la Poste à proximité du croisement avec la rue de la Gare, est desservi par des bus du réseau des Autobus de Rennes (lignes 53 et 153ex)[16].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

La gare dispose de deux installations terminales embranchées (ITE), en activités[3], et de voies de services[2].

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le patrimoine ferroviaire de la gare comprend le bâtiment voyageurs, construit par la Compagnie de l'Ouest en 1863[5], amputé de son fronton horloge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [420/5] Rennes - Guimgamp », p. 154.
  2. a et b Document de référence du réseau ferré national - horaire de service 2017 : Annexe 4.6 - Localisation des voies de service, SNCF Réseau, , 15 p. (lire en ligne), p. 5.
  3. a et b Document de référence du réseau ferré national - horaire de service 2017 : Annexe 4.4 - Localisation des installations terminales embranchées, SNCF Réseau, , 22 p. (lire en ligne), p. 8.
  4. « Gare de L'Hermitage », sur Commons, (consulté le 20 juillet 2016).
  5. a, b et c François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Palau, , 221 p. (ISBN 2-950-942-12-1), « 6.21. Rennes-Guingamp : 7 septembre 1863 », p. 208-209.
  6. Pol de Courcy, 1864, p. 2.
  7. Pol de Courcy, 1864, p. 3.
  8. Conseil général d'Ille-et-Vilaine, « Chemins de fer », Rapports et délibérations,‎ , p. 199 (lire en ligne).
  9. « Laiterie Bridel : L'Hermitage », sur Topic Topos (consulté le 19 juillet 2016).
  10. Conseil général d'Ille-et-Vilaine, « Chemins de fer », Rapports et délibérations,‎ , p. 285 (lire en ligne).
  11. a et b Jean-Pierre Nennig, 2010, p. 89.
  12. « Mordelles sous l'occupation allemande », sur lemordelais.fr, (consulté le 21 juillet 2016).
  13. Mairie de L'Hermitage, « Construction d'un passage souterrain pour piétons en gare de L'Hermitage / Mordelles », L'Hermitage hebdo, no 1160,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF]).
  14. a, b et c « Comité de lignes Brocéliande - Penthièvre : La modernisation des gares », (consulté le 20 juillet 2016).
  15. a, b et c « Services & Gares / Gare L'Hermitage-Mordelles », sur SNCF TER Bretagne (consulté le 19 juillet 2016).
  16. « Fiches horaires et plans », sur STAR (consulté le 21 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pol de Courcy, De Rennes à Brest et à Saint-Malo : Itinéraire descriptif et historique, Paris, Hachette et C(ie), coll. « Guides-Joanne », , 421 p. (lire en ligne), p. 2-3,
  • Jean-Pierre Nennig, Le chemin de fer de Bretagne Nord : De Rennes à Brest par Lamballe, Saint-Brieuc et Guingamp et ses embranchements vers Saint-Malo, Dinard, Dinan, Dol-de-Bretagne, Ploërmel, Le Légué, Pontivy, Carhaix, Paimpol, Lannion, Roscoff, Pornichet, JPN Éditions, coll. « Archéologie ferroviaire », , 272 p. (ISBN 2-9519898-6-5, EAN 978-2-9519898-6-3, notice BnF no FRBNF42130680), chap. 16 (« La Brohinière - Ploërmel »), p. 195-202.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
La Brohinière
ou Saint-Brieuc
Breteil
ou Montfort-sur-Meu
TER Bretagne Rennes Rennes