Gare de Deuil - Montmagny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deuil - Montmagny
Image illustrative de l'article Gare de Deuil - Montmagny
Entrée du bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Deuil-la-Barre
Adresse Avenue du Commandant Manoukian
95360 Montmagny
Coordonnées géographiques 48° 58′ 33″ nord, 2° 20′ 17″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TransilienLigne H du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Épinay - Villetaneuse au Tréport - Mers
Quais 2 quais latéraux
encadrant 2 voies
Zone 4 (tarification Île-de-France)
Altitude 51 m
Correspondances
Bus RATP (BUS) RATP 256 337

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Deuil - Montmagny

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Deuil - Montmagny

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

(Voir situation sur carte : Val-d'Oise)
Deuil - Montmagny

La gare de Deuil - Montmagny est une gare ferroviaire française de la ligne d'Épinay-Villetaneuse au Tréport-Mers, située dans la commune de Deuil-la-Barre, à la limite de Montmagny (département du Val-d'Oise). Elle est l'une des deux gares de Deuil-la-Barre, la seconde étant la gare de La Barre - Ormesson au sud de la ville.

Ouverte en 1877 par la Compagnie des chemins de fer du Nord, c'est aujourd'hui une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains de la ligne H du Transilien (réseau Paris-Nord). Elle se situe à une distance de 11,5 km de la gare de Paris-Nord.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Deuil - Montmagny est située au niveau du sol naturel, à l'est du centre-ville. Établie à 51 m d'altitude[1], elle se situe au point kilométrique (PK) 11,529 de la ligne d'Épinay-Villetaneuse au Tréport-Mers (PK 0 à Paris-Nord). Elle constitue le premier point d'arrêt de la ligne après la bifurcation d'Épinay - Villetaneuse et précède la gare de Groslay.


Vue des quais et des voies en regardant vers la gare de Montsoult - Maffliers.
Vue des quais et des voies en regardant vers la gare de Montsoult - Maffliers.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne entre Épinay - Villetaneuse et Persan - Beaumont via Montsoult - Maffliers est ouverte par la Compagnie des chemins de fer du Nord le , l'embranchement de Montsoult à Luzarches l'étant, lui, en 1880[2].

Le nombre de voyageurs quotidiens se situait entre 2 500 et 7 500 en 2002. La gare possède un parking gratuit de 145 places[3].

Services voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

En 2011, un guichet est ouvert tous les jours de h à h 5. Il est adapté pour les personnes handicapées, et dispose de boucles magnétiques pour personnes malentendantes. Des automates Transilien sont également disponibles. Une boîte aux lettres est située à l'extérieur[4].

Un parc relais gratuit de 145 places est aménagé pour les véhicules[3].

Desserte[modifier | modifier le code]

En 2012, la gare est desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Nord (ligne H) desservant la ligne de Persan-Beaumont via Montsoult-Maffliers, à raison (par sens) d'un train toutes les 15 minutes aux heures creuses, de 6 à 8 trains par heure aux heures de pointe.

Les trajets sont assurés par des automotrices de type Z 50000 (Francilien). Le temps de trajet est d'environ 13 minutes depuis la gare de Paris-Nord[5].

Passage à niveau[modifier | modifier le code]

Vue du passage à niveau ouvert au sud-ouest de la gare.
Passage à niveau ouvert au sud-ouest de la gare.

Le passage à niveau no 4, situé au point kilométrique 11,446 de la ligne d'Épinay-Villetaneuse au Tréport-Mers, à proximité immédiate de la gare, est le plus accidentogène parmi les cinq cents que compte la région Île-de-France. Entre 1985 et juin 2010, ses barrières ont été brisées soixante-cinq fois. De plus, la proximité d'un lycée contribue à sa dangerosité[6].

Implanté en zone urbaine sur l'ex-RN 311 (actuelle D 311) et sur une ligne assez fréquentée (entre 8 et 10 trains par heure et par sens en pointe), il est de configuration à quatre demi-barrières (SAL 4). Il demeure le théâtre d'accidents réguliers[7],[8].

Sa suppression est régulièrement envisagée, mais du fait de sa localisation dans un espace urbain dense, les solutions sont peu nombreuses, imposant dans tous les cas des expropriations coûteuses. Un passage routier souterrain semble difficile à mettre en place (présence d'une canalisation de gaz sous la voie), de même qu’un pont enjambant les voies.

En 2009, Dominique Bussereau, alors Secrétaire d'État chargé des Transports s'était rendu sur place, constatant le réel besoin d’aménagement et soulignant le fait : « On peut encore faire des efforts en matière de signalisation mais c'est vraiment un problème de comportement des automobilistes et des piétons »[9].

La solution de la déviation parait la meilleure. En effet, cet aménagement routier sous la forme d'un passage souterrain devait voir le jour à l'horizon 2013 pour un coût de vingt-et-un millions d'euros, financés par le Conseil général du Val-d'Oise et devait permettre d’alléger de 80 % le trafic[10]. Toutefois le projet a été depuis abandonné et remplacé par un pont, solution plus économique permettant en outre la circulation des bus, mais dont la réalisation est repoussée à l'horizon 2018[11]. S'agissant des piétons, un passage souterrain ou une passerelle demeurent envisageables.

Le 8 octobre 2014, le premier radar de passage à niveau d'Île-de-France est mis en fonction afin de réduire les franchissements intempestifs lors de l'allumage du signal lumineux ou de la fermeture des barrières. Lors des dix premiers jours de fonctionnement, quinze infractions quotidiennes en moyenne ont été comptabilisées[12].

Depuis 2015, SNCF Réseau, est engagé dans un processus consistant à créer des voies publiques nouvelles et deux passages souterrains pour franchir les voies ferrées, le premier, sur place, pour les piétons et les vélos, le second, à environ 700 mètres au sud, pour les véhicules. Le budget est de 13,3 millions d'euros hors taxes aux conditions économiques de 2016. Une concertation s'est déroulée du au . Une enquête publique est prévue en 2018[13].

Correspondances[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les lignes de bus 256 et 337 du réseau de bus RATP.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Fiche IGN
  2. Michel Rival, Le Refoulons, p. 248
  3. a et b Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  4. Transilien - Gare de Deuil - Montmagny : services Transilien
  5. Transilien - Fiches horaires
  6. 20 minutes - Des passages franciliens ne sont pas à niveau, article du 22 juin 2010
  7. Frédéric Naizot, « Val-d'Oise : le train Paris-Beauvais percute deux véhicules sans faire de blessé », Le Parisien, édition Val-d'Oise,‎ (lire en ligne)
  8. « Nouvel accident au passage à niveau », dans Le Parisien, article du 7 juin 2013
  9. « C'est le passage à niveau le plus dangereux : Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, est venu annoncer hier matin les travaux de sécurisation de ce passage à niveau », Le Parisien, édition Val-d'Oise, vol. Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  10. « Nouvelle liaison routière à Deuil-la-Barre et Montmagny entre les RD 928 et 311 », sur http://formation.valdoise.fr, (consulté le 27 mai 2011)
  11. « Deuil-la-Barre : liaison D 311 - D 928, finalement se (sic) sera un pont et pas un tunnel » dans l’Écho régional, article du 21 mars 2013
  12. « Deuil-la-Barre : 15 infractions par jour au passage à niveau ! », article du 16 octobre 2014, sur Le Parisien, consulté le 20 décembre 2014.
  13. « Suppression du passage à niveau à Deuil-Montmagny », sur sncf-reseau.fr, article de 2016 mis à jour le (consulté le 25 août 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Luzarches
ou Persan - Beaumont
Groslay Transilien Ligne H du Transilien Épinay - Villetaneuse Paris-Nord