Gare de Coire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une gare image illustrant la Suisse
Cet article est une ébauche concernant une gare et la Suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Coire
Image illustrative de l'article Gare de Coire
Intérieur de la gare.
Localisation
Pays Suisse
Commune Coire
Adresse Place de la Gare
7000 Coire
Coordonnées géographiques 46° 51′ 12″ Nord 9° 31′ 48″ Est / 46.85334, 9.529894
Gestion et exploitation
Exploitant CFF, RhB
Services Intercity
Regio Express
Glacier Express
Caractéristiques
Ligne(s) Sargans à Coire
Landquart à Coire
Coire à Arosa
Voies 12 (+ voies de service)
Altitude 593 m
Historique
Mise en service 1er juillet 1858
Correspondances
Bus et cars voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Coire

Géolocalisation sur la carte : canton des Grisons

(Voir situation sur carte : canton des Grisons)
Coire

La gare de Coire (en allemand : Bahnhof Chur) est la gare ferroviaire principale de la ville de Coire, capitale du canton des Grisons, en Suisse. Elle offre la particularité d'intégrer le terminal d'une ligne à voie normale et le terminal d'un réseau à voie métrique.

Mise en service en 1858, c'est une gare des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) et des Chemins de fer rhétiques (RhB).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 593 mètres d'altitude, la gare de Coire est le terminus de la ligne de Sargans à Coire[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier train arrive à Coire le 30 juin 1858[2], lors de l'inauguration, par la Compagnie de l'Union-Suisse[3], de la section de Rheineck à Coire de la ligne de la vallée du Rhin[4]. Elle est mise en service le 1er juillet 1858[1] et devient ainsi la gare terminus de la ligne à écartement normal[4] de Rorschach à Coire[1]. Le bâtiment voyageurs de style néo-renaissance est ouvert en 1878[5].

Les Chemins de fer rhétiques (RhB), mettent en service la ligne à voie métrique de Coire à Thusis le 1er juillet 1896[1] et le 29 août de la même année la ligne de Coire à Landquart[1].

La ligne à voie métrique de Coire à Arosa est mise en service le 12 décembre 1914[1] par la Compagnie du chemin de fer Coire-Arosa (ChA), qui est absorbée par les Chemins de fer rhétiques en 1942.

En 2000 a lieu un concours d'urbanisme et d'architecture pour résoudre les problèmes dus à l'augmentation de la fréquentation de la gare. La solution trouvée consiste à réaménager l'ensemble du site en intégrant l'ancien bâtiment voyageurs, restauré et réaffecté pour le commerce et la restauration, et de nouvelles infrastructures à l'architecture minimaliste[5].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[6] SBB CFF FFS, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transports.

Desserte[modifier | modifier le code]

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Site christophe.lachenal Gare SBB-CFF et RhB de Chur/Coire lire (consulté le 4 février 2012).
  2. Site gps-tracks.com Dans le poste de conduite de l'Albula (consulté le 4 février 2012).
  3. « Compagnie de l'Union-Suisse » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne. (consulté le 4 février 2012)
  4. a et b Site brache.areale.ch Plate-forme sur les friches industrielles en Suisse : voie D et site E à Coire GR, Naissance et utilisation du site lire (consulté le 4 février 2012).
  5. a et b Site cff.ch Gare de Coire : Aménagement du bâtiment voyageurs et du quartier de la gare. lire (consulté le 4 février 2012)
  6. Site cff.ch Bienvenue en gare de Coire lire (consulté le 4 mars 2012).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Roland Arpagaus, Pius Stadler, « Ausbau Bahnhof Chur : Grossbaustelle mit komplexen Schnittstellen (Agrandissement de la gare de Coire : Un chantier de grande taille aux interfaces complexes) », dans Strasse und Verkehr, vol. 92, no 10, 2006 (ISSN 0039-2189), pp. 6-10

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]