Gare de Carmaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Carmaux
image illustrative de l’article Gare de Carmaux
Façade avant de la gare de Carmaux et son parvis rénové en 2017.
Localisation
Pays France
Commune Carmaux
Adresse Place Bir-Hakeim et de la France Libre
81400 Carmaux
Coordonnées géographiques 44° 02′ 55″ nord, 2° 09′ 07″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités de nuit
TER Occitanie
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Castelnaudary à Rodez
Carmaux à Vindrac (HS)
Voies 3 (+ voies de service)
Quais 2
Transit annuel 104 870 voyageurs (2014)
Altitude 241 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Carmaux

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Carmaux

Géolocalisation sur la carte : Tarn

(Voir situation sur carte : Tarn)
Carmaux

La gare de Carmaux est une gare ferroviaire française de la ligne de Castelnaudary à Rodez, située sur le territoire de la commune de Carmaux dans le département du Tarn en région Occitanie.

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des Intercités de nuit et des trains express régionaux du réseau TER Occitanie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 241 mètres d'altitude, la gare de Carmaux est située au point kilométrique 429,778 de la ligne de Castelnaudary à Rodez, entre les gares ouvertes d'Albi-Madeleine et de Tanus [1].

Ancienne gare de bifurcation, elle était également l'origine de la ligne de Carmaux à Vindrac fermée et déclassée depuis le 3 septembre 1953[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une première gare fut construite dans les années 1850, à l'initiative de la famille de Solages (alors propriétaires des mines de Carmaux), afin de résoudre les problèmes liés au transport du charbon. Les Solages obtinrent la concession de la ligne Albi-Carmaux en 1854. Le 9 novembre 1857, la gare de Carmaux accueillit le premier train de marchandises en direction d'Albi. Elle attira également de nouvelles industries, comme la verrerie Sainte-Clotilde (1862), située non loin d'elle.

La gare de Carmaux fut détruite par un incendie, puis reconstruite entre 1902 et 1905 (bâtiment actuel). Elle est constituée d'une ossature métallique, avec des murs en briques ornés par des fleurs en faïence.

Cette gare accueillit fréquemment Jean Jaurès, de retour de l'Assemblée nationale.

Le , le Centre Autorails de Carmaux reçoit le 1er autorail de la série X 2800 de la SNCF, l'X 2801. Le Centre Autorails de Carmaux est fermé en 1958 et ses autorails sont alors transférés à Toulouse.

En 2014, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 104 870 voyageurs[3].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Vue générale de la gare

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par des Intercités de nuit et par les TER Occitanie de la ligne 02 (Toulouse - Rodez)

Régiolis B 83527 à gauche et X 2102 à droite à Carmaux le 26 août 2015

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[4] (train massif seulement).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « (741+736) Tessionnières - Albi Rodez », p. 91.
  2. Journal Officiel de la République Française du 6 septembre 1953, p.7911.
  3. « Fréquentation en gares en 2014 – Carmaux », sur SNCF Open Data, traitement du 26 avril 2016 (onglet informations) (consulté le 3 novembre 2016).
  4. Site Fret SNCF : la gare de Carmaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Austerlitz Rodez Intercités de nuit
(week-ends et fériés)
Albi-Madeleine Albi-Ville
Toulouse-Matabiau Albi-Madeleine TER Occitanie Terminus
ou Tanus
ou Naucelle
Terminus
ou Rodez