Gare de Bondy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bondy (homonymie).
Bondy
Image illustrative de l'article Gare de Bondy
Bâtiment voyageurs et entrée principale de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Bondy
Adresse 1, place de la République
93140 Bondy
Coordonnées géographiques 48° 53′ 39″ N 2° 28′ 45″ E / 48.894058, 2.47909648° 53′ 39″ Nord 2° 28′ 45″ Est / 48.894058, 2.479096  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Services (RER)(E) / (T)(4)
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Est à Strasbourg-Ville
Bondy à Aulnay-sous-Bois
Voies 7
Quais 4 (dont 3 centraux)
Zone 3 (tarification Île-de-France)
Historique
Mise en service 5 juillet 1849
(station provisoire)
Ouverture 15 juillet 1999
(Gare du RER E)
18 novembre 2006
(Gare du tram-train (T4)
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Intermodalité

La gare de Bondy est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Est à Strasbourg-Ville et de Bondy à Aulnay-sous-Bois (dite ligne des Coquetiers), elle est située sur le territoire de la commune de Bondy, dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France.

Une station provisoire est mise en service en 1849 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg puis elle devient une gare du réseau de la Compagnie des chemins de fer de l'Est. En 1938, elle est intégrée dans le réseau ferré national de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). En 1999, elle devient une gare du réseau express régional d'Île-de-France (RER) et en 2006 l'un des terminus du premier tram-train mis en service en France qui prend le nom commercial de ligne 4 du tramway d'Île-de-France (T4).

C'est une gare de la SNCF desservie par des trains de la ligne E du Réseau express régional d'Île-de-France (RER) et de la ligne P du Transilien ainsi que par des tram-trains de la ligne 4 du tramway d'Île-de-France.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 50 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Bondy est située au point kilométrique (PK) 10,274 de la ligne de Paris-Est à Strasbourg-Ville, entre les gares de Noisy-le-Sec et du Raincy - Villemomble - Montfermeil ; elle est l'origine au PK 0,000 de la ligne de Bondy à Aulnay-sous-Bois (dite ligne des Coquetiers), avant la gare de Remise à Jorelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première gare[modifier | modifier le code]

Les premiers tracés de la section de Paris à Meaux de la ligne de Paris à Strasbourg ne prévoient pas de station entre celles prévues à Noisy-le-Sec et à Gagny. Lors de l'enquête publique ce choix est contesté par les habitants de Bondy qui argumentent sur un potentiel de voyageurs plus important pour une station établie sur leur commune. La Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg décida finalement d'y ouvrir une station provisoire[1].

Le bâtiment voyageurs vers 1900.
Intérieur de la gare vers 1900.

La station de Bondy est mise en service lors de l'ouverture à l'exploitation de cette section le 5 juillet 1849. L'Illustration, qui consacre un article à cette ouverture « sans cérémonie », revient sur la réputation sulfureuse de Bondy et de sa forêt infestée de brigands pour souligner que cet environnement a changé depuis qu'il y a, près de la station, un dépotoir avec « d'immenses réservoirs » où des trains circulant de nuit viennent déverser quotidiennement le produit des fosses d'aisances parisiennes[2]. Néanmoins, en 1852, les résultats de l'étude comparative de la fréquentation des stations de Noisy-le-Sec et de Bondy confirment un nombre plus important de voyageurs à Bondy. La Compagnie statue sur l'installation définitive de la station de Bondy et la conservation de celle de Noisy du fait qu'elle doit devenir une gare de bifurcation lors de l'ouverture de l'embranchement vers Mulhouse[1].

En 1868, Adolphe Joanne, dans son guide des environs de Paris illustrés, consacre un paragraphe à cette troisième station, de la ligne de Paris à Strasbourg, établie à un kilomètre du village, de 1 458 habitants. Des omnibus font le parcours pour 10 centimes. Il conseille d'aller se promener dans la forêt qui n'est plus fréquentée que par des chasseurs et des promeneurs, mais en évitant d'approcher le « dépotoir »[3]. En 1869, le trafic voyageurs de la gare est de 57 000 voyageurs[4].

Le 7 août 1875, Bondy devient une gare de bifurcation avec la mise en service de la voie unique de la ligne de Bondy à Aulnay qui permet de relier les réseaux de la Compagnie des chemins de fer de l'Est et de la Compagnie des chemins de fer du Nord. Bondy est l'un des terminus de la navette qui parcourt la ligne à raison de huit trains mixtes quotidiens en semaine et deux le dimanche[5].

Deuxième gare[modifier | modifier le code]

La destruction du bâtiment d'origine de la gare et la construction du nouveau bâtiment voyageurs interviennent sans doute peu de temps avant que la « gare du RER E de Bondy » soit mise en service, comme la ligne, le 15 juillet 1999. Elle est située sur la branche E2 de la ligne E du RER d'Île-de-France[6].

Train RER E à quai (en 2011)

En 2005, un passage souterrain pour l'accès aux quais est construit sous les voies de la gare[7]. Long de 42 mètres pour 4 m de large, il comporte, trois escaliers pour l'accès aux quais et un quatrième pour accéder à un local technique, ainsi que quatre ascenseurs pour l'accès aux niveau des quais[8].

Le projet de modernisation de la ligne de Bondy à Aulnay-sous-Bois (dite ligne des Coquetiers) aboutit à la réalisation d'un « Tram-train d'Aulnay à Bondy », premier de ce type en France[9]. Les nouveaux aménagements du terminus de Bondy sont inaugurés lors de la réouverture de la ligne par la SNCF le 18 novembre 2006, jour de l'inauguration du tram-train 01 qui exceptionnellement a pris son départ en gare de Paris-Est. Le service commercial prend le nom de ligne 4 du tramway d'Île-de-France (T4)[5].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle est accessible par l'entrée principale sur la place de la gare et une entrée secondaire, de l'autre côté des voies, route de Villemomble. Elle dispose d'un bâtiment voyageurs ouvert tous les jours et elle est équipée d'automates, pour l'achat de titres de transport Transilien et Grandes Lignes, et de panneaux d'information sur les départs et arrivées. On y trouve également plusieurs commerces : une boutique de presse Relay, une supérette et un magasin de vêtements[10].

Tram-train T4 à quai (en 2008)

Un souterrain permet l'accès aux quais RER et le passage sous les voies. Il est équipé d'ascenseurs permettant son utilisation par les personnes à mobilité réduite. Par contre, pour traverser les voies du tram-train (T4), il faut emprunter le passage aménagé à niveau. Il y a trois quais doubles dont deux sont uniquement desservis par le RER, le troisième étant partagé avec d'un côté la desserte RER et de l'autre la desserte tram-train T4 qui utilise également un quai latéral.

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare de Bondy est desservie :

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking relais, payant, pour les véhicules y sont aménagés[10]. Elle est desservie par les lignes 303, 346 et 546 (TUB : Transport urbain bondynois) du réseau de bus RATP ainsi que par les lignes 616a et 616b du réseau de bus TRA.

Galerie de phtographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Xavier Malvertis, « Création et réaménagement des stations », dans Banlieues, no 38-39 des Cahiers de la recherche architecturale, éditions Parenthèses, 1996 (ISBN 9782863648384), p. 100 extraits (consulté le 22 novembre 2013).
  2. « Ouverture du Chemin de fer de Paris à Strasbourg : section de Paris à Meaux », dans L'Illustration, nos 314 à 339, 1849, pp. 331-332 intégral (consulté le 22 novembre 2013)
  3. Adolphe Laurent Joanne, « Chemins de fer de l'Est - section XIV de Paris à Meaux : 3e station Bondy », dans Les environs de Paris illustrés, édition 2, L. Hachette et Cie, 1868, pp. 383-384 intégral (consulté le 22 novembre 2013).
  4. Noëlle Gérôme, Michel Margairaz, Métro, dépôts, réseaux: Territoires et personnels des transports parisiens au XXe siècle, Actes des journées d'étude, Aubervilliers, 21-22 novembre 1998, Publications de la Sorbonne, 2002 (ISBN 9782859444419), p. 56 extrait (consulté le 23 novembre 2013
  5. a et b Site atlas-patrimoine93.fr : Naissance du Tram-Train, dans la ligne des Coquetiers (1875-2006), De Bondy à Aulnay, un chemin de fer au service du développement local, Patrimoine en Saine-Saint-Denis, no 22, Conseil général de la Seine-Saint-Denis (consulté le 23 novembre 2013).
  6. « Gares RER E », dans Bilan LOTI du RER E (EOLE), Réseau ferré de France, 2006, p. 73 (consulté le 23 novembre 2013).
  7. Site leparisien.fr Derniers grands travaux pour le tram-train Bondy-Aulnay, publié le 29 juin 2005 (consulté le 25 novembre 2013).
  8. Site klekoon.com Appel d'offre : construction d'un passage souterrain en gare de Bondy. Travaux pour la réalisation d'un passage souterrain en béton armé de 4 m d'ouverture, 2,20 m de hauteur libre et 42 m de longueur intérieure, publié le 30 octobre 2004 (consulté le 25 novembre 2013).
  9. Site relay.fr Le premier tram-train de la SNCF inauguré samedi (consulté le 21 novembre 2013).
  10. a et b La gare de Bondy, sur le site officiel Transilien de la SNCF (consulté le 25 novembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Haussmann - Saint-Lazare E1 Noisy-le-Sec (RER) (E) Le Raincy - Villemomble - Montfermeil Chelles - Gournay E2
Terminus Terminus Non précisé Remise à Jorelle Aulnay-sous-Bois