Gare de Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gare de Bercy)
Aller à : navigation, rechercher
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne
Image illustrative de l'article Gare de Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne
Façade du bâtiment voyageurs, en 2016.
Localisation
Pays France
Commune Paris
Arrondissement 12e
Adresse 48 bis boulevard de Bercy
75012 Paris
Coordonnées géographiques 48° 50′ 21″ Nord, 2° 22′ 59″ Est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
TER Bourgogne
Auto-trains
Caractéristiques
Voies 6 voyageurs
10 de chargement d'automobiles
Transit annuel 6 millions de voyageurs
Zone 1 (tarification Île-de-France)
Historique
Mise en service 1977
Correspondances
Métro Bercy (M)(6)(14) (à pied)
Bus et Noctilien Voir Correspondances

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

Géolocalisation sur la carte : 12e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 12e arrondissement de Paris)
Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne

La gare de Paris-Bercy-Bourgogne-Pays d'Auvergne[1], anciennement gare de Bercy jusqu'au 13 septembre 2016, est une gare ferroviaire française, de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), située dans le quartier de Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris.

Elle constitue une annexe de Paris-Gare-de-Lyon, dont elle dépend administrativement, et dessert une partie du même réseau.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le service « auto-trains »[modifier | modifier le code]

Construite durant les années 1970, elle est spécialisée dans le service « auto-trains », qui prend en charge les véhicules des voyageurs (voitures, motos, scooters…) et les transporte jusqu'à une autre gare de type auto-trains. En juin 2001, à la suite de la fermeture du terminal de Tolbiac, la gare de Bercy récupéra les auto-trains du réseau SNCF Sud-Ouest. Courant 2002, les quatre trains de nuit quotidiens en provenance ou au départ de l'Italie, ainsi que des liaisons TER en direction du Morvan furent transférés dans cette gare. Enfin vers 2005, un train Transilien pour Montereau est mis en route du lundi au vendredi afin de créer une alternative à la saturation qui guette la gare de Lyon aux heures de pointe.

Développement de la gare[modifier | modifier le code]

Le marque un nouveau tournant dans l'histoire de la gare. La saturation de la gare de Lyon oblige la SNCF à reporter la majorité des TER Bourgogne et tous les trains Intercités pour Nevers sur ce site. Ainsi ne restent à Paris-Lyon que les TER omnibus pour Laroche - Migennes. En contrepartie, le service Transilien est exclu de Paris-Bercy.

Les différentes zones desservies en fonction de la gare d'origine, celle de la gare de Bercy est en bleu ciel.

En 2011, dans l'optique du développement de la gare, des travaux ont été réalisés : refonte de la signalétique, aménagement du hall chauffé avec installation d'un nouveau commerce (« eat shop ») et réaménagement du sol. Pour l'accès à la gare, des portes automatiques ont été installées.

Le , est intervenu le transfert des trains Paris - Clermont-Ferrand de la gare de Lyon à la gare de Bercy. Cette même date a marqué également la fin d'Artésia et des relations vers Venise qui se font dorénavant depuis la gare de Lyon par la compagnie privée Thello ; la gare perd donc son statut de gare internationale. Des TER circulent jusqu'à Lyon.

Un des quais de la gare.

Cette gare voit régulièrement partir ou arriver des trains supplémentaires, notamment des trains de groupes (scolaires, colonies de vacances, supporters…) assurés aussi bien en TGV qu'en trains Intercités. Elle peut servir de gare de délestage en cas de grosses perturbations ou de travaux en gare d'Austerlitz.

Depuis le 23 juillet 2012 et le lancement d'iDBUS par la SNCF, la gare a de nouvelles relations internationales, vers l'Europe du Nord et du Sud. Si le service donne satisfaction, des lignes supplémentaires devraient voir le jour vers d'autres grandes métropoles européennes.

En octobre 2012, des travaux d'aménagement piétonnier de l'esplanade de la gare ont été engagés avec création d'un flux voyageurs indépendant de l'espace taxis et du dépose minute pour plus de sécurité.

Arrivée des trains de la ligne Paris - Clermont-Ferrand[modifier | modifier le code]

L'origine/destination des rames Intercités de la ligne Paris - Clermont-Ferrand a été reportée de la gare de Lyon à celle de Paris-Bercy à l'occasion du service d'hiver 2011, débutant le 12 décembre 2010. La SNCF a indiqué que le changement était temporaire en raison du réaménagement de la plate-forme jaune et de l'agrandissement de Paris-Gare-de-Lyon. Le retour en gare de Lyon s'est fait le 3 juillet 2011 à l'occasion du service d'été 2011. Cependant, RFF et la SNCF ont indiqué que la gare de Bercy redeviendrait le terminus définitif de ces rames Intercités à compter du service annuel 2012, débutant le 11 décembre 2011, en justifiant l'impossibilité de les accueillir à la gare de Lyon à la suite de l'ouverture de la LGV Rhin-Rhône et du développement des TGV à destination du sud-est de la France.

Cette initiative a créé un vif émoi en Auvergne et fait l'objet d'une protestation officielle de René Souchon, président du Conseil régional d'Auvergne. Celui-ci juge que « cette gare secondaire n’apporte que des services et un confort restreints[2] ». Il n’a pas hésité à ajouter que « les Auvergnats se trouvaient « relégués » dans une simple gare annexe, une « sous-gare »[3] ». En mars 2014, le Conseil d'État a rejeté un pourvoi concernant le retour des trains Clermont-Paris en gare de Lyon, invoquant la saturation de la gare de Lyon en raison de contraintes d'exploitation et la décision de RFF d'attribuer des sillons sur le réseau ferré national, le transfert à Bercy étant « de nature à prévenir les aléas d'exploitation liés à cette saturation »[4].

En 2010, la gare accueillait quarante-huit trains par jour de semaine, soit 12 000 voyageurs quotidiens, 15 000 le vendredi. En 2014, à la suite du transfert des trains desservant l'Auvergne, elle accueillait en moyenne 13 200 voyageurs par jour pour une fréquentation de 59 trains par jour[5].

Auto-trains[modifier | modifier le code]

Cette gare autrefois utilisée dans le traitement des trains auto-couchettes avait été conçue à l'origine pour permettre aux voyageurs venant déposer leur voiture de prendre le train dans la même gare, ou à l'arrivée de retrouver leur véhicule sur place, ce qui n'était généralement pas possible dans les autres gares, faute d'installations adaptées.

Désormais, les trains au départ de Bercy ne sont composés que de wagons portes-autos, et des navettes sont à la disposition des voyageurs ayant laissé leur véhicule pour leur permettre de se rendre aux gares de Lyon et d'Austerlitz. Ils y emprunteront un train classique ou un TGV vers leur destination, où leur véhicule les attendra le lendemain matin.

Le service auto-train dessert les gares d'Avignon, de Biarritz, de Bordeaux, de Briançon, de Brive, de Fréjus-Saint-Raphaël, de Lyon, de Marseille, de Narbonne, de Nice, de Toulon et de Toulouse.

Autocars Ouibus[modifier | modifier le code]

Le 23 juillet 2012, la SNCF lance iDBUS[6], un service de cars entre Paris-Bercy et Londres, Bruxelles, Lille et Amsterdam. iDBUS est renommé Ouibus par la suite.

La gare retrouve le statut de gare internationale qu'elle avait perdu le , avec le transfert des trains Paris - Venise à Paris-Gare-de-Lyon.

Destinations[modifier | modifier le code]

Accueil.

Correspondances[modifier | modifier le code]

Services en gare[modifier | modifier le code]

La gare dispose de deux commerces « Snack », d'un kiosque de vente de journaux, d'un guichet pour la vente de billets, d'un espace « accueil », de toilettes (payantes) et également d'un salon d'attente au premier étage[8],[9].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Marc Carémantrant, « Paris-Bercy : la septième gare », Rail Passion, no 54,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Terminus Terminus Intercités Nevers
ou Clermont-Ferrand
Clermont-Ferrand
Terminus Terminus Intercités Montargis ou Nemours - Saint-Pierre Nevers
Terminus Terminus TER Bourgogne Sens Auxerre-Saint-Gervais
ou Clamecy
Terminus Terminus TER Bourgogne Sens Dijon-Ville
Terminus Terminus TER Bourgogne Sens Lyon Part-Dieu
Terminus Terminus TER Bourgogne Montereau ou Sens Avallon