Garde impériale (Second Empire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Garde impériale.

La Garde impériale fut rétablie par décret du 1er mai 1854 de Napoléon III. L'escadron des cent-gardes, créé par le décret du 24 mars 1854, n'en faisait pas partie.

Composition[modifier | modifier le code]

Décret du 1er mai 1854[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Elle comprend à l’origine :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Décret du 17 février 1855[modifier | modifier le code]

Le décret du 17 février 1855 ajoute :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Modifications de décembre 1855[modifier | modifier le code]

À cette date sont créés pour l'infanterie :

et pour la cavalerie :

Modification de 1865[modifier | modifier le code]

En 1865, après fusion des deux régiments de carabiniers de ligne rétablis en 1825, le nouveau régiment de carabiniers est incorporé à la Garde impériale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Guerre franco-allemande de 1870-1871[modifier | modifier le code]

Au début du conflit et jusqu'à la chute de l'empire, la garde impériale entre dans la composition de l'Armée du Rhin. Elle est alors commandée par le général de division Bourbaki, son chef d'état-major est le général d'Auvergne.

La composition de la garde impériale le 1er août 1870 est la suivante[1] :


1re division d'infanterie

sous les ordres du général de division Deligny


2e division d'infanterie

sous les ordres du général de division Picard


Division de cavalerie

sous les ordres du général de division Desvaux


Réserve d'artillerie

sous les ordres du colonel Clappier

  • Quatre batteries à cheval de 4
  • Parc d'artillerie : colonel de Vassoigne

Dissolution[modifier | modifier le code]

La Garde impériale fut dissoute à la chute de l'Empire. Toutefois, lors du siège de Paris, les dépôts de la Garde impériale constituèrent les unités suivantes :

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Lieutenant-colonel Rousset, Histoire générale de la guerre franco-allemande (1870-1871), Librairie Illustrée Paris, tome 1 pages 395 et 396.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Capitaine Richard : La Garde (1854-1870) illustré de 380 gravures dont 8 tirées en deux teintes et 8 en couleurs d'après les aquarelles de Charles Morel. Ancienne Librairie Furne- Société d'Edition et de Librairie 1898. 1 012 exemplaires numérotés.

Sur les autres projets Wikimedia :