Gamma Chamaeleontis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gamma Chamaeleontis
(γ Cha)
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 10h 35m 28,107s[1]
Déclinaison −78° 36′ 28,03″[1]
Constellation Caméléon
Magnitude apparente 4,12[2]

Localisation dans la constellation : Caméléon

(Voir situation dans la constellation : Caméléon)
Chamaeleon IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral K4III[3]
Indice U-B +1,94[2]
Indice B-V +1,57[2]
Variabilité suspectée[4]
Astrométrie
Vitesse radiale −22,4 ± 0,7 km/s[5]
Mouvement propre μα = −37,61 mas/a[1]
μδ = −22,4 mas/a[1]
Parallaxe 7,81 ± 0,12 mas[1]
Distance 418 ± 6 al
(128 ± 2 pc)
Magnitude absolue −1,43[6]
Caractéristiques physiques
Rayon 67 R[7]
Luminosité 864 L[8]
Température 4 035 K[8]

Autres désignations

γ Cha, HR 4174, HD 92305, HIP 51839, CD−77 454, CPD-77 622, FK5 401, SAO 256731, NSV 4913[9]

Gamma Chamaeleontis (γ Chamaeleontis / γ Cha) est une[10] étoile orangée de la constellation circumpolaire australe du Caméléon. C'est la deuxième étoile la plus brillante de cette faible constellation avec une magnitude apparente de 4,12[2]. Elle présente une parallaxe annuelle de 7,81 mas mesurée par le satellite Hipparcos[1], ce qui signifie qu'elle est distante de ∼418 a.l. (∼128 pc) de la Terre. Elle se rapproche du Soleil avec une vitesse radiale de −22 km/s[5].

γ Chamaeleontis est une étoile géante rouge de type spectral K4III[3]. Son diamètre angulaire mesuré directement et après avoir corrigé l'effet de l'assombrissement centre-bord, est de 4,86 ± 0,05 mas[11]. Connaissant sa distance, cela donne à γ Chamaeleontis un rayon qui est 67 fois supérieur à celui du Soleil[7]. Il s'agit d'une étoile variable suspectée, avec des variations d'une amplitude de 0,01 magnitude[4]. L'étoile est 864 fois plus lumineuse que le Soleil et sa température de surface est de 4 053 K[8].

En raison du phénomène de la précession des équinoxes, le pôle sud céleste passera et sera situé à proximité de γ Chamaeleontis vers [réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) F. van Leeuwen, « Validation of the new Hipparcos reduction », Astronomy & Astrophysics, vol. 474, no 2,‎ , p. 653–664 (DOI 10.1051/0004-6361:20078357, Bibcode 2007A&A...474..653V, arXiv 0708.1752)
  2. a b c et d (en) J.-C. Mermilliod, « Compilation of Eggen's UBV data, transformed to UBV (unpublished) », Catalogue of Eggen's UBV data, SIMBAD,‎ (Bibcode 1986EgUBV........0M)
  3. a et b (en) Philip C. Keenan et Raymond C. McNeil, « The Perkins catalog of revised MK types for the cooler stars », Astronomy & Astrophysics Supplement Series, vol. 71,‎ , p. 245 (DOI 10.1086/191373, Bibcode 1989ApJS...71..245K)
  4. a et b (en) O. J. Eggen, « The classification of intrinsic variables. IV. Very-small-amplitude, very-short-period red variables », The Astrophysical Journal, vol. 184,‎ , p. 793 (DOI 10.1086/152371, Bibcode 1973ApJ...184..793E)
  5. a et b (en) G. A. Gontcharov, « Pulkovo Compilation of Radial Velocities for 35 495 Hipparcos stars in a common system », Astronomy Letters, vol. 32, no 11,‎ , p. 759 (DOI 10.1134/S1063773706110065, Bibcode 2006AstL...32..759G, arXiv 1606.08053)
  6. (en) E. Anderson et Ch. Francis, « XHIP: An extended Hipparcos compilation », Astronomy Letters, vol. 38, no 5,‎ , p. 331 (DOI 10.1134/S1063773712050015, Bibcode 2012AstL...38..331A, arXiv 1108.4971, lire en ligne)
  7. a et b (en) Kenneth R. Lang, Astrophysical formulae, vol. 1, Birkhäuser, coll. « Astronomy & Astrophysics library », , 3e éd. (ISBN 3-540-29692-1, lire en ligne). Le rayon (R) est donné par la formule suivante :
  8. a b et c (en) I. McDonald, A. A. Zijlstra et M. L. Boyer, « Fundamental Parameters and Infrared Excesses of Hipparcos Stars », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 427, no 1,‎ , p. 343–57 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2012.21873.x, Bibcode 2012MNRAS.427..343M, arXiv 1208.2037)
  9. (en) * gam Cha -- Variable Star sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  10. (en) P. P. Eggleton et A. A. Tokovinin, « A catalogue of multiplicity among bright stellar systems », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 389, no 2,‎ , p. 869–879 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2008.13596.x, Bibcode 2008MNRAS.389..869E, arXiv 0806.2878)
  11. (en) A. Richichi, I. Percheron et M. Khristoforova, « CHARM2: An updated Catalog of High Angular Resolution Measurements », Astronomy & Astrophysics, vol. 431, no 2,‎ , p. 773–777 (DOI 10.1051/0004-6361:20042039, Bibcode 2005A&A...431..773R)

Liens externes[modifier | modifier le code]