Galliambe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le galliambe est un type de vers utilisé en poésie grecque et latine. Il tire son nom des Galles, prêtres de Cybèle, qui l'utilisaient beaucoup dans leurs chants religieux[1].

Composition du vers[modifier | modifier le code]

Le galliambe est un vers au rythme plein de mollesse qui se compose de six pieds. Il commence généralement par un anapeste et se termine par un autre anapeste précédé d'un spondée ou d'un dactyle. En poésie latine, sa forme n'est pas clairement définie.

Il peut suivre le modèle suivant :

U U — | U — | U — | — // U U | — U U | U U —

Exemple[modifier | modifier le code]

Le carmen 63 de Catulle est composé en galliambes, en voici les cinq premiers vers.

Les deux premiers vers respectent le schéma suivant :

— U — U — U — — / U U — U U U U —
Super alta vectus Attis celerei rate maria
Phrygi(um) ut nemus citato cupide pede tetigit
adiitque opaca silvis redimita loca deae,
stimulatus ibi furenti rabie, vagus animi,
devolsit ili acuto sibi pondera silice.

Le choix de ce mètre n'est pas gratuit : ce poème est consacré à Attis et Cybèle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ZEHNACKER, Hubert et FREDOUILLE Jean-Claude, Littérature latine, Collection Premier Cycle, PUF, 1993, p. 110

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Barbaud, Catulle, une poétique de l'indicible, Bibliothèque d'études classiques, éd. Peteers, 2006.
  • Hubert Zehnacker et Jean-Claude Frédouille, Littérature latine, Collection Premier Cycle, PUF, 1993.