Galeamopus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Galeamopus est un genre éteint de très grands dinosaures herbivores sauropodes de la famille des diplodocidés ayant vécu au Jurassique supérieur (Kimméridgien), il y a environ 155 Ma (millions d'années), en Amérique du Nord où il a été découvert dans la partie inférieure de la formation de géologique de Morrison du Wyoming et du Colorado aux États-Unis.

Il contient deux espèces connues, toutes deux provenant de la partie inférieure de la formation de Morrison :

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Galeamopus est construit de deux mots latins : « galeam », la forme accusative de « galea », « casque », et « opus », « besoin ». Cette combinaison est une allusion au prénom commun de deux paléontologues américains William Jacob Holland et William Irvin Utterback dont le prénom « Wilhelm » est décomposé en « Will » signifiant en anglais « vouloir », associé à « helm(et) », « casque », pour donner littéralement : « besoin d'un casque ». Ce besoin souligne, selon les auteurs, la fragilité du crâne fossile qui aurait eu besoin d'un casque[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Vue de face du squelette holotype de G. hayi (HMNS 175).
Musée des sciences naturelles de Houston.
Crâne de G. hayi (AMNH 969).

La première découverte de restes fossiles du sauropode qui allait devenir Galeamopus revient à un chasseur de fossiles William H. Utterback en 1902, qui découvrit un squelette partiel près de la ville de Sheridan (Wyoming) dans le Wyoming. Le paléontologue américain William Jacob Holland en décrit le crâne en 1906 et l'attribue au genre Diplodocus[4]. En 1924, il lui donne le nom binominal de Diplodocus hayi. Le nom d'espèce hayi rend hommage au paléontologue américain Oliver Perry Hay[2].

L'holotype du genre est référencé HMNS 175. G. hayi est connu par l'un des fossiles les mieux conservés de Diplodocidae, un squelette presque complet avec le crâne associé.

En 2015, Emanuel Tschopp, Octavio Mateus et Roger B.J. Benson conduisent une grande étude phylogénétique à l'échelle des spécimens et d'une révision taxonomique des Diplodocidae. Parmi leurs conclusions, outre la réhabilitation du genre Brontosaurus, ils renomment D. hayi en un nouveau genre Galeamopus hayi.

En 2017, Emanuel Tschopp et Octavio Mateus étudient un squelette presque complet, référencé SMA 0011 et surnommé et « MaX ». Il provient également de la partie inférieure de la formation de Morrison au Wyoming[3]. Ils en font une nouvelle espèce qu'ils nomment G. pabsti en l'honneur du paléontologue autrichien Ben Pabst[3].

Description[modifier | modifier le code]

Sur la base la taille du fémur (1,44 mètre) et de celle du péroné (0,98 mètre) de G. hayi, et à l'aune des morphologies des autres diplodocinés connus, la longueur totale de l'animal est estimée à environ 27 mètres, dont un peu plus de la moitié pour la queue[5].

L'étude phylogénétique de 2015 par Tschopp et ses collègues a identifié treize autapomorphies, seuil établi par les auteurs pour permettre de distinguer le nouveau genre Galeamopus[1].

Paléoécologie[modifier | modifier le code]

Crâne holotype deGaleamopus pabsti,
SMA 00011, surnommé « MaX ».
Moulage du crâne de G. pabsti basé sur le spécimen USNM 2673.

Tschoppe et Mateus soulignent, en 2017, que les diplodocinés sont particulièrement variés et nombreux dans la formation de Morrison, avec douze espèces validées et trois supplémentaires possibles en cours de description. Les raisons d'une telle diversité ne sont pas bien connues. Les auteurs évoquent une possible combinaison de facteurs de ségrégation géographique et temporelle, ainsi que de séparation de niches écologiques[3].

Classification[modifier | modifier le code]

Le cladogramme ci-dessous, établi en 2017 par Tschopp et Mateus[3] et modifiant légèrement celui de Tschopp et ses collègues de 2015[1], montre la position de Galeamopus parmi les diplodocinés :

 Diplodocidae 
 Apatosaurinae 


Apatosaurus ajax



Apatosaurus louisae





Brontosaurus excelsus




Amphicoelias altus




Brontosaurus yahnahpin



Brontosaurus parvus






 Diplodocinae 

Kaatedocus siberi




Tornieria africana





Supersaurus lourinhanensis



Supersaurus vivianae





Leinkupal laticauda





Galeamopus hayi



Galeamopus pabsti





Barosaurus lentus




Diplodocus carnegii



Diplodocus hallorum










Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Emanuel Tschopp, Octavio Mateus & Roger B.J. Benson (2015), « A specimen-level phylogenetic analysis and taxonomic revision of Diplodocidae (Dinosauria, Sauropoda) », PeerJ 3:e857; DOI:10.7717/peerj.857 https://peerj.com/articles/857/
  2. a b et c (en) Holland WJ. The skull of Diplodocus. Memoirs of the Carnegie Museum IX; 379–403 (1924)
  3. a b c d e et f (en) Emanuel Tschopp et Octávio Mateus, « Osteology of Galeamopus pabsti sp. nov. (Sauropoda: Diplodocidae), with implications for neurocentral closure timing, and the cervico-dorsal transition in diplodocids. », PeerJ, vol. 5,‎ , e3179 (DOI 10.7717/peerj.3179)
  4. (en) W.J. Holland, « The osteology of Diplodocus Marsh », Memoirs of the Carnegie Museum, vol. 2,‎ , p. 225–264
  5. (en) « Galeamopus », sur Prehistoric-wildlife, (consulté le 7 avril 2018)