Galaxie de la Girafe A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camelopardalis A


Camelopardalis A
Découverte
Découvreur G. L. Ellis, E. T. Grayson & H. E. Bond
Date de découverte 1984
Autres désignations Cam A, EGB 3, EGB 0419+72
Données d’observation - Époque J2000.0
Ascension droite 04h 25m 16,3s
Déclinaison +72° 48′ 21″
Coordonnées galactiques = 137,25 · b = +16,20
Constellation Girafe

Localisation dans la constellation : Girafe

(Voir situation dans la constellation : Girafe)
Camelopardalis IAU.svg
Autres caractéristiques
Vitesse radiale -46±1 km/s
Magnitude apparente (V) 14,84
Indice de couleur (B-V) 0,83
Rougissement (B-V) 0,17
Type dSph
Magnitude absolue (V)
Module de distance 26,1
Distance environ 1 640 kpc (∼5,35 millions d'a.l.)
Taille angulaire 3,7′×2,1′
Masse M
Nombre d’amas globulaires 0

Camelopardalis A, ou Cam A est une galaxie naine située dans la constellation de la Girafe, son nom étant simplement le nom latin de la constellation. Elle a été découverte en 1984 par l’analyse de plaques photographiques du Palomar Observatory Sky Survey visant à trouver des objets étendus à très faible brillance de surface, caractéristiques attendues pour des galaxies naines proches[1]. La recherche donna lieu à l’identification d’une dizaine d’objets potentiellement intéressants, à l’époque nommés EGB N, N allant de 1 à 10, acronyme représentant les initiales des noms des trois auteurs de la recherche (G. L. Ellis, E. T. Grayson et H. E. Bond). Parmi ces dix objets, sept s’avérèrent être des nébuleuses planétaires, un était une étoile de type nova dont des résidus d’explosions anciennes formaient la structure étendue observée, et deux étaient des galaxies, Cam A (EGB 3, ou EGB 0419+72) et EGB 8, plus tard renommée UGCA 92. Cette dernière fut avec Cam A considérée suffisamment proche de notre Voie lactée pour pouvoir éventuellement faire partie du Groupe local, la petite concentration d’une quarantaine de galaxies voisines de la nôtre[2].

L’étude détaillée de Cam A révéla sa structure sphéroïdale et sa population de géantes rouges, assez inhomogène[3]. À partir de l’étude de la branche des géantes rouges de cette galaxie, une distance de 1,64 Mpc lui fut attribuée[4].

Cam A s’avére ainsi trop éloignée pour prétendre faire partie du Groupe local, tout comme UGCA 92 qui elle fait en réalité partie du groupe de galaxies le plus proche du Groupe Local, le groupe IC 342/Maffei. Au sein de ce groupe, Cam A est physiquement associée à NGC 1560, avec qui elle fait partie du sous-groupe de IC 342[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Glenn L. Ellis, Earl T. Grayson & Howard E. Bond, A search for faint planetary nebulae on Palomar sky survey prints, Publications of the Astronomical Society of the Pacific, 96, 283-286 (1984) Voir en ligne.
  2. (en) Igor D. Karachentsev, Criterion for bound groups of galaxies. Application to the local volume, Astronomy and Astrophysics Transactions, 6, 1-35 (1994) lien SIMBAD.
  3. (en) Eva K. Grebel, Evolutionary Histories of Dwarf Galaxies in the Local Group, In Éd. Patricia Whitelock & Russell Cannon, The stellar content of Local Group galaxies, comptes-rendus du 192e symposium de l’Union astronomique internationale, Société Astronomique du Pacifique, San Francisco (1999), p. 17-51, astro-ph/9812443 Voir en ligne.
  4. (en) Igor D. Karachentsev, L. N. Makarova & M. I. Andersen, Cam A: a new dwarf low-surface-brightness galaxy on the Local Group outskirts?, Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, 307, L37-L40 (1999) Voir en ligne.
  5. (en) Ronald J. Buta & Marshall L. McCall, The IC 342/Maffei Group Revealed, Astrophysical Journal Supplement Series, 124, 33-93 (1999) Voir en ligne.