Gala Barbisan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gala Barbisan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Gala Barbisan, née Galina Solovieva le à Iaroslavl (URSS)[1] et morte le à Cortina d'Ampezzo (Italie)[2], est une mécène littéraire, fondatrice avec Jean-Pierre Giraudoux du prix Médicis en 1958.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d'un chirurgien, Galina Solovieva quitte l'Union soviétique en 1935 car Luciano Barbisan, un ingénieur italien en poste à Moscou, l'enlève de son pays[2].

Après la seconde Guerre mondiale, elle se lance dans le mécénat littéraire où elle crée avec Claude-Edmonde Magny, le « Cote d'amour », un prix qui fut un échec[2].

En avril 1958, Jean-Pierre Giraudoux fait appel à elle pour créer le prix Médicis, avec des œuvres qui se voulaient « exigeantes et nouvelles ». Elle le cofonde et lui apporte des dotations. Divers auteurs font partie des jurés du prix ; Denise Bourdet, Félicien Marceau, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Michel Butor, Claude Roy ou encore Alain Robbe-Grillet[2]. Le premier prix est décerné à Claude Ollier pour La Mise en scène aux éditions de Minuit, qui fait partie du genre littéraire du nouveau roman[3].

Gala Barbisan vit dans une villa de la rue Cortot à Montmartre, où elle accueille des romanciers, des critiques littéraires, mais ne les influence pas sur le choix des lauréats. Ce n'est qu'en 1970 pour le prix Médicis du roman étranger, qu'elle demande à ce qu'un Italien soit choisi en hommage à son mari. Luigi Malerba fut récompensé[2].

Durant les années 60, Gala Barbisan se met à dessiner à l'encre de Chine, des tableaux surréalistes en noir et blanc, où apparaissent des oiseaux, des visages, des motifs fantastiques[2].

Elle meurt le à l'âge de 78 ans, dans sa résidence italienne de Cortina d'Ampezzo[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]