Gabrielle Houbre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gabrielle Houbre
Biographie
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Gabrielle Houbre est historienne et maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après sa thèse de doctorat intitulée « L'éducation sentimentale des filles et des garçons à l'âge du romantisme », à l'université Paris 7 en 1990, sous la direction de Michelle Perrot, elle soutient en 2002 une habilitation à diriger des recherches intitulée « Les lois du genre. Identités, pratiques, représentations sociales et culturelles. France, XIXe siècle », à l'université Paris I-Sorbonne, dont Alain Corbin est le garant[1],[2].

Elle est maîtresse de conférences HDR en histoire à l'université Paris Diderot-Paris 7 et membre honoraire de l'Institut universitaire de France (2002)[3]. Spécialiste du XIXe siècle, agrégée, elle poursuit des recherches sur le genre, la transidentité, les sexualités, les prostitutions, le corps, les sensibilités, la famille et la jeunesse, thèmes auxquels elle a consacré plusieurs ouvrages[4],[5]. Elle est membre du laboratoire CERILAC (Centre d'études interdisciplinaires en lettres art cinéma)[6], responsable de PluriGenre. Action de recherche structurante pluridisciplinaire en études de genre[7],[8] et membre du comité de pilotage de La Cité du Genre USPC, réseau interdisciplinaire de recherche et de formation en études de genre[9].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Avec C. Bard, S. Boehringer, D. Lett et S. Steinberg, Une histoire des sexualités, dir. S. Steinberg, Paris, PUF, 2018.
  • Le XIXe siècle, CD 2 et 3, in Histoire des sexualités, vol. 2, Paris, Frémeaux et associés, 2018.
  • Prostitutions. Des représentations aveuglantes, dir. et introduction avec Isolde Pludermacher et Marie Robert, Paris, Musée d’Orsay/Flammarion, 2015, 232 p.
  • Le livre des courtisanes. Archives secrètes de la Police des mœurs (1861-1876), introduction, notes et répertoires par Gabrielle Houbre, Paris, Tallandier, 2006, 637 p. (ISBN 978-2-84734-344-1)[4]
  • Histoire des mères et filles, Éditions de La Martinière, 2006, 223 p. (ISBN 978-2-7324-3289-2)[10]
  • (codirection) Femmes et images, Clio. Femmes, genre, histoire, no 19, 2004.
  • Histoire de la grandeur et de la décadence de Marie Isabelle, modiste, dresseuse de chevaux, femme d'affaires, etc., Paris, Perrin, 2003.
  • Le Corps des jeunes filles, de l'Antiquité à nos jours (codirection), Paris, Perrin, 2001[11].
  • (codirection) Femmes, dots et patrimoines, Clio. Femmes, genre, histoire no 7, 1998.
  • La Discipline de l'amour. L'éducation sentimentale des filles et des garçons à l'âge du romantisme, Paris, Plon, 1997[5].
  • (direction) Le Temps des jeunes filles, Clio. Femmes, genre, histoire, no 4, 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Site Gabrielle Houbre » (consulté le 19 novembre 2016)
  2. Gabrielle Houbre, « Les lois du genre. Identités, pratiques et représentations sociales et culturelles, France, XIXe siècle. Mémoire pour le diplôme d'habilitation à diriger des recherches, sous le tutorat d'Alain Corbin », sur Revue d'histoire du XIXe siècle, , p. 262-270.
  3. Membre honoraire de l'IUF, notice sur le site institutionnel [1].
  4. a et b Thomas Wieder, « Gabrielle Houbre : filles légères et "insoumises" », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Alain Corbin, « Effusions et fusions bien tempérées », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Gabrielle Houbre », sur Université Paris-Diderot
  7. Plurigenre [2]
  8. « Gabrielle Houbre »
  9. La Cité du Genre [3]
  10. « Gabrielle Houbre. Histoire des mères et filles », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Olivier Christin, « Corps éphémère », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]