Gabriel Zendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel Zendel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Paris
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Formation
Institut d'esthétique contemporaine
Maître
Mouvement

Gabriel Zendel, né le à Jezov (Empire austro-hongrois) et mort le à Paris, est un peintre et lithographe français. Il est l'un des représentants de l'École de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Gabriel Zendel naît le 6 janvier 1906 à Jezov dans l'empire austro-Hongrois (aujourd’hui en République tchèque) dans une famille d’origine polonaise. Son père Joseph Zendel exerce le métier de relieur, sa mère est Ryfka Jaskerowicz. Il est l’ainé de trois enfants. Ses deux sœurs reçoivent les prénoms de Josée et Jenny. Sa vocation de dessinateur et de peintre se manifeste dès l’enfance et sera toujours encouragée par ses parents: « son père est relieur: il trouve grâce à lui un climat favorable à ses goûts esthétiques » confirme René Barotte[1]. La famille s’installe à Paris où Joseph ouvre avec succès un atelier de reliure d’art dans l'avenue Jean-Jaurès. Gabriel Zendel continue d'y puiser le goût du travail artisanal auquel il réserve une part très significative dans son œuvre: en 1920, précisent Nieszawer et Princ, il est l'assistant de son père tout en ayant son chevalet dans l'arrière boutique[2].

1925-1929 : il entre à l’Institut d’Esthétique Contemporaine, où Paul Bornet lui donnera, dans toutes les techniques du métier, une solide formation (notamment la gravure sur cuivre, la gravure sur bois et le tirage des épreuves[3]) qui sera interrompue par le service militaire au Maroc en 1926-1927[4]. Par la suite, en dehors de la peinture à l’huile, il pratique aussi bien le dessin, l’aquarelle, la gouache, la gravure, la lithographie et jusqu’à la céramique.

Vie de famille[modifier | modifier le code]

Le 28 décembre 1939, il épouse Agathe Schneider, modiste, à la Mairie du 8e arrondissement de Paris. Ils n’auront pas d’enfants.

Étapes de sa vie de peintre[modifier | modifier le code]

En 1951, il s'installe dans un grand atelier de la cité Montmartre-aux-artistes[5], au 189 de la rue Ordener, où il résidera jusqu'à la fin. Dès lors, sa peinture, définitivement figurative, séduit un certain nombre de collectionneurs auxquels il vendra ses toiles directement, même si par la suite ils pourront aussi les trouver en galerie[6].

En 1940, arrêté par les Allemands, il s’évade, passe la ligne de démarcation et s’installe à Cannes[4] où il est accueilli par son ami le baron Raymond de Balazy et son épouse Suzanne. Il est de retour à Paris en 1944. À partir de 1945, il commence à passer ses étés dans la famille de son épouse dont la mère lui prête une petite maison dans sa propriété de Ris-Orangis. En 1948 et 1949, il effectue un voyage décisif à New York où il entre en relation avec la Galerie Durand-Ruel.

En 1951, il commence à passer de longs séjours dans un petit village de Bourgogne, également dans la famille de son épouse. En 1959, il fait un long séjour à Venise, dans un des hôtels de la riva dei Schiavoni, en compagnie de son épouse. En 1960, il fait l’acquisition d’une belle maison de campagne dans le village de Clamerey, en Bourgogne, où il résidera désormais au printemps et en été, consacrant tout son temps à la peinture dans un grand atelier ouvert sur la nature. De tempérament casanier, et se plaisant par-dessus tout dans le cadre très chaleureux de ses demeures, il renonce aux voyages dès 1966, et mène alors une vie agréable entouré de ses proches. Il a notamment de longues conversations avec son neveu, le docteur Claude Franceschi.

En 1988, à l’approche du grand âge, il vend sa maison de Clamerey et passe alors l’été et les fêtes en Bourgogne, dans la famille de la sœur de son épouse, Wilhelmine, femme du producteur de films Henri Bérard, grand admirateur de son œuvre.

Décès[modifier | modifier le code]

Le 29 septembre 1992, Gabriel Zendel meurt subitement à Paris. Son épouse Agathe s’éteint en 2002, ses deux sœurs en 1995 et 2003, également sans enfants.

Travaux[modifier | modifier le code]

Périodes dans l'œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Zendel connaît trois phases[7] :

  • une période classique mais nimbée d’une atmosphère étrange, dans les années 1930.
  • une période post-cubiste mais également influencée par le fauvisme, des années 1940 au milieu des années 1950.
  • une période de Clamerey, d’une durée de très loin la plus longue, représentant l’épanouissement de ses recherches et comportant notamment un travail tout à fait exceptionnel sur la matière, du milieu des années 1950 à la fin.

Illustrations d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Cirque, vingt-cinq estampes en noir originales numérotées, réunies sous emboîtage, texte de Léon-Paul Fargue, édition aux dépens de Gabriel Zendel, 1947.
  • Albert Bayet, Julien Benda, Edmond Fleg, Stanislas Fumet, Justice, illustrations de Gabriel Zendel, Cooped éditeur, Saint-Julien-du-Sault, 1947.
  • Wladimir Rabi (préface d'André Spire), Varsovie, suite tragique en trois actes, trois dessins de Gabriel Zendel, Éditions Ophrys, 1955.
  • Routes et chemins avec Jean Giono et cinquante-six peintres témoins de leur temps (préface de Jean Giono), 56 illustrations par 56 peintres dont Gabriel Zendel, 2.000 exemplaires, Presses artistiques de France, 1961.
  • Henry de Montherlant, Les Célibataires, huit lithographies originales de Gabriel Zendel, Éditions Lidis, Paris, 1964.
  • Joseph Kessel, Nuits de Princes, Éditions Lidis, Paris, 1965.

Affiches d'événements[modifier | modifier le code]

Sélection de peintures[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions de groupe[modifier | modifier le code]

Expositions particulières[modifier | modifier le code]

  • Galerie de Paris, 1934[8].
  • Galerie Gasser, Cannes, 1942.
  • Galerie de Berri, Paris, 1947
  • Galerie Durand-Ruel, New York, février-mars 1949[8].
  • Galerie Durand-Ruel, Paris, 1950.
  • Galerie Drouant-David, Paris, 1952 et 1956.
  • Galerie Marcel Guiot, Paris, 1953.
  • Obelisk Gallery, Washington, 1956.
  • Galerie Bridel, Lausanne 1956.
  • Galerie Œillet, Toulouse, 1958.
  • Galerie Monique de Groote, Montréal 1958.
  • Galerie Carlier, Paris 1958-1960.
  • Galerie Klinkhoff, Montréal 1965.
  • Galerie Soleils, Paris, 1965.
  • Galerie d’Art Matignon, Paris 1972 et 1974.
  • Galerie Le Biblion, Toulouse, 1973.
  • Galerie d’Art de la Place Beauvau, Paris, 1976 et 1980.
  • Fondation Taylor, rue La Bruyère, 1999, Rétrospective.

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Avant la guerre il remporta déjà un succès à la Galerie Zak. Depuis il n'a cessé de chercher une harmonie précise entre le dessin et la couleur. Parfois sa palette est très montée dans les tons chauds. Il sait bien qu'un bon tableau a besoin de vieillir. » - René Barotte[1]
  • « Zendel saisit les richesses à portée de nos sens, l'offrande quotidienne, la femme, les fruits, un paysage, la musique et cette merveilleuse et impalpable libéralité: la lumière. Le support de son art l'entoure: l'auteur évolue au centre de son sujet. Son penchant pour le beau incline ses recherches vers le domaine de la couleur féérique, couleur possédant l'éclat des gemmes et la densité du cristal. La structure de l'ensemble, la "taille" de la forme ajoutent à cette impression que renforce encore la clarté du jour: elle diamante l'objet. Le signe en peinture est d'abord repos, immobilité, attente, Zendel le sait, l'invention chez lui ne fait point naître le désordre, mais un tableau, œuvre fragile comme le bonheur, œuvre dont la durée est confiée aux soins attentifs des hommes sensibles épris de beaux-arts. » - Jean Chabanon[9]
  • « Beaucoup d'invention plastique, des couleurs aux éclats de gemme, une palette dans le haut de la gamme, montée dans les tons chauds, un graphisme dur et solide qui a pris sa source dans le cubisme. » - Gérald Schurr[10]
  • « A partir de 1950, son art se situa résolument dans la ligne post-cubiste. Il campe fortement les quelques formes, personnages, souvent des clowns, ou paysages familiers qui lui sont chers, de Paris, de Bourgogne, de Honfleur. A son style graphique si particulier, robuste et comme paysan, s'allie curieusement une palette haute de couleur, dans les jaunes citron et les rouges groseille, et presque tendre. » - Dictionnaire Bénézit[11]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • La Fondation Taylor fait mémoire de notre artiste en décernant annuellement un Prix Gabriel-Zendel.

Élèves[modifier | modifier le code]

  • Elias Friedensohn (New York 1924 - Leonia 1991)[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b René Barotte, Gabriel Zendel, in Les peintres témoins de leur temps - Le sport, Achille Weber/Hachette, 1957.
  2. Nieszawer et Princ, bureau d'expertise, L'École de Paris, Gabriel Zendel
  3. Le bloc-notes de cirk75, Gabriel Zendel
  4. a et b Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains
  5. « Artistes ayant vécu ou travaillé à Montmartre-aux-artistes » sur montmartre-aux-artistes.org.
  6. Nadine Nieszawer, Marie Boyé et Paul Fogel, Peintres juifs à Paris, 1905-1939, Denoël, 2000.
  7. Site Gabriel Zendel, Les trois phases et les trois thèmes de la peinture de Gabriel Zendel
  8. a, b et c Raymond Nacenta, School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris since 1910, Oldbourne Press, 1960.
  9. Jean Chabanon, Gabriel Zendel, in Les peintres témoins de leur temps - Richesses de la France, Achille Weber/Hachette, 1961.
  10. Gérald Schurr, Gabriel Zendel, in Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1996.
  11. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 14, page 866.
  12. a et b Portail de la ville de Menton, Les œuvres d'art moderne du Palais Carnolès
  13. Smithsonian American Art Museum, Elias Friedensohn, Biographie

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Descargues : Gabriel Zendel, collection Artistes de ce temps, Presses littéraires de France, 1952.
  • Raymond Nacenta : École de Paris, Éditions Galerie Charpentier, 1955.
  • Léon-Paul Fargue : Pour la peinture, Gallimard, 1955.
  • Les cahiers d'Art-Documents, Gabriel Zendel, Éditions Pierre Cailler, Genève, 1956.
  • René Barotte : Gabriel Zendel, dans Les peintres témoins de leur temps (Tome VI: Le sport), Achille Weber/Hachette, 1957. Voir pages 262 et 263.
  • Raymond Nacenta : School of Paris - The painters and the artistic climate of Paris Since 1910, Oldbourne Press, Londres, 1960.
  • Jean Chabanon : Gabriel Zendel dans Les peintres témoins de leur temps (Tome X)), Achille Weber/Hachette, 1961. Voir page 258 et 259 (portrait de Gabriel Zendel dessiné par Marcel Gimond).
  • Jean Cassou, Michel Parent, Jean Bouret et André Parinaud : Confrontation - Salon 1962, Éditions de la ville de Dijon, 1962.
  • Jean Cocteau, : L'art et la médecine vus par vingt-quatre peintres, Éditions Dacosta, 1963.
  • André Flament, L'événement par soixante peintres - Édition des peintres témoins de leur temps à l'occasion de leur XIIe exposition au Musée Galliera, enrichi de vingt lithographies originales réalisées par Fernand Mourlot et signées, dont Yvette Alde, Roger Bezombes, Yves Brayer, Jean Carzou, Michel Ciry, Jean Commère, François Desnoyer, Roger Lersy, Kostia Terechkovitch, Gabriel Zendel..., Éditions du Musée Galliera, 1963.
  • Ouvrage collectif : Les peintres témoins de leur temps - La rue, Éditions du Musée Galliera, 1974.
  • Ouvrage collectif : Un siècle d'art moderne - Histoire du Salon des indépendants, Denoël, 1984.
  • Patrick-F. Barrer : L'histoire du Salon d'Automne de 1903 à nos jours, Arts et Images du Monde, 1992.
  • Philippe Lanthony : Les peintres gauchers, L'Age d'homme, 1992.
  • Gérald Schurr : Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit : Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • André Roussard : Dictionnaire des peintres à Montmartre, Éditions André Roussard, 1999.
  • Nadine Nieszawer, Marie Boyé et Paul Fogel : Peintres juifs à Paris, 1905-1939, École de Paris, Denoël, 2000.
  • Jean-Pierre Delarge : Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001. Voir page 1361.
  • Adrian Darmon : Autour de l'art juif - Encyclopédie des peintres, photographes et sculpteurs, Éditions Carnot, 2003. Voir page 216.

Liens externes[modifier | modifier le code]