Gabriel Rosset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosset.
Gabriel Rosset
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gabriel Rosset (1904-1974) est un professeur de français et fondateur de l'association Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Rosset est né en 1904 à Champier, près de la Côte Saint André, en Isère. Il voit le jour dans une modeste famille d'origine paysanne. Son père exerçait le métier de gendarme.

Il entre à l'École Normale d'instituteurs de Grenoble puis à l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud. Après avoir réussi ses examens, il devient professeur de français et est chargé de la formation de futurs instituteurs. Gabriel Rosset occupe ensuite différents postes d'enseignant, notamment au lycée Lacassagne de Lyon où il reste jusqu'à sa retraite.

Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri[modifier | modifier le code]

Le 24 mai 1950, Gabriel Rosset crée avec Georges Belleville et Henri Tournissou l’association loi 1901 Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri, en réaction aux nombreux décès qui touchent des hommes sans familles ni ressources passant la nuit sous les ponts de Lyon. Gabriel Rosset leur distribue des couvertures et en héberge certains à son domicile.

La veille de Noël 1950, dans un ancien café-comptoir désaffecté de Lyon 7e, Gabriel Rosset et une petite équipe ouvrent les portes du premier centre d’hébergement de l’association. Ils y accueillent 11 hommes la première nuit, 50 la deuxième, puis bientôt les locaux deviennent trop étroits.

Fin 1952, ce centre est démoli pour être remplacé par l’immeuble actuel situé au 3 rue Père Chevrier. Il possède alors deux grands dortoirs où une centaine d’hommes seuls peuvent trouver des draps propres, de quoi se nourrir et se laver. Ils y sont soutenus et écoutés par des bénévoles qui les aident à retrouver du travail. Avec ses élèves et des bénévoles, il fonde plusieurs autres foyers pour sans-abris, qu'il mit aussi sous la protection de la Vierge Marie[C'est-à-dire ?].

Début 1954, la venue à Lyon de l'abbé Pierre et sa visite du Foyer initie d'importants développements. Pour mieux remplir sa mission, l'équipe du Foyer décide de passer d’un seul asile de nuit pour hommes isolés à un ensemble de réponses, notamment des logements d’urgence, pour accueillir des familles.

L’Abbé Pierre suscite ainsi la fondation d’un Comité Lyonnais de Secours d’Urgence aux sans-abri (CLSU), dit comité Abbé Pierre, parallèle à l’association du Foyer Notre-Dame des Sans-Abri, avec un programme de construction de logements de dépannage et de rénovation de locaux vacants. Grâce à l’aide de donateurs, des terrains sont achetés afin de construire des logements pour les familles qui s'entassent dans les bidonvilles de la banlieue lyonnaise. Le Maire de Lyon, Louis Pradel, accompagne Gabriel Rosset dans ces bidonvilles. Cette visite initie une collaboration suivie entre les œuvres privées et les pouvoirs publics. Des chalets en bois sont construits pour parer au plus pressé, puis des maisons en semi-dur prendront le relais dans les années 60.

Gabriel Rosset écrit : « Quand on est sûr que le secours des gens en perdition ne peut venir d'ailleurs, on apporte ce que l'on peut, l'aide si limitée soit elle. C'est toujours le même pas qu'on recommence. Guillaumet expliquait aussi à Saint-Exupéry comment il était arrivé à traverser les Andes. Nous avions à faire de même pour franchir les obstacles énormes qui s'opposaient à la construction, par nos propres moyens, des nombreuses maisons indispensables ».

Pour Gabriel Rosset, être à l’abri ne suffit pas : il faut que les familles puissent être intégrées le mieux possible sur le lieu de résidence. Des activités sont offertes aux enfants et adolescents : aide aux devoirs, dessin, musique, sport ; des chantiers initient les plus grands aux métiers du bâtiment. Des actions sont également réalisées par des bénévoles en direction des parents par des ateliers de puériculture, d’hygiène, travaux de couture et de lingerie, ou d’équilibre du budget.

En 20 ans, 1 500 logements voient le jour à Lyon et dans sa banlieue. Pour favoriser la promotion des familles logées dans ces logements « de transit », Le Foyer crée en 1972 une société, la S.A. d'HLM Gabriel Rosset. Des immeubles plus grands remplacent les constructions légères des premières années. En 1999, l’OPAC du Rhône devient l'actionnaire majoritaire de cette S.A. d'HLM, Le Foyer se consacrant à ses missions d’accueil, d'hébergement, d’accompagnement et d'insertion.

Peu de temps avant sa mort, Gabriel Rosset écrit : « Si quelqu’un nous avait dit, en 1954, que nous allions construire 1 500 logements pour 3 000 adultes et plus de 5 000 enfants dans nos cités de transit — ce qui représente la construction d’une ville de 8 à 10 000 habitants — nous l’aurions pris pour un fou. Et c’est cela qui est arrivé ».

Encore en pleine activité à 70 ans, après avoir fêté Noël comme chaque année avec des sans-abris, Gabriel Rosset va se recueillir le 26 décembre 1974 à la Trappe Notre-Dame-des-Dombes au Plantay (Ain). Atteint d'une hémorragie cérébrale, il décède à l'Hôtel Dieu de Lyon le 30 décembre.

Lors des funérailles, le Cardinal Renard exprima le souhait « que Dieu soit toujours servi dans ses pauvres sur notre terre lyonnaise comme il le fut par notre ami ».

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un collège lyonnais porte son nom[2].
  • Un jardin lyonnais porte son nom[3].
  • Le premier foyer de l'association, rue du Père Chevrier, porte son nom[4].

Béatification[modifier | modifier le code]

Ayant acquis une véritable réputation de sainteté par un bon nombre de fidèles[réf. nécessaire], la cause pour sa béatification et canonisation s'est ouverte le 23 février 2006 dans le diocèse de Lyon. Une association « Les Amis de Gabriel Rosset » s'est également formée en 1999 pour promouvoir cette cause.

Le dossier est actuellement[Quand ?] étudié par la Congrégation pour les causes des Saints à Rome. Le Postulateur de la cause est François Asensio.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Barbier, Gabriel Rosset, l'apôtre des sans-logis, S.O.S., (ISBN 9782718508603, lire en ligne)
  2. « Collège Gabriel Rosset », sur gabriel-rosset.etab.ac-lyon.fr (consulté le 2 juillet 2018)
  3. « Jardin Gabriel Rosset - Les rues de Lyon », sur Les rues de Lyon (consulté le 2 juillet 2018)
  4. « CENTRE GABRIEL ROSSET | LE FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI », sur www.fndsa.org (consulté le 2 juillet 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]