Gabriel Robin (ambassadeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le peintre, voir Gabriel Robin.

Gabriel Robin, né le à Molières-sur-Cèze, est un ambassadeur de France. Historien de formation, il a écrit plusieurs ouvrages historiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Il passe sa jeunesse à Nîmes, Alès et Molières-sur-Cèze où son père, ingénieur des Mines, s'est établi auprès des Houillères de Bessèges (nationalisées dans les Houillères des Cévennes, filiale des Charbonnages de France le 19 avril 1946).

Études[modifier | modifier le code]

En 1949, après une préparation au lycée de Montpellier, il entre à l'École normale supérieure[1], d'où il sort agrégé d'histoire en 1953. Il enseigne deux ans l'histoire et la géographie au lycée d'Avignon (1954-1955), puis entre à l'École nationale d'administration (1956-1958) pour devenir diplomate.

Carrière diplomatique[modifier | modifier le code]

En 1958, il commence sa carrière à la sous-direction d'Europe occidentale (1958-1961), puis fait un premier séjour à Bruxelles à la représentation permanente française auprès des Communautés européennes (1961-1969). En 1969, il retourne à Paris comme conseiller diplomatique du Premier ministre, Maurice Couve de Murville (janvier-avril 1969), puis sous-directeur d'Europe occidentale (1969-1972). En 1972, il fait un deuxième séjour à l'étranger à Londres comme premier conseiller (1972-1973). En 1973, il est conseiller diplomatique du Président Georges Pompidou (décembre1973-avril 1974) et se succède à lui-même auprès du Président Valéry Giscard d'Estaing (mai 1974-septembre 1979). En 1979, il suit Jean François-Poncet, précédemment secrétaire général de l'Élysée, nommé ministre des Affaires étrangères, en prenant la direction des Affaires politiques au ministère des Affaires étrangères (1979-1981).

En 1984, à la suite d'une année de recherche au Center for European Studies de l'université d'Harvard (1981-1982), il publie La crise de Cuba, du mythe à l'histoire qui, en montrant que Khrouchtchev a obtenu le retrait des fusées américaines de Turquie et d'Italie, remet en cause la thèse d'un succès unilatéral américain.

En 1987, il est nommé ambassadeur, représentant permanent de la France au conseil de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) à Bruxelles (1987-1993).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La crise de Cuba, du mythe à l'histoire (octobre 1962), coll. Les enjeux internationaux, Paris, Economica, 1984, 160 p.
  • La diplomatie de Mitterrand ou le triomphe des apparences, Paris, La Bièvre, 1985, 258 p.
  • Un monde sans maître, ordre ou désordre entre les nations ?, Paris, Odile Jacob, 1995, 288 p.
  • Entre empire et nations, penser la politique étrangère, coll. Histoire et document, Paris, Odile Jacob, 2004, 334 p.
  • Sous Ponce Pilate, Paris, Fallois, 2016, 399 p.

Distinction[modifier | modifier le code]

En 1993, il est élevé à la dignité d'ambassadeur de France.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Commandeur de l'ordre national de la Légion d'Honneur
  • Officier de l'ordre national du Mérite
  • Médaille de l'Aéronautique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recherche nominale, sur archicubes.ens.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]