Gabriel Pontello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gabriel Pontello
Description de l'image Defaut.svg.
Alias
Gabriela Ponti
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession
Carrière
Années d’activité Années 1970-2000
Nombre de films 119 comme acteur, 135 comme réalisateur (selon IAFD)

Gabriel Pontello est un acteur et réalisateur français de films pornographiques. Après être apparu dans des longs-métrages et des romans-photo pendant les années 1970 et 1980, il se tourne vers la mise en scène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Pontello devient, au milieu des années 1970, l'une des vedettes masculines du cinéma pornographique français[1],[2]. À la même époque, il devient également populaire en Italie en figurant dans une série de romans-photo pornographiques en noir et blanc, dans lesquels il tient le rôle du « porno-commissaire » Supersex (it)[3],[4].

Idole de jeunesse de Rocco Siffredi, il lance ce dernier dans l’industrie du X en le présentant à Marc Dorcel[5]. À partir de la fin des années 1980, il cesse d'apparaître à l'écran et se consacre exclusivement à la réalisation et à la production de films pornographiques[6],[3], dont un certain nombre destinés au marché allemand, parfois signés du pseudonyme féminin de Gabriela Ponti[7].

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1994 : Le Clos des plaisirs
  • 1995 : Le King de ces dames
  • 1996 : High School
  • 1996 : Porno Macho
  • 1998 : Maximum perversion

Références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Roth-Bettoni, in Le Cinéma X, La Musardine, 2012, page 82
  2. Hardeurs juvéniles, Libération, 17 août 2011
  3. a et b ANNIVERSARI VENT'ANNI DI SUPERSEX, Panorama Numéros 1586 à 1589, 1996, page 189
  4. PORNO CONTRO HARD IN PALIO L' OSCAR, La Repubblica, 8 septembre 1994
  5. Rocco Siffredi, hardeur de gloire, Libération, 25 juillet 2013
  6. Patrizia D'Agostino, Rocco Siffredi: il mito di un uomo italiano, Castelvecchi, 1998, page 45
  7. Fiche IAFD

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]