Gabriel Pomerand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel Pomerand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
CorseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Gabriel Pomerand (1925 - 1972) est un poète et peintre lettriste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier compagnon d'Isidore Isou, avec qui il constitue en 1945 le groupe lettriste, il organise avec lui la Première Manifestation Lettriste, le , à la Salle des Sociétés Savantes à Paris. Il participera aux activités du groupe jusqu'en 1952, à travers des revues, des conférences et plusieurs scandales éclatants, dont celui du Théâtre du Vieux-Colombier.

Il publie douze ouvrages dont Saint Ghetto des Prêts, roman hypergraphique important, récemment réédité à New York dans une collection de classiques de l'avant-garde.

Ses toiles réalisées entre 1950 et 1952, toutes déchiffrables selon les canons de l'art lettriste et hypergraphique, sont parmi les toutes premières du lettrisme. Elles sont caractérisées par l'emploi de signes à connotation hébraïque et d'idéogrammes humains filiformes, servis par une grande maîtrise des gammes chromatiques qui leur donne un pouvoir de conviction supplémentaire. Ses œuvres figurent dans plusieurs expositions importantes du groupe, par exemple "Isou, Pomerand, Lemaître" (Galerie Prismes, Paris, 1955), Les Peintres lettristes, (Isou, Lemaître, Pomerand, Spacagna, Wolman), en 1961, Galerie Weiller, à Paris, ou dans la rétrospective Introduction au lettrisme et à l'hypergraphie, 1944-1988 (Isou, Pomerand, Lemaître, Sabatier, Satié, Hachette, Roehmer, Devaux, Amarger), Galerie Le Chanjour, à Nice, en 1988.

Il a également écrit l'une des trois premières symphonies lettristes : la Symphonie en K, « première polyphonie ciselante[1]»[2], datée de 1947 et dont le premier enregistrement historique réalisé sous la direction de Frédéric Acquaviva est actuellement bloqué par l'ayant droit et son conseiller. Contrairement à tout ce qui s'est écrit sur le sujet, la "Symphonie en K" n'a pas été exécutée à la Salle de Rochefort en 1946, il s'agissait d'une autre œuvre, le "Double Quatuor en K", œuvre de facture nettement plus simple (unissons). Ainsi, la "Symphonie en K" rejoint, pour un temps, la liste des œuvres censurées du Lettrisme telles que "L'Anticoncept" de Wolman, "Initiation à la Haute volupté" ou "La Mécanique des femmes"" d'Isou.

Après 1952, il s'éloigne du groupe, mais ses textes sont lus avec ceux d'Isidore Isou, de Maurice Lemaître, de François Dufrêne, etc., lors de récitals de poésie lettriste, par exemple au Théâtre de l'Odéon en 1964. Sans jamais renier sa période lettriste, ni remettre en cause les fondements des conceptions du lettrisme, il poursuit une œuvre d'écrivain, largement inédite, avant de mettre fin à ses jours en 1972.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Cri et son Archange, Paris, Fontaine, 1948. Rééd. Andeville, Cahiers de l'externité, 1998
  • Lettres ouvertes à un mythe, Aux dépens d’un amateur [Paris, Ateliers Studio], 1949
  • Nota bene ou Le testament d’un archange déçu, 1949
  • Les Méditations d’un bâtard, Paris, Presses Littéraires de France, 1949
  • Considération objective sur la pédérastie, Aux dépens du public [Paris, Imp. Bernouard], 1949. Rééd. Andeville, Cahiers de l’’Externité, 1998
  • Notes sur la prostitution, Aux dépens de la morale, [Paris, l'auteur, 29, rue de Buci, impr. de Mme A. Baudin] 1950. Rééd. Andeville, Cahiers de l’Externité, 1998
  • Saint Ghetto des Prêts. Grimoire, Paris, OLB, 1950. Édition bilingue (anglais et français), Saint Ghetto of the Loans, 2006, New-York, Ugly Duckling Press, distribuée par SPD/Small Press Distribution, (ISBN 1-933254-18-1)
  • Le Testament d'un acquitté, précédé de Ses aveux publics, Paris, Julliard, 1951
  • Antonio, hors de galaxie, Paris, Jacques Loyau, 1954
  • Les Puérils, Paris, Laffont, 1956
  • Le Petit Philosophe de poche, Paris, Le Livre de poche, 1962
  • Le D.man, Paris, Christian Bourgois, 1966
  • Lettre ouverte à mes créanciers, Derrière la Salle de Bains, Collection Acquaviva, 2008

Articles[modifier | modifier le code]

  • La Dictature Lettriste 1, 1946
  • Hikma 2 (1948), Tunis
  • Psyché 20 (1948)
  • Osmose 2/3 (1949)
  • Ur 2 (1952) ; 3 (1953)
  • Ion 1 (1952)
  • Le Soulèvement de la jeunesse 1 (1952) ; 2 (1952) ; 3 (1952)
  • Revue Lettriste et Hypergraphique 1 (1959)
  • Haute Société 2 (1960)
  • « Symphonie en K [extrait] », La Revue musicale (1971), 282-283

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mirella Bandini 2003, p. 60.
  2. Jean-Pierre Gillard, Çà c'est Pomerand !, Paris, Derrière La Salle De Bains, coll. « Acquaviva », .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Sabatier (préf. Jacques Lepage), Le lettrisme : les créations et les créateurs, Nice, Z'éditions, coll. « L'Aventure des idées », (réimpr. 2003) (ISBN 2-877-20031-0).
  • Mirella Bandini (trad. Anne-Catherine Caron), Pour une histoire du lettrisme, Paris, Jean-Paul Rocher, (ISBN 978-2-911-36149-4).
  • François Letaillieur, Pomerand, Ed. Galerie 1900-2000, Paris, 2004.
  • Guillaume Robin, Les peintres oubliés : du Quattrocento à l'ère moderne, Nice, les Éd. Ovadia, coll. « Visions d'art », (ISBN 978-2-363-92094-2) (le dernier chapitre est consacré à Gabriel Pomerand)

Liens externes[modifier | modifier le code]