Gabriel Okoundji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel Okoundji lors du salon du livre de Paris 2011.

Gabriel « Mwènè » Okoundji, né le à Okondo, village du district de Ewo, département de la Cuvette-Ouest en République du Congo, est un poète congolais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Ses origines familiale et ethnique le destinaient à un avenir de Mwènè, c'est-à-dire de chef traditionnel tégué. Il passe toute son enfance dans son village natal, élevé par ses mère et tantes, « Ces femmes nées sous le règne de la nécessité », écrira-t-il plus tard dans Énigmes, l'un des titres de son premier recueil.

À l'adolescence, il découvre la capitale de son pays et fréquente le lycée de Brazzaville. Puis s'est retrouvé à Bordeaux, envoyé par l'État congolais, pour y faire des études universitaires de médecine.

Il écrit, milite dans de nombreuses associations culturelles et fonde avec ses compatriotes Simon Le Bos et Jean-Claude Mounkala la première association culturelle des Congolais de Bordeaux. À la même époque, il est membre du Groupement étudiant national d'enseignement aux personnes incarcérées (GENEPI), qui dispense des cours dans les prisons et il adhère au syndicat étudiant, l'UNEF.

Il parvient à publier régulièrement dans des revues de poésie mais c'est sa rencontre avec les écrivains et poètes occitans (Bernard Manciet, Cristian Rapin, Joan-Peire Tardiu) qui se révèlera déterminante pour la suite de son cheminement poétique.

Son premier recueil de poésie Cycle d'un ciel bleu paraît en 1996 et reçoit d'emblée le prix Pey de Garros. À partir de Second poème paru en 1998, l'écriture du poète se précise dans sa singularité et se tourne résolument vers la terre natale évoquée, invoquée, psalmodiée avec obstination et revendiquée comme source primordiale du souffle qui nourrit le poète, mais aussi l'homme dans sa traversée de l'existence.

Gabriel « Mwènè » Okoundji est considéré comme une figure marquante de la poésie de langue française. Il est présent dans l'anthologie Poésie de langue française, 144 poètes d'aujourd'hui autour du monde (éditions Seghers, 2009), dans l'Année poétique 2009 (éditions Seghers, 2009), ainsi que dans Poésie de langue française, 30 poètes d'aujourd'hui autour du monde, poèmes audio sur CD (éditions Sous la Lime, 2009).

La quête singulière de Gabriel « Mwènè » Okoundji se situe à mi-chemin entre la poésie onirique, cosmique et la pensée philosophique. Elle se veut avant tout une interprétation lucide des échos de la voix de la conteuse Ampili, l'inspirée du fleuve Alima et du souffle majestueux de Pampou, le mage des terres appelées Mpana. Ce sont ces deux maîtres donc, qui ont patiemment initié le poète à observer sur les sentiers de l'émotion humaine, une parole dans ce qu'elle révèle de signe, de symbole, et de lumière, loin des bruits du monde.

Gabriel « Mwènè » Okoundji exerce les fonctions de psychologue clinicien des hôpitaux, d'intervenant dans un lieu de vie et d’accueil de l'association Les Cygnes de vie, et il est chargé d’enseignement à l'université Michel-de-Montaigne Bordeaux III.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Comme une soif d'être homme, encore, éditions Fédérop, 2015
  • Chants de la graine semée, éditions Fédérop, 2014
  • Apprendre à donner, apprendre à recevoir; lettre à Jacques Chevrier, éditions William Blake & Co, 2013
  • Terres d'Afrique, anthologie de poésie contemporaine, éditions Ndzé, 2011
  • Stèles du point du jour ; Dialogues d'Ampili et Pampou, éditions William Blake and C0 édit., 2011
  • La mort ne prendra pas le nom d'Haïti, éditions Ndzé, 2010
  • Au matin de la parole, éditions Fédérop, 2009 ; Réédition : éditions Apic, Alger, 2013
  • Prière aux Ancêtres, texte bilingue français/occitan, traduit par Joan Peire Tardiu, éditions Fédérop, 2008 - (Prix Poésyvelines 2008)
  • Souffle de l'horizon tégué, destinée d'une parole humaine, poèmes audio sur CD, AFAC, 2008 - (Prix "Coup de Cœur 2008" de l'Académie Charles Cros)
  • Bono, le guetteur de signes, éditions Elytis, 2005
  • Vent fou me frappe, éditions Fédérop, 2003, deuxième édition 2010
  • L'Âme blessée d'un éléphant noir, éditions William Blake and C0 édit., 2002, deuxième édition 2010
  • Gnia, (ma moni mè), texte bilingue français/occitan, traduit par Joan Peire Tardiu, éditions Cahiers de Poésie Verte, 2001
  • Palabres autour des paroles de Sory Camara, Presses universitaires de Bordeaux, 1999
  • Second poème, éditions L'Harmattan, 1998
  • Cycle d'un ciel bleu, éditions l'Harmattan, 1996 (Prix Pey de Garros 1996).

Ouvrages d'art[modifier | modifier le code]

  • Mots Totems, Éditions Galerie du Bourdaric, coll. "Polyphonie", Vol. 2, tirage 32 exemplaires, mai 2015
  • Lettre à Jacques, Éditions Galerie du Bourdaric, Coll. "D'un jardin à l'autre", tirage 30 exemplaires, mars 2015.

Collectifs[modifier | modifier le code]

  • Osez Bordeaux, éditions Elytis, 2013
  • L'Atlas des Utopies, Hors-série Le Monde-La Vie, 2012
  • Vivre C'est Résister, éditions La Pensée sauvage, 2010
  • Lumières du Sud Ouest, Roland Barthes et 50 écrivains se racontent, Le Festin, 2009 (ISBN 978-2-9152629-9-5)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie sur l'auteur[modifier | modifier le code]

  • Thierry Delhourme, "Poème à Gabriel Okoundji ", Hors série "A l'Index", 40 p., collection "Les plaquettes", 2017.
  • Jean-Claude Tardif (coord.), Gabriel Mwènè Okoundji, Le Quêteur de souffle, Revue À l'index, collection Empreintes, 2015[2].
  • Jacques Chevrier, Gabriel Okoundji, poète des deux fleuves, éditions La Cheminante, 2014
  • Stephens Akplogan, Transgénéité orale dans la poétique de Gabriel Okoundji, éditions du Flamboyant, 2014
  • Alessio Lizzio, Gabriel Okoundji : Poésie d’initiation, Tesi di Laurea, Facolta di lettere e filosofia 2009-2010, Universita'Degli Studi di Catania

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Mwènè Okoundji : Le dévoilement du monde, film de Luc Gétreau ; coproduction : Valorem-Mstream ; 38 minutes, 2014.
  • Memoria Audiovisual ; Gabriel Okoundji. Festival Internacional de poesia de Medellin : 12 minutes, Colombie, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grand prix littéraire de l'Afrique noire. Liste des lauréats, [lire en ligne], consulté le 14 avril 2016
  2. Jean-Claude Tardif et al., « À l'index n° 29 - Empreinte consacré à Gabriel Okoundji »,