Gabriel Grüber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruber.
Gabriel Grüber
Description de cette image, également commentée ci-après

Le père Gabriel Grüber, supérieur des Jésuites de Russie

Naissance
Vienne Drapeau de l'Autriche Autriche
Décès (à 64 ans)
Saint-Petersbourg Drapeau de la Russie Russie
Nationalité autrichienne
Pays de résidence Empire de Russie
Diplôme
Ingénieur hydraulicien
Profession
Activité principale
Enseignant, ingénieur, architecte
Autres activités
Gouvernement spirituel de la Compagnie
Formation
Mathématiques, lettres, philosophie et théologie

Compléments

Brillant ingénieur et homme de sciences, Grüber fut le 2e Supérieur général des Jésuites de Russie

Gabriel Grüber né le 6 mai 1740, à Vienne (Autriche) et mort (accidentellement) le 7 avril 1805 à Saint-Pétersbourg en Russie était un prêtre jésuite autrichien, architecte et ingénieur hydraulicien. Réadmis parmi les jésuites de Russie il en devint, en 1802, le second Supérieur Général.

Formation[modifier | modifier le code]

Gruber entra très jeune dans la Compagnie de Jésus: il avait 15 ans (en 1755). Il suivit ses études en Autriche-Hongrie: latin, grec et philosophie à Graz (1757-60), langues à Vienne (1760-61), mathématiques à Trnava, Slovaquie (1761-62) et théologie à Graz (1763-67) où il fut ordonné prêtre en 1766.

Gruber, ingénieur[modifier | modifier le code]

Gruber fut un expert en hydrodynamique et en architecture et acquit aussi une bonne connaissance de navigation et de son histoire. En 1769, il commença son activité de professeur de mathématiques, mécanique, hydraulique et ingénierie à l'école d'Ingénierie mécanique de Laibach en Slovénie. L'école enseignait la construction navale, les équipements portuaires.

Le jeune ingénieur, Grüber était également un constructeur fanatique de maquettes de bateaux qu'il réalisa entre 1774 et 1783. Beaucoup de ces maquettes sont aujourd'hui au Musée maritime de Ljubljana.

Après la suppression de la Compagnie de Jésus par le Pape Clément XIV en 1773, Gruber resta comme ingénieur à la Cour de l'Empereur Joseph II jusqu'en 1784. Son expérience lui fut utile, et pour les huit années suivantes il fut l'architecte et le constructeur du palais Gruber — un vaste édifice rococo qui était son manoir — pour ses recherches en physique et hydraulique. Il avait aussi un observatoire astronomique. En 1965 ce palais est devenu le dépôt des archives de Slovénie.

Retour chez les Jésuites[modifier | modifier le code]

La rumeur se répandant partout en Europe que le pape Pie VI avait discrètement approuvé l'existence des Jésuites en Russie, Grüber se rend en 1784 à Polotsk, une ville-frontière entre l'Union de Pologne-Lituanie et l'Empire russe pour y demander sa réadmission dans la Compagnie de Jésus, en Russie. Il devient membre de la communauté du collège de Polotsk.

Gruber étant un actif ingénieur, chimiste, architecte, peintre, mécanicien et physicien. Sous son influence, le collège de Polotsk devint une fameuse académie de science technique. Il était influent à la cour de Catherine II et proche de son successeur, le tsar Paul Ier, et à sa demande réorganisa l'enseignement technique dans tout l'Empire russe. En 1800, Grüber devint le premier recteur du Collège aristocratique à l'Université d'État de Saint-Pétersbourg.

Supérieur général[modifier | modifier le code]

Devenu un proche confident de Paul Ier et vivant à Saint-Pétersbourg Gruber discutait souvent avec lui les affaires de la Compagnie, au nom de Franciszek Kareu, Vicaire général en Russie dont, en 1797, il devint officiellement l'Assistant'.

En 1801, le Pape Pie VII avait issu le bref Catholicae fidei approuvant l'existence des Jésuites en Russie et nommant le Vicaire Temporaire Franciszek Kareu Supérieur général des Jésuites résidant en Russie. Après sa mort, Gruber fut élu son successeur (Congrégation régionale de Polotsk, 1802).

Gruber poursuivit des activités pionnières en créant plusieurs missions chez les Allemands de la Volga à Saratov, en 1803, Odessa en 1804 et Astrakhan en 1805 où les écoles et les activités agricoles furent développées. Cependant les problèmes politiques s'accrurent avec le tsar ainsi qu'avec l'évêque de Polotsk.

Gabriel Grüber meurt accidentellement dans l'incendie de sa résidence, à Saint-Pétersbourg (7 avril 1805).

Bibliographie[modifier | modifier le code]