Gabriel Gorodetsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gorodetski.
Gabriel Gorodetsky
Gabriel Gorodetsky .jpg
Gabriel Gorodetsky en 2015
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Directeur de thèse

Gabriel Gorodetsky, né le à Tel Aviv (Palestine mandataire), est un historien israélien spécialisé en histoire soviétique. Il est professeur émérite de l'université de Tel Aviv[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie l'histoire (notamment de la Russie) à l'université hébraïque de Jérusalem et obtient son doctorat sous la supervision de l'historien britannique Edward Hallett Carr à l'université d'Oxford. Il est directeur du Centre Cummings pour les études russes à l'université de Tel Aviv de 1991 à 2007. Il est membre invité (fellow) du St Antony's College, Oxford (en) en 1979 et en 1993, du Woodrow Wilson International Center for Scholars à Washington en 1986, de All Souls College à Oxford en 2006, et chercheur invité à l'Institute for Advanced Study à l'université de Princeton. Il a également été professeur invité aux universités de Munich et de Cologne et à l'université d'Europe centrale à Budapest. En 2010, il reçoit un doctorat honorifique de l'université d'État des sciences humaines de Russie, à Moscou.

Travaux de recherche[modifier | modifier le code]

Dans son livre principal, Grand Delusion : Stalin and the German Invasion of Russia (Yale University Press, 1999), Gabriel Gorodetsky, employant de rares archives issues du ministère russe des Affaires étrangères, de l'état-major général soviétique, du NKVD, du GRU et des archives bulgares, yougoslaves, britanniques et allemandes, dévoile les événements menant à l'invasion allemande de l'URSS le 22 juin 1941 (opération Barbarossa).

Pour l'historien, Staline a vu Hitler comme un double, comme lui féru de realpolitik et désireux d'améliorer le sort de son pays, qui avait perdu son prestige en raison des catastrophes qui lui avaient été infligées pendant la Première Guerre mondiale et la Révolution russe. Avec le pacte germano-soviétique, Staline croyait pouvoir apporter un changement dans l'équilibre européen des pouvoirs. Lorsqu'il apprend, grâce à ses services secrets, les intentions agressives d'Hitler à la fin des années 1930, considérant les capacités de son armée, décapitée lors des Grandes purges, il n'avait d'autre choix que de recourir à l'apaisement en espérant pouvoir retarder la guerre ou parvenir à un deuxième accord avec Hitler. Selon Gabriel Gorodetsky, la suggestion de son chef d'état-major de lancer une contre-offensive a été rejetée par le dictateur soviétique.

L'analyse de Gabriel Gorodetsky a été saluée en Occident comme une avancées dans l'étude des politiques militaires et diplomatiques soviétiques à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

En 2015, il édite chez Yale University Press le journal d'Ivan Maisky, l'ambassadeur soviétique à Londres de 1932 à 1943.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié à Ruth Herz, une juriste de Cologne. Elle est chercheuse du Centre de criminologie de l'université d'Oxford et auteur de Recht Persönlich (Beck, 2006) et The Art of Justice : The Judge's Perspective (Hart Publishing, Oxford, 2013). Elle joue un rôle de juge dans la série télévisée de RTL Das Jugendgericht (en) (2001-2005),

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • The Precarious Truce: Anglo-Soviet Relations, 1924-1927 (Cambridge University Press, 1977, rééd. 2008). (284 p.)
  • Soviet Foreign Policy, 1917-1991: A Retrospective (Frank Cass, London, 1994) (227 p.)
  • Stafford Cripps' Mission to Moscow, 1940-1942 (Cambridge University Press, 1984) (361 p.) (réédition, Cambridge University Press, 2002).
  • Mif Ledokola (Moscow, Progress, 1995) (350 p.). (russe : The Icebreaker Myth).
  • Grand Delusion : Stalin and the German Invasion of Russia (Yale, University Press, 1999) (550 p.). (paperback edition, 2001)
  • Le Grand jeu de dupes (traduction française, Belles Lettres, Paris, 2000) (573 p.).
  • Self-Deception: Stalin and the German Invasion of Russia (traduction en hébreu, Ma'arachot, Tel Aviv, 1999) (450 p.)
  • Rokovoi samoobman. Stalin i napadenie Germanii na Sovetskii soiuz (traduction russe), Rospen, Moscou, 1999, rééd. 2009
  • Die Täuschung: Stalin, Hitler und das “Unternehmen Barbarossa” (traduction allemande), Siedler, Berlin, 2001, paperback edition, 2001
  • Documents on Israeli-Soviet Relations, 1941-1953, 2 vols. (Cass, London, 2000) (998 p.)
  • avec W. Weidenfeld, Regional Security in the Wake of the Collapse of the Soviet Union : Europe and the Middle East (Europa Union Verlag, Munich, 2002)
  • Russia between East and West : Russian Foreign Policy on the Threshold of the 21st Century (Cass, London, 2003)
  • Stafford Cripps in Moscow 1940-42, Diary and Papers (Valentine and Mitchel, 2007)
  • The Maisky Diaries - Red Ambassador to the Court of St James's, 1932-1943 (Yale University Press, octobre 2015)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gutman Avigail, « History as Politics », Jerusalem Post,‎ , p. 12 (lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]