Gabriel Doutrebente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gabriel Doutrebente
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Gabriel Doutrebente (né à Sorigny en 1844 et décédé à Paris en 1911) est un médecin aliéniste français. Il est à la tête de l'asile départemental de Loir-et-Cher durant 26 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Sorigny en 1844[1], Gabriel Doutrebente est le neveu du Dr Jules Lunier et le petit-neveu du Dr Jules Baillarger[2]. Marié à deux reprises, il a deux fils de sa seconde épouse (Julia Hébert) : Robert (de) (aviateur et champion automobile) et Maurice (médecin anesthésiste)[3].

Étudiant, il effectue de brillantes études à l'école de médecine de Tours, où il obtient la médaille d'or du prix Tonnelé[4]. Nommé interne à l'asile Saint-Yon de Rouen, il y effectue des recherches sur les caractères héréditaires liés à l'aliénation. Pour ce travail, il obtient le prix Esquirol de l'Académie de médecine. En 1869, il devient interne à l'asile de Charenton. L'année suivante, il soutient une thèse sur la paralysie générale progressive[4].

Au moment de la guerre franco-prussienne, il se trouve à Vouvray, où il devient chirurgien en chef des ambulances locales. Une fois le conflit terminé, il s'installe dans la commune afin d'y exercer comme médecin généraliste[4]. Sur les conseils de son oncle, il abandonne cependant cette voie pour revenir à la psychiatrie[5]. En 1876, il devient médecin adjoint de l'asile de Montdevergues avant d'être envoyé à l'asile de Ville-Evrard l'année suivante. En 1879, il est nommé chef de clinique du professeur Ball à l'asile Sainte-Anne[6].

En 1880, Gabriel Doutrebente prend la succession de son oncle à la tête de l'asile départemental de Blois. Il en conserve la direction jusqu'en 1906 et contribue à sa croissance, fondant notamment l'hospice Dessaigne[7].

Devenu membre de la franc-maçonnerie en 1889[4], le Dr Doutrebente est mis indûment en cause durant l'Affaire des fiches. Des libelles et des chansons lui reprochent alors d'avoir dénoncé des officiers catholiques pour les faire radier de l'armée[7]. Gravement affecté par ces accusations, il quitte le Loir-et-Cher en 1906 et se retire alors à Tours. Il devient ensuite membre de la Commission administrative de l'hôpital général puis, en 1910, directeur du bureau municipal d'hygiène[7].

Il meurt à Paris des suites d'une opération et son corps et ramené et inhumé à Tours [7] sous un bas relief en marbre représentant le visage de sa mère, Agathe Lunier, sœur de son oncle et mentor le Docteur Jules Lunier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • De l'hospitalisation des aliénés, des épileptiques et des idiots dans le département de Loir-et-Cher, impr. Ch. Herissey, Evreux, 1897
  • De l'organisation médicale des asiles d'aliénés, Privat, Toulouse, 1897
  • Quarante années de pratique médicale et administrative, 1909 (prix Baillarger en 1910)

Biographies[modifier | modifier le code]

  • Pierre Duchemin, « Une famille d'aliénistes tourangeaux au XIXe siècle : les docteurs Baillarger, Lunier et Doutrebente », Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, vol. XLV,‎ , p. 229-238 (lire en ligne)
  • Professeur Régis, Le Docteur Doutrebente, étude dactylographiée puis imprimée, archives départementales de Loir-et-Cher

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Duchemin 1997, p. 229
  2. Duchemin 1997, p. 230
  3. Duchemin 1997, p. 234 et 237
  4. a b c et d Duchemin 1997, p. 233
  5. Duchemin 1997, p. 233-234
  6. « Nécrologie : Gabriel Doutrebente », La Gazette médicale du Centre,‎ , p. 194 (lire en ligne)
  7. a b c et d Duchemin 1997, p. 234