Gabriel Deville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gabriel Pierre Deville
Image dans Infobox.
Fonctions
Député
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ViroflayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Gabriel Deville est un homme politique français né le à Tarbes (Hautes-Pyrénées) et décédé le à Viroflay (Seine-et-Oise).

Petit-fils de Jean-Marie-Joseph Deville, il devient, après des études de droit, journaliste à L’Égalité, le journal de Jules Guesde. Il est l'auteur de nombreux essais politiques grâce auxquels il fait figure de théoricien du socialisme. La Xe chambre correctionnelle le jugea, ainsi que Jules Guesde, Marie Manière et Marie Bonnevial, pour association non autorisée dans l'organisation d'un congrès ouvrier international prévu le 5 septembre 1878 à Paris[1].

Il est membre du Parti ouvrier français fondé par Jules Guesde jusqu'en 1889[2]. Il est député de la Seine de 1896 à 1898 et de 1903 à 1906, siégeant avec les socialistes parlementaires. Il participe activement aux débats sur la loi de séparation des Églises et de l'État. Il ne se représente pas en 1906 et devient ambassadeur en Éthiopie, puis délégué de la France à la Commission Européenne du Danube et enfin ambassadeur à Athènes.

Les papiers personnels de Gabriel Deville sont conservés aux Archives nationales, sur le site de Pierrefitte-sur-Seine, sous la cote 51AP : Inventaire du fonds 51AP.

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Gabriel Deville », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « BONNEVIAL Marie - Maitron », sur maitron.fr, (consulté le 14 novembre 2020)
  2. Georges Tanesse, « DEVILLE Gabriel, Pierre »

Liens externes[modifier | modifier le code]