Gabriel Delaunay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delaunay.
Gabriel Delaunay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Préfet
Gironde
-
Jean Mairey (d)
Daniel Doustin (d)
Directeur général
Radiodiffusion-télévision française
-
Préfet
Q12254845
-
Roger Moris (d)
Préfet
Puy-de-Dôme
-
Pierre Sauvanet (d)
Antoine Poggioli (d)
Préfet
Loir-et-Cher
-
Louis Keller (d)
Yves Bayet (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 91 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
MerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Autres informations
Distinctions

Gabriel Delaunay, né le à Sainte-Christine[note 1] (Vendée), mort le à Bordeaux (Gironde), est un résistant, haut fonctionnaire et écrivain français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de petits paysans du Marais poitevin[1], Gabriel Delaunay est élève à l'école normale de La Roche-sur-Yon (Vendée), puis de Rennes (Ille-et-Vilaine), et devient instituteur. Tout en enseignant à La Châtaigneraie, puis à Saint-Maurice-des-Noues, il poursuit des études supérieures jusqu'à l'agrégation d'histoire et géographie (1937)[2], matière qu'il enseigne au lycée de Bourges puis au lycée Michel-Montaigne de Bordeaux.

Mobilisé dès le début de la Seconde Guerre mondiale il participe à la bataille des Ardennes puis à la retraite de Bergerac, ce qui lui vaut de recevoir la Légion d'honneur. Il reprend sa place au lycée Michel-Montaigne. Dès le début de l'occupation allemande, en septembre 1940. il s'engage dans la Résistance.

Il est brièvement arrêté mais reprend ses activités clandestines. Sous le pseudonyme de Merlin, il devient le responsable des Mouvements unis de la Résistance dans le département de la Gironde Il se trouve contraint de quitter Bordeaux fin 1943 pour échapper à l'étau qui se resserre. Il y revient le 6 juin 1944, à la demande de la direction de son réseau, et participe aux combats de libération de la ville (28 août), avant de se consacrer à la mise en place du comité départemental de Libération.

Nommé président de ce comité en septembre 1944, il s'oppose en vain à la promotion de Maurice Papon au grade de préfet, lui reprochant d'avoir défendu « avec fidélité » la politique de Pétain[3]. Lors du procès Papon, il souhaitera témoigner en février 1998, mais en sera empêché par la maladie.

La suite de sa carrière fait de lui un haut fonctionnaire, nommé successivement préfet de Loir-et-Cher (janvier 1945), préfet du Puy-de-Dôme, puis préfet des Basses-Pyrénées (aujourd’hui Pyrénées-Atlantiques).

Il dirige la Radiodiffusion-télévision française de février 1957 à juillet 1958. Démissionnaire, il est nommé préfet de la Gironde, préfet de la région Aquitaine, un poste qu'il occupe jusqu’en 1972. Sa proximité avec Jacques Chaban-Delmas, connu dans la Résistance, explique cette longévité tout à fait exceptionnelle dans la fonction.

En 1975, il est candidat à l'Académie française[4].

Il termine sa carrière comme conseiller d'État en service extraordinaire.

Famille[modifier | modifier le code]

Son épouse, Alice Delaunay (1910 - 2003) a été déléguée à l'Assemblée consultative provisoire qui siégea à Paris du 7 novembre 1944 au 3 août 1945. Devenue inspectrice générale de l'instruction publique, elle a été pionnière dans l'introduction de l'apprentissage des langues étrangères par les enfants de l'école maternelle[5].

Sa fille, Michèle Delaunay, députée de la Gironde, a été ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie dans les gouvernements Jean-Marc Ayrault (1) et Jean-Marc Ayrault (2).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Toute honte bue, 1953
  • La Nuit sans aube, Paris, éd. Albin Michel, 1957
  • Feuillets du temps volé, essais, Paris, éd. Albin Michel, 1962 Extraits
  • Le Miroir d'étain, nouveaux feuillets du temps volé, Paris, éd. Albin Michel, 1967
  • L'Herbe et le vent, feuillets du temps volé, Paris, éd. Albin Michel, 1970
  • Nul ne sait le jour, Paris, éd. Albin Michel, 1976
  • À la croque au sel. Grand menu d'histoires politiques, Les Sables-d'Olonne, éd. le Cercle d'or, 1982, (ISBN 2-7188-0110-7)
  • Le Piéton des nuages : feuillets du temps volé, Paris, éd. Albin Michel, 1973
  • Le Mai de l'automne, Paris, éd. Albin Michel, 1978
  • Les Feuillets de l'imprévu, Paris, éd. Albin Michel, 1980 (recueil de textes extraits de « Sud Ouest », 1975-1977)
  • Le Petit Chouan, Paris, éd. ACE, 1985, (ISBN 2-8666-4027-6)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Commune aujourd'hui fusionnée avec celle de Benet.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :