Gabriel Cramer (éditeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cramer et Gabriel Cramer (homonymie).
Gabriel Cramer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Gabriel Cramer est un éditeur genevois[1], né à Genève le , mort dans la même ville le (à 69 ans). Il est surtout connu comme éditeur de Voltaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Gabriel Cramer, éditeur, objet de cet article, est le cousin d'un autre Gabriel Cramer, beaucoup plus célèbre que lui aujourd'hui, car il est le mathématicien qui a donné son nom à la règle de Cramer)[2].

La mère, Jeanne-Louise de Tournes (1703–1778) est d'une famille d'imprimeurs[3],[4].

Le père, Guillaume-Philibert Cramer, imprimeur-libraire, meurt en 1737. Claude et Antoine Philibert, marchands-libraires, prennent la direction de l'affaire et se chargent de la formation des deux fils[5]. Dès 1738, Gabriel (quinze ans) et Philibert (onze ans), héritiers du fonds Pérachon, Cramer et Cie[5], sont donc plongés dans le monde de l'édition[6].

Historique des entreprises[modifier | modifier le code]

Philibert Cramer quitte l'association avec son frère en 1763, préférant s'occuper de politique.

Édition des œuvres de Voltaire[modifier | modifier le code]

La base pour l'édition par Cramer des Œuvres complètes de Voltaire est l'édition de Georg Conrad Walther, sept volumes in-12, Dresde, 1752 ; on voit plusieurs fois Voltaire pester contre la ponctuation adoptée par cette édition[7].

La censure[modifier | modifier le code]

Relations entre Voltaire et Cramer[modifier | modifier le code]

La belle époque[modifier | modifier le code]

  • Il était « l'homme le plus agréable et le plus solide, le plus frivole et le plus sage que Voltaire eût connu[8],[9],[10] ».
  • Voltaire anticipait ainsi que Cramer aurait une longue vie : « [pour la vie] d'un homme aussi dodu et aussi gai que Monsieur Cramer elle sera celle de Mathusalem[11] ».
  • « Cramer est homme de bonne compagnie et point du tout libraire[12]. »

La brouille[modifier | modifier le code]

  • « Ce Cramer a gagné plus de quatre cents mille francs à imprimer mes ouvrages depuis vingt ans. II finit par une édition dans laquelle il glisse des ouvrages beaucoup plus dangereux que ceux de Spinosa et de Vanini, des ouvrages qu'il sait n'être pas de moi[13],[14]. »

Vie hors de l'édition[modifier | modifier le code]

Cramer fait partie d'une troupe créée par Voltaire et qui joue ses œuvres théâtrales ; grâce à ce passe-temps, Cramer recolle quelques pots cassés avec son exigeant auteur[8].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Générale[modifier | modifier le code]

Voltaire[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Genève est à cette époque un État indépendant, la République de Genève, qui se joindra à la Suisse en 1815.
  2. Les noms, de personnes (patronymes et prénoms) et de sociétés commerciales, offrent ici des risques particuliers de confusion. Gabriel Cramer, l'éditeur, est dit « l'Aîné », mais ce n'est pas par rapport à un fils mais à son frère Philibert.
  3. Arbre généalogique de Jeanne-Louise de Tournes (1703–1778), épouse de Guillaume-Philibert Cramer.
  4. Notamment, Jean de Tournes (Père), Jean de Tournes (fils) (dit Jean II), qui s'installe à Genève.
  5. a et b Dictionnaire de l'édition d'Hubert de Phalèse.
  6. DHS.
  7. Gagnebin 1952, p. 17, note 1.
  8. a b et c Bravard, p. 59.
  9. Jean-Aimé Gaudy-Le Fort, Promenades historiques dans le canton de Genève, 2e  éd., Cherbuliez, 1849, p. 204.
  10. Jean-Pierre-Louis de Luchet, Histoire littéraire de monsieur de Voltaire, vol. 2, p. 32.
  11. Voltaire, dans Gagnebin, Lettre 230, 1769, p. 230.
  12. Lettre 247 à M. Gaillard, 23 janvier, dans Œuvres complètes de Voltaire : Correspondance générale.
  13. Œuvres complètes de Voltaire, t. 63, vol. 23, 1785, p. 198 (lettre 108 à d'Argental, 6 de mars).
  14. « Voltaire ne disait pas la vérité ou n'en disait qu'une partie ; un seul des ouvrages compris dans ces trois volumes ne lui appartenait pas ; c'est le Catéchumène, qui était de Bordes. » Voir : Charles Nisard, « Portefeuille d'un académicien du XVIIIe siècle », dans Revue contemporaine, vol. 25, 1856, p. 445.
  15. Jean-Aimé Gaudy-Le Fort, Promenades historiques dans le canton de Genève, 2e  éd., Cherbuliez, 1849, p. 205.
  16. Nom collectif.

Liens externes[modifier | modifier le code]