Gabriel-Joseph Clément

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clément.
Gabriel-Joseph Clément
Image illustrative de l'article Gabriel-Joseph Clément

Surnom Clément d'Aerzen
Naissance
Catillon-sur-Sambre
Décès (à 46 ans)
Barcelone (tué en duel)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1782-1812
Conflits Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur

Le baron Gabriel-Joseph Clément d'Aërzen, né le à Catillon-sur-Sambre et mort le à Barcelone, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Catillonnais commence sa carrière militaire en s'engageant le 18 octobre 1782, comme soldat au régiment des Gardes françaises. Le 1er septembre 1789, il devient grenadier de la garde nationale parisienne, puis, le 7 juin 1790, caporal à la compagnie Cadignan de cette garde. Le 2 janvier 1792, il est grenadier au bataillon de volontaires de Saint-Germain-l'Auxerrois, et il est nommé sous-lieutenant le 1er mars 1793 au 26e régiment de cavalerie. Il est envoyé à l'armée des Pyrénées orientales, et le 18 septembre de la même année il se distingue à la bataille de Peyrestortes.

Ce coup d'éclat lui vaut d'être nommé provisoirement adjudant-général-chef de bataillon par les représentants en mission près l'armée des Pyrénées orientales. Le 2 novembre 1793, il est de ceux qui chassent les Espagnols du col de Banyuls. Le 8 prairial an II, on le retrouve dans les premiers qui pénètrent dans les retranchements du fort Saint-Elme, et il est blessé pendant l'action.

Alors qu'il vient d'être nommé chef de brigade, il est victime de rapports calomnieux à son sujet, parvenus au Comité de salut public, il se cache donc dans les rangs de l'armée et sert comme simple volontaire jusqu'après le 9 thermidor, évitant ainsi d'être arrêté. Envoyé à armée d'Italie, en tant que capitaine à la 10e demi-brigade de ligne, il est réintégré le 25 pluviôse an IV dans son ancien grade et on lui octroie le commandement de Brescia.

Aide de camp du général Brune en l'an VII, il fait la campagne de Hollande. Adjudant-général-chef de brigade employé à l'armée de Batavie, il se signale à Bergen (3e jour complémentaire (19 septembre 1799). Il est nommé le même jour général de brigade provisoire par Brune, ce que confirme le Directoire.

Employé à la division Morlot (2e armée de réserve) depuis le 5 thermidor an VIII, il suit Brune à l'armée d'Italie le 1er fructidor an VIII où il prend le commandement de Lucques. Il sert en Toscane et s'empare de Livourne le 16 brumaire an IX. Le 23 septembre 1801, il est mis en non-activité.

Commandant du département du Nord de 1802 à 1805, puis celui de la Lys de 1805 à 1806, on lui rend le commandement militaire de son département natal le 25 mars 1806. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 19 frimaire an XII, puis commandant de l'Ordre le 24 prairial suivant. Employé au corps d'observation de l'Escaut le 9 juin 1807, il est envoyé à Walcheren sous Monnet de Lorbeau le 30 septembre.

Le 29 avril 1809, il est à la division Rivaud en Allemagne et passe le 1er juin commandant de la 1re brigade de la division Despeaux au corps de réserve de l'armée d'Allemagne sous Junot. Le 8 août 1809, il est renvoyé à Walcheren, attaquée par les Britanniques.

Article détaillé : Expédition de Walcheren.

Il prend part ensuite à la campagne d'Espagne, et il est envoyé le 16 avril 1810 à l'armée de Catalogne. Le 26 février 1811, à Bañolas, le général Clément se félicite du choix d'une position stratégique en ces termes :

« [...]Je m'empresse de vous dire que j'ai toujours tenu une communication etablie avec Bosalà [...] toutes les découvertes se portent en partie sur ce point là [...] aussitôt l'arrivée des troupes que vous m'y annoncez, j'établirai un poste intermédiaire. Je suis content qu'on ce soit décidé à occuper ce point là parce que cela sera d'une grande utilité pour tirer toutes les pailles de ce pays là[...][1]. »

Le 3 mai 1811, au combat de Campo-Verde (sous Figuières). L'année suivante, sa brigade passe dans la division du général Decaen. Il est tué en duel par le commissaire ordonnateur Bois à Barcelone le 2 août 1812.

L'Empereur le nomme à titre posthume baron d'Aerzen et de l'Empire le 26 mars 1813, par décret impérial et sans lettres patentes.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Gabriel-Joseph Clément se marie en 1803 avec Arsène Adélaïde Arnoux (1784 † 1863), fille de Claude Arnoux (1751 † 1831 - Cambrai), négociant. Ensemble, ils auront :

  1. Gabrielle (1917), mariée en 1882 avec Albert Joannes (1847 † 1919) ;
  2. Gaston ()
  3. Charles Gabriel Michel ( † 1940), Saint-Cyrien (1876-1878 : (promotion de Plewna), officier d'ordonnance du général de Boisdenemets, chef de bataillon d'infanterie, marié, dont deux filles ;
  4. Arsène (une fille) ( † 1925), mariée en 1884 avec Paul de Brauer (1855 † 1898) ;
  5. une fille ;

État de service[modifier | modifier le code]

  • Engagé comme soldat au régiment des Gardes-Françaises le 18 octobre 1782 ;
  • Grenadier dans la Garde nationale de Paris le 1er septembre 1789 ;
  • Caporal dans la Garde nationale de Paris le 7 juin 1790 ;
  • Volontaire le 2 janvier 1792 ;
  • Sous-lieutenant le 1er mars 1793 ;
  • Adjudant-général-chef de bataillon à titre provisoire le 11 octobre 1793 ;
  • Adjudant-général-chef de brigade à titre provisoire le 2 novembre 1793 ;
  • Capitaine le 25 février 1796 ;
  • Adjudant-général-chef de brigade le 21 décembre 1798 ;
  • Général de brigade à titre provisoire le 19 septembre 1799 ;
  • Général de brigade le 26 septembre 1799.

Campagnes[modifier | modifier le code]

  • Affecté à l'armée de Batavie ( - ) ;
  • Affecté à la 2e armée de réserve ( - ) ;
  • Commandant à Lucques ( - ) ;
  • Mis en non-activité le  ;
  • Commandant du département du Nord (1802-1805) ;
  • Commandant du département de la Lys (1805 - ) ;
  • Commandant du département du Nord ( - ) ;
  • Affecté au corps d'observation de l'Escaut ( - ) ;
  • Affecté à l'armée d'Allemagne ( - ) ;
  • Commandant de la 1re brigade de la 2e division du corps de réserve de l'armée d'Allemagne ( - ) ;
  • Affecté à l'armée de Catalogne ( - ).

Décorations[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Hommage, Honneurs, Mentions,...[modifier | modifier le code]

Pensions, rentes, etc.[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Armoiries Gabriel Joseph Clément.svg
Armes du baron Clément et de l'Empire

Écartelé : au 1, d'azur, à un mont d'argent, surmonté d'une tête de cheval coupée d'or ; au 2 du quartier des barons militaires de l'Empire ; au 3, de gueules, à trois épées d'argent, garnies d'or, deux posées en sautoir et la troisième brochant en pal, acc. d'une étoile d'argent, brochant sur la lame de l'épée du milieu ; au 4, d'or, à deux palmiers de sinople, posés sur une terrasse du même. Sur le tout de sable à un cœur d'argent, enflammé de gueules.[2],[3],[4],[5]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : www.documents-anciens.com
  2. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  3. « Source : www.lillempire.fr : Lille et le Nord, du Consulat au Second Empire »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 22 août 2014)
  4. « passepoil.fr Héraldique napoléonienne, Département du Nord »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 22 août 2014)
  5. Source complémentaire : Armorial historique de Lorraine de A. Georgel.