G 196-3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
G 196-3
Données d'observation
(époque J2000)
Ascension droite 10h 04m 1,49s
Déclinaison +50° 23′ 14″
Constellation Grande Ourse
Magnitude apparente 13,3

Localisation dans la constellation : Grande Ourse

(Voir situation dans la constellation : Grande Ourse)
Ursa Major IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral M3V
Indice U-B +1,67
Indice B-V +1,16
Astrométrie
Vitesse radiale 11,7 km/s
Mouvement propre μα = −127,00 mas/a
μδ = −183,00 mas/a
Magnitude absolue 13,33
Caractéristiques physiques

Autres désignations

TYC 3440-13-1, NLTT 23293

G 196-3 est une jeune étoile naine brune de faible masse âgée d'environ cent millions d'années. L'étoile se situe à environ 50,2 années-lumière du Soleil dans la constellation de la Grande Ourse. Lors d'observations par imagerie directe réalisées par l'Institut d'astrophysique des Canaries à Tenerife en 1998, un objet substellaire est découvert orbitant à environ 300 unités astronomiques de l'étoile[1],[2],[3].

Compagnon substellaire[modifier | modifier le code]

Les premières observations de l'objet substellaire sont réalisées le 25 janvier 1998. Un compagnon rouge pâle est découvert à 16,2 secondes d’arc au sud-ouest de l'étoile. La comparaison d'images prises dans différentes longueurs d'onde (par spectroscopie) confirme la présence d'un objet substellaire appelé G 196-3B. Les observations ultérieures confirment la découverte quand l'équipe de Rafael Rebolo obtient une image photométrique à large bande le 19 mars 1998. Les observations dans la bande K (infrarouge) du télescope TCS de l'observatoire du Teide montre sa nature très froide. La comparaison des magnitudes optique et infrarouge et l'observation de condensation de poussière ont amené les astronomes à conclure que la masse de l’objet est d'environ 25 masses joviennes.

C'est la deuxième naine brune découverte autour d'une étoile de masse basse et relativement jeune[4],[5]. Une des hypothèses sur l'existence des deux corps distincts est qu'ils sont tous deux nés d'un fragment denuage moléculaire. Un autre scenario possible suggère qu'ils sont issus d'un même ancien disque protoplanétaire[1],[6],[7],[8],[9].

Caractéristiques des planètes du système G 196-3
Planète Masse Demi-grand axe (ua) Période orbitale (jours) Excentricité Inclinaison Rayon
 b  ≥25 M   1,186   280   0,120 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Rafael Rebolo, Marı́a R. Zapatero Osorio, Santiago Madruga, Vı́ctor J. S. Béjar, Santiago Arribas et Javier Licandro, « Discovery of a Low-Mass Brown Dwarf Companion of the Young Nearby Star G 196-3 », Science, vol. 282, no 5392,‎ , p. 1309 (ISSN 0036-8075, DOI 10.1126/science.282.5392.1309, Bibcode 1998Sci...282.1309R, arXiv astro-ph/9811413, lire en ligne [PDF], consulté le 29 août 2017)
  2. (en) J. D. Kirkpatrick, J. E. Gizis, A. J. Burgasser, J. C. Wilson, C. C. Dahn, D. G. Monet, I. N. Reid et J. Liebert, « Low-Luminosity Companions to Nearby Stars: Status of the 2MASS Data Search », dans Ultracool Dwarfs: New Spectral Types L and T., Springer, , 125 p. (ISBN 978-3-642-56672-1, Bibcode 2001udns.conf..125K)
  3. (en) « Lowell Proper Motion Survey 8991 Northern Stars (Giclas 1971) », sur vizier.u-strasbg.fr, Centre de données astronomiques de Strasbourg (consulté le 29 août 2017)
  4. (en) R. Rebolo, « Lithium in Brown Dwarfs », Partie de la conférence 198 « The Light Elements and their Evolution » de l'IAU Symposium de 1999 à de Natal, (Bibcode 2000IAUS..198..299R), p. 299
  5. (en) « ING Scientific Highlights in 1998 », sur ing.iac.es (consulté le 29 août 2017)
  6. (en) « 196-3B », sur extrasolar.net
  7. (en) Mark R. McGovern, J. Davy Kirkpatrick, Ian S. McLean, Adam J. Burgasser, L. Prato et Patrick J. Lowrance, « Identifying Young Brown Dwarfs Using Gravity-Sensitive Spectral Features », The Astrophysical Journal, vol. 600, no 2,‎ , p. 1020–1024 (DOI 10.1086/379849, Bibcode 2004ApJ...600.1020M, arXiv astro-ph/0309634, résumé)
  8. (en) Allers, Liu, Dupuy et Cushing, « Discovery of Young Dwarf L Binary », The Astrophysical Journal, vol. 715, no 561,‎ (DOI 10.1088/0004-637X/715/1/561, Bibcode 2010ApJ...715..561A, arXiv 0912.4687)
  9. (en) « 2MASSW J1004207+502300 », sur simbad.u-strasbg.fr, Centre de données astronomiques de Strasbourg (consulté le 29 août 2017)