GW190521

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
GW190521
Image dans Infobox.
Localisation
Constellations
Astrométrie
Distance au Soleil
5,3 gigaparsecVoir et modifier les données sur Wikidata
Exploration
Lieux de découverte
Date de découverte

GW190521 (enregistrée initialement sous le nom de S190521g[1]) est une onde gravitationnelle observée le 21 mai 2019 par les interféromètres LIGO et Virgo[2]. Émise à environ 16 milliards d'années-lumière de distance, elle résulterait de la fusion d'un trou noir binaire il y a environ 7 milliards d'années[3]. Le signal proviendrait de la zone 765[4] deg2[note 1],[5],[6], en direction des constellations de la Chevelure de Bérénice, des Chiens de chasse et du Phénix[7],[8],[9],[10].

Les deux trous noirs concernés avaient une masse estimée à 85 et 66 masses solaires, ce qui en fait les plus gros membres d'un trou noir binaire observés à ce jour. Le trou noir résultant possède une masse équivalente à 142 fois celle du Soleil, ce qui est le premier trou noir intermédiaire clairement identifié. Les 9 masses solaires restantes se seraient transformées en énergie sous forme d'ondes gravitationnelles à la suite de la collision[3],[1],[11].

Le signal détecté prend la forme de quatre petits soubresauts d'une durée de moins d'un dixième de seconde[3].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

GW190521 est le premier trou noir intermédiaire clairement identifié. Avant sa détection, la communauté scientifique ne possédait que des observations indirectes de ces astres, observations situées dans une palette allant de 102 à 105 masses solaires[12]. De plus, les chercheurs n'avaient aucune donnée sur la formation de ces derniers[12].

Une hypothèse des origines de GW190521 propose que les membres du trou noir binaire seraient chacun issus de la fusion de deux plus petits trous noirs[3].

En juin 2020, des astronomes, utilisant des données du relevé astronomique Zwicky Transient Facility (ZTF), affirment avoir obtenus des détails observationnels associés à l'événement. En effet, ils ont observé qu'un troisième trou noir, supermassif et situé dans les environs des deux autres, a émis un flash de lumière. Si elle est confirmée, cette observation serait le premier sursaut lumineux observé à la suite de la fusion de trous noirs[8],[9],[13],[14]. Des chercheurs croient que le troisième trou noir a pu affecter la fusion des deux autres[15].

Ces astronomes prédisent qu'un autre sursaut lumineux semblable provenant de la même source pourrait être observé environ 1,6 an après le premier, soit en décembre 2020[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une portion du ciel très grande et lointaine à l'intérieur de laquelle l'émission se serait produite.
  1. a et b (en) Abbott, R. et al., « GW190521: A Binary Black Hole Merger with a Total Mass of 150 M ⊙ », Physical Review Letters, vol. 125, no 10,‎ , p. 101102 (DOI 10.1103/PhysRevLett.125.101102)
  2. (en) « GW trigger S190521g ('GW 190521') », Université de Leicester,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  3. a b c et d (en) Staff, « GW190521: The Most Massive Black Hole collision Observed To Date », LIGO Scientific Collaboration,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020)
  4. (en) Geoffrey Mo, « GCN Circular - Number: 24640 - LIGO/Virgo S190521g: Updated sky localization », sur National Aeronautics and Space Administration, (consulté le 27 juin 2020)
  5. (en) Greco, G. et al., « Handling gravitational-wave sky maps for EM-followUP observations - Second ASTERICS Virtual Observatory School », sur Asterics2020.eu, (consulté le 27 juin 2020)
  6. (en) Christopher Berry, « Sky-localization of Gravitaional wave observations », sur CplBerry.com, (consulté le 27 juin 2020)
  7. (en) « Superevent info - S190521g », sur Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory, (consulté le 25 juin 2020)
  8. a et b (en) Calla Cofield, « Black Hole Collision May Have Exploded With Light », National Aeronautics and Space Administration,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2020)
  9. a et b (en) Dennis Overbye, « Two Black Holes Colliding Not Enough? Make It Three - Astronomers claim to have seen a flash from the merger of two black holes within the maelstrom of a third, far bigger one. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2020)
  10. (en) Gradute Center, CUNY, « Black hole collision may have exploded with light », Phys.org,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  11. (en) Abbott, R. et al., « Properties and Astrophysical Implications of the 150 M ⊙ Binary Black Hole Merger GW190521 », The Astrophysical Journal, vol. 900, no 1,‎ , p. L13 (DOI 10.3847/2041-8213/aba493)
  12. a et b (en) M. Coleman Miller et E. J. M. Colbert, « Intermediate-Mass Black Holes », International Journal of Modern Physics D, vol. 13, no 1,‎ , p. 1 (DOI 10.1142/S0218271804004426, Bibcode 2004IJMPD..13....1M, arXiv astro-ph/0308402, S2CID 118959484)
  13. (en) Graham, M.J. et al., « Candidate Electromagnetic Counterpart to the Binary Black Hole Merger Gravitational-Wave Event S190521g », Physical Review Letters, vol. 124, no 25,‎ , p. 251102 (PMID 32639755, DOI 10.1103/PhysRevLett.124.251102, Bibcode 2020PhRvL.124y1102G, arXiv 2006.14122, S2CID 220055995)
  14. (en) « Black hole collision may have exploded with light », Science Daily,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)
  15. a et b (en) Alfredo Carpineti, « Astronomers May Have Observed The First Flare From A Black Hole Collision », IFLScience,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]