GSM Association

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
GSM Association
GSM Association.png
Logo de la GSM Association
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Domaine d'activité
Siège social
Organisation
Président
Direction
Mats Granryd (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnes clés
Stéphane Richard
Mats Granryd (d)
Gopal Vittal (en)
Li Zhengmao (d)
Liu Guiqing (d)
Jamaludin Ibrahim (d)
Chua Sock Koong
Marcelo Claure (en)
Sigve Brekke (en)
Andy Penn (en)
Murat Erkan (en)
Vivek Badrinath (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

La GSM Association (GSMA ou Global System for Mobile Communications), autrefois dénommé Groupe Spécial Mobile est une association internationale représentant les intérêts de plus de 750 opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile de 220 pays du monde[1], auquel s'ajoutent 400 autres entreprises de la sphère de la téléphonie mobile plus large, qui sont membres associés.

Elle compte aussi parmi ses membres 200 fabricants et autres industriels du secteur travaillant sur la famille des normes de réseau mobile définis par le 3GPP : GSM et dérivés (Edge), UMTS (WCDMA), LTE et 5G.

Ce groupe est depuis 2015 présidé par Mats Granryd[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

La GSMA a été créée en 1995, initialement sous le nom de «GSM MoU Association» comme lobby (organisme de soutien et de promotion) des opérateurs mobiles utilisant la norme GSM (Global System for Mobile communications) pour les réseaux cellulaires. Elle fait remonter son histoire à un mémorandum d'accord signé en 1987 par 13 opérateurs de 12 pays s'engageant à déployer le GSM pour la téléphonie mobile[3].

Activités[modifier | modifier le code]

La GSMA représente ses membres[4] via des programmes industriels, des groupes de travail et des initiatives de défense de l'industrie, de la 5G notamment.

La GSMA participe ainsi notamment à définir et publier des normes de téléphonie mobile, telle celle définissant l'usage de la voix sur les réseaux LTE : « VoLTE » (norme PRD IR.92)[5], ou encore la fonction SIM embarquée (par opposition à la carte SIM physique), la eSIM.

La GSMA organise chaque année les Mobile World Congress.

Représentativité[modifier | modifier le code]

En 2009, Les opérateurs membres de ce lobby concentraient 3,3 milliards de clients, soit 86 % des utilisateurs de téléphonie mobile dans le monde.
En 2015, ce chiffre atteint 6,5 milliards[6].

Base de données TAC/IMEI[modifier | modifier le code]

GSMA gère le Type Allocation Code, les 8 premiers chiffres du numéro IMEI.

GSMA gère également la base de données des numéros IMEI volés[7]. En France, les opérateurs téléphoniques ont 4 jours pour bloquer un numéro IMEI déclaré volé (loi LOPPSI 2 du )[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

External links[modifier | modifier le code]

Evènements GSMA

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Membership - Full Members gsma.com, consulté en juin 2017
  2. (en-GB) « GSMA APPOINTS MATS GRANRYD AS DIRECTOR GENERAL », sur Newsroom, (consulté le 9 octobre 2020)
  3. url=http://www.zdnet.com/article/happy-20th-birthday-gsm/ |title=Happy 20th birthday, GSM |auteur=ZDNet. On 7 September, 1987, representatives from 13 countries sat around a table in Copenhagen and signed the Groupe Spécial Mobile memorandum of understanding. [..] The memorandum of understanding that created all this was merely an agreement, not an organisation — the GSM Association didn't actually exist until 1995.
  4. (en-US) « GSMA Membership connects you with your peers across the global mobile industry.. », sur Membership (consulté le 9 octobre 2020)
  5. (en) FCM.01 – VoLTE Service Description and Implementation Guide (Version 2.0) gsma.com, consulté le 15 décembre 2014
  6. (en)Q1 2015 mobile subscriptions: 6.54 billion subscriptions globally using 3GPP systems Gsacom.com, consulté le 20 juin 2015
  7. (en)GSMA / Fraud and Security Group / Stolen Phone Checking
  8. La police française raccordée à une base mondiale des téléphones volés