GK Persei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
GK Persei
Description de cette image, également commentée ci-après
GK Persei: Nova of 1901.
Données d'observation
(époque J2000.0)
Ascension droite 03h 31m 11,82s[1]
Déclinaison +43° 54′ 16,8″[1]
Constellation Persée
Magnitude apparente 14,0[2]

Localisation dans la constellation : Persée

(Voir situation dans la constellation : Persée)
Perseus IAU.svg
Caractéristiques
Type spectral Be+K2sdI
Astrométrie
Vitesse radiale 28 km/s[3]
Mouvement propre μα = −6,015 mas/a
μδ = −22,76 mas/a
Parallaxe 2,097 ± 0,116 mas[4]
Distance 1 560+91
−82
 al[4]
(477+28
−25
 pc)
Caractéristiques physiques

Autres désignations

GK Per, Nova Per 1901, HD 21629, HR 1057, BD+43 740a, 2MASS J03311201+4354154, 1RXS J033111.9+435427[3]

GK Persei (ou Nova Persei 1901) est une nova qui survint en 1901 dans la constellation de Persée. Elle atteignit une magnitude minimale (correspondant à une luminosité maximale) de 0,2.

Autour de GK Persei se trouve la nébuleuse du Feu d'Artifice, un rémanent de nova détecté en 1902 et constitué d'une nuage en expansion de bulles de gaz et de poussières se déplaçant jusqu'à 1200 km/s[5].

Elle fut découverte par Thomas David Anderson, un astronome amateur écossais, précédemment découvreur de Nova Aurigae 1892.

Anecdote[modifier | modifier le code]

L'écrivain américain H. P. Lovecraft, dans sa nouvelle Par-delà le mur du sommeil (Beyond The Wall Of Sleep), fait référence à Nova Persei 1901[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ronald Downes, Ronald F. Webbink et Michael M. Shara, « A Catalog and Atlas of Cataclysmic Variables-Second Edition », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 109,‎ , p. 345–440 (DOI 10.1086/133900, Bibcode 1997PASP..109..345D)
  2. William F. van Altena, J.T. Lee et E. D. Hoffleit, The general catalogue of trigonometric [stellar] parallaxes, (Bibcode 1995gcts.book.....V)
  3. a et b (en) V* GK Per Nova sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  4. a et b Thomas E. Harrison, Jillian Bornak, Barbara E. McArthur et G. Fritz Benedict, « Hubble Space Telescope Fine Guidance Sensor Parallaxes for Four Classical Novae », The Astrophysical Journal, vol. 767, no 1,‎ (DOI 10.1088/0004-637X/767/1/7, Bibcode 2013ApJ...767....7H, arXiv 1302.3245, lire en ligne)
  5. « NOAO », NOAO (consulté le 22 juin 2008)
  6. http://god-is-myth.com/13.html

Liens externes[modifier | modifier le code]