Gisèle Georges-Mianes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis G. Georges-Mianes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gisèle Georges-Mianes, née le à Paris (15e), est une artiste-peintre française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Peintre figuratif, aux tendances expressionnistes, Gisèle Georges-Mianes fait partie du mouvement de la « Jeune Peinture » de la Nouvelle École de Paris.

Elle est admise en 1945 à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris dans les ateliers des peintres Eugène Narbonne et Roger Chapelain-Midy et du lithographe René Jaudon[1]

Elle monte en loge pour le prix de Rome de 1950 avec pour sujet Le Sacre du Printemps. Elle participe à la réalisation des Évangiles, commande de l'évêque de Paris et réalisée[Où ?] par René Jaudon.

Elle obtient le premier prix de la bourse pour la Villa Abd-el-Tif à Alger 1957. C'est la première fois que la bourse est attribuée à une femme peintre. Elle s'embarque en 1957 et choisit de rester en Algérie où elle est engagée par le gouvernement général de l'Algérie comme conseillère technique et pédagogique en arts plastiques auprès de la direction régionale de l'académie de Constantine jusqu'en 1962. Elle rentre en France avec un ensemble de dessins et de toiles, certaines étant conservées au musée national des beaux-arts d'Alger.

Sa peinture dégage un tempérament de puissance et fait penser aux flammes d'un brasier. S'en dégage la lumière chaude, pétillante des couleurs chatoyantes du feu et de la liberté du mouvement des flammes.[interprétation personnelle]

Elle deviendra professeur de dessin à la Ville de Paris de 1950 à 1957, membre du comité de la Société nationale d'horticulture de France (section des beaux-arts) en 1995[2] et commissaire du Salon des artistes présents (Le Bourget) en 1986, sociétaire de l'École des Buttes Chaumont[3]. Ses toiles sont conservées dans plusieurs musées en France et à l'étranger.

Mariée en 1953, divorcée en 1964, une fille naît de cette union en 1954.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1956 : Prix de la Villa Abd-el-Tif[4]
  • 1957 : 1er Prix des Femmes peintres: Les 7 péchés capitaux, Paris
  • 1977 : 1er Prix de peinture, Galerie Cercle Saint-Louis, Paris
  • 1977 : 1er Prix du paysage, Cannes
  • 1977 : 1er Prix décerné par le Gouvernement général d'Algérie
  • 1987 : 1er Prix d'aquarelle, Galerie de la Thébaïde à Bréau-Le-Vigan
  • 1992 : Médaille d'or de la jeunesse et des sports, section arts plastiques
  • 1992 : Médaille d'or au Salon de Chicago (USA)
  • 1995 : Prix Corot au 25e Salon du Xe arrondissement de la Ville de Paris
  • 1997 : Prix Henri Fay de la Fondation Taylor
  • 2001 : Prix Univers des arts
  • Prix de peinture de la Fondation Lalique au Château de Longpont-sur-Orge (Essonne)

Décorations[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

Galeries
  • 1957 : Galerie de Paris (boulevard Raspail, Paris 6e)
  • 1957 : Exposition organisée par Marylène David à Londres (Grande-Bretagne)
  • 1958 : Exposition itinérante en Algérie (Bône, Oran)
  • 1971 : Galerie Marcel Bernheim à Paris
  • 1972 : Galerie San Marco à Rome (Italie)
  • 1980 : Galerie Créer, « Le Cirque », rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris
  • 1982 : Festival International de Peinture, Tour Sony à Osaka (Japon)
  • 1986 : Exposition « Peintres du spectacle » à Paris
  • 1988 : Galerie Katia Granoff à Cannes (France), « Le Cirque »
  • 1990 : Galerie Katia Granoff Institut, peintures
  • 1991 : Exposition à l'ambassade de France à Washington (USA)
  • 1991 : Galerie de l'Assemblée nationale avec la Société nationale d'horticulture de France
  • 1992 : Exposition au Dailey Civic Center à Chicago (USA)
  • 1993 : Exposition Galerie César du Forum, Las Vegas (USA)
  • 1993 : Galerie Arte Viva à Levallois-Perret (France)
  • 1994 : Galerie Everarts, rue d'Argenson, Paris
  • 1995 : Galerie Everarts, rue d'Argenson, Paris
  • 1996 : Exposition au musée de Tahiti à Papeete (Polynésie française)
  • 1996 : Exposition Rétrospective au CREPS à Châtenay-Malabry, « Les Peintres de la Réalité poétique »
  • 1997 : Exposition à la Fondation Taylor, Paris
  • 1998 : Exposition à Riddes (Suisse)
  • 1999 : Exposition à Martigny (Suisse)
  • Exposition Château de la Forêt à Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis)
Salons

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Nicole Lamothe, « G. Georges-Mianes », dans Univers des Arts, 1973
  • Elisabeth Cazenave, La villa Abd-El-Tif Un demi-siècle de vie artistique en Algérie (1907-1962), 1998
  • Alain Valtat, René Quillivic (préface), Mickaël Compagnion (introduction) Catalogue raisonné du peintre Geoffroy Dauvergne, éditions Levana, Sceaux, 1996, XIX-483.p., BN : FRBNF35857851 cote 4-D4 MON-388 - ASIN BOO14SHK60.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ses condisciples sont Marcelle Deloron et son mari Jean Joyet, Françoise Boudet, premier grand prix de Rome en peinture de 1950 avec Robert Savary, Geoffroy Dauvergne, qui a son atelier 41 rue Bayen, voisin du sien, Louis Vuillermoz, Jean-Pierre Alaux, Maurice Boitel, Mickaël Compagnion, Paul Collomb,Paul Ambille, Albert Zavaro, pour ne citer que quelques-uns qui deviendront et resteront des amis.
  2. « Georges-Mianes, artiste peintre », sur www.snhf.org
  3. (fr) « Sociétaires de l'École des Buttes Chaumont », sur ecoledesbutteschaumont.com
  4. Marion Vidal-Bué, L'Algérie des peintres, 1830-1960, p. 286.