G. G. Vikey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
G. G. Vikey
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Gustave Gbénou VikeyVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
G. G. VikeyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Instrument

Gustave Gbénou Vikey, dit G. G. Vikey, est un compositeur et interprète béninois, né en 1944 à Athiémé au Bénin et mort le 15 mai 2013 à Cotonou au Bénin[1]. Son album le plus connu est G.G. Vikey - Le chantre de la négritude et sa guitare africaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

G. G. Vikey commence à se faire connaitre au Bénin dans les années 1960 et c'est avec un titre sorti en 1969 Vive les mariés qu'il obtient la consécration, titre pour lequel il reçoit en 2003 le prix du "Kunde d'or"[2] des mains de la femme du président du Burkina Faso Blaise Compaoré.

En vieillissant, il devient haut fonctionnaire de l'État et occupe notamment le poste de directeur général de la Loterie nationale du Bénin[3].

Il meurt le 15 mai 2013 à Abomey-Calavi des suites de maladies liées à sa vieillesse, et est inhumé le 28 juin 2013 dans sa résidence[4].

Postérité[modifier | modifier le code]

En Afrique et dans son pays natal, le Bénin, il est considéré par beaucoup comme un véritable précurseur de la musique africaine, certains critiques lui ayant même décerné le titre de « meilleur poète béninois des années 60 ».

Deux rues portent son nom, l'une à Cotonou et l'autre à Bopa, sa ville d'adoption.

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Le 12 octobre 2012, G. G. Vikey reçoit l'ordre national du Bénin au grade de Commandeur[5].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Le chantre de la négritude et sa guitare africaine (Volume 1, 2003)
  • Le chantre de la négritude et sa guitare africaine (Volume 2, 2003)
  • Renaissance (Album 1984)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Blaise Ahouansè, « Gg Vikey n’est plus », sur http://www.lanouvelletribune.info, (consulté le )
  2. Jeune Afrique, « Musique : "le chantre de la négritude" G. G. Vikey a raccroché sa guitare », sur http://www.jeuneafrique.com, (consulté le )
  3. Florent Couao-Zotti, « Bénin – GG Vikey : la dernière note du gentleman », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Victorin Fassinou, « Décédé le 15 mai 2013 : L’artiste GG Vikey sera inhumé le 20 juin à Athiémé », sur http://www.actubenin.com, (consulté le )
  5. Anani Galley, « L’artiste béninois GG Vikey a fini de « parcourir » le monde », sur http://lalternative-togo.com, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]