Gézaincourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gézaincourt
Gézaincourt
Carré militaire dans le cimetière.
Blason de Gézaincourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Martine Botte
2020-2026
Code postal 80600
Code commune 80377
Démographie
Population
municipale
409 hab. (2019 en augmentation de 1,24 % par rapport à 2013)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 08′ 30″ nord, 2° 19′ 13″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 142 m
Superficie 6,97 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Doullens
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Gézaincourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Gézaincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gézaincourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gézaincourt

Gézaincourt est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, la ligne no 58 (Auxi-le-Château - Doullens), le jeudi et le samedi, jours de marché[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gézaincourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (79,1 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (79,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (54,1 %), zones agricoles hétérogènes (12,6 %), prairies (12,4 %), forêts (11 %), zones urbanisées (9,9 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaucoup de noms de villages se terminent par -court. Ce sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages ; l'appellatif toponymique -court (> français moderne cour) est issu du gallo-roman CORTE qui signifie « domaine ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 3],[9].

Brétel, nom de lieu aujourd'hui disparu, Braytellam vers 1040 et 1055[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Gézaincourt est tenue du roi, à cause de son château de Doullens. Elle semble avoir appartenu à la famille Fretel, qui possède également celle de Visme-en-Vimeu.

Gézaincourt se voit octroyer une charte de commune en 1240 par son seigneur, le chevalier Robert Frestel[11].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un hôpital de tentes est installé à Bagneux-Gézaincourt, il sert de poste de soins et d'évacuation des blessés lors du conflit[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977[13] 2001 Christian Vlaeminck DVD
puis UDI
Directeur d'établissement social et médico-social[14]
Maire de Doullens (2001 → 2020)
Conseiller général de Doullens (1992 → 2015[15])
Président de la CC du Doullennais (? → 2016)
mars 2001 2020[16] Alain Chevalier   Retraité
2020[17],[18] En cours
(au 8 octobre 2020)
Martine Botte   Directrice du Centre de formation de l’apprentissage public de l’académie d’Amiens

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2019, la commune comptait 409 habitants[Note 4], en augmentation de 1,24 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
445477519567605674683741801
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
775785815802767666658722666
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
654626614579503488467499486
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
485505497470476466446443404
2015 2019 - - - - - - -
415409-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Un syndicat scolaire (Sivu) liant la commune à celle de Hem-Hardinval[23] gère le transport scolaire et les activités péri-scolaires.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François, Casimir, Fulgence Carpentier, né le à Gézaincourt, professeur de philosophie au collège de Beauvais, chevalier de la Légion d'honneur en 1847.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Gézaincourt Blason
D'or à trois quintefeuilles de gueules mal ordonnées.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur à l'École Normale d'Amiens, à la suite d'un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  10. Adigard des Gautries - Les noms de lieux de la Seine-Maritime attestés entre 911 et 1066 (suite) [article] page 231.
  11. http://www.somme.fr/oldpdf/application/12d398cf41f491af730b4060a4b64fac.pdf
  12. Le « Courrier picard », édition d'Abbeville, Bernaville, une revue d'histoire locale, 1er septembre 2016, p. 19.
  13. Éric Sara, « Olivier de Francqueville médaillé pour son dévouement : Le premier adjoint est au conseil municipal depuis 1977. Celui qui a aussi été président du Centre d'aide par le travail a reçu une médaille », Le Courrier picard, édition de Doullens,‎ (lire en ligne).
  14. « Extrait de la fiche de M. Christian Vlaeminck », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le ).
  15. « Le conseiller général Christian Vlaeminck ne se représente pas », Le Courrier picard, édition de Doullens,‎ (lire en ligne).
  16. « Le maire de Gézaincourt, Alain Chevalier ne repart pas en mars », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « J’ai fait mon travail de maire sans influence. Un mandat de conseiller, trois mandats de maire soit 25 ans de vie publique. Un quart de siècle, cela fait un bon compte. Je me dis que les années ont passé très vite. J’ai aimé cette fonction faite de rapports humains, parfois exceptionnels, de satisfactions diverses, mais aussi quelquefois d’échecs qui pèsent aussi parfois sur la vie familiale ».
  17. « Martine Botte conduit la liste Unis pour Gézaincourt : Martine Botte est à la tête d’une liste qui aspire à prendre la relève du maire sortant qui souhaite passer la main », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  23. « Le SIVu sur Banatic, la base nationale sur l'intercommunalité ».
  24. Archives départementales de la Somme, Fonds de la seigneurie de Gézaincourt.
  25. http://www.webmatters.net/txtpat/?id=467
  26. http://www.webmatters.net/txtpat/?id=466