Géry Moutier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moutier (homonymie).
Géry Moutier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Instrument

Géry Moutier est un pianiste et pédagogue français né en mai 1957.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1957 dans une famille de peintres normands, Géry Moutier explore le piano dès l’âge de quatre ans, puis il est sensibilisé à l’harmonie au clavier dans la tradition de la Schola Cantorum de Paris. Remarqué par Tasso Janopoulo (partenaire de Jacques Thibaud), il croise le monde de la chanson poétique du Paris des années soixante. Il joue à onze ans au théâtre des Champs-Élysées avec l’Orchestre national d'Île-de-France puis avec l’Orchestre national de France. Reçu à treize ans au Conservatoire de Paris (piano et musique de chambre, écriture), Géry Moutier étudie auprès de Lucette Descaves. Elle lui traduit l’héritage d’Yves Nat, sa connaissance de la musique française, et l’incite à travailler avec les compositeurs vivants. Avec Jean Hubeau et Geneviève Joy-Dutilleux, il explore le répertoire de la musique de chambre. Après ses Premiers Prix, il entre en cycle de perfectionnement où Reine Gianoli l’initie à l'univers Schumannien et lui transmet son attachement — reçu d’Edwin Fischer — à l’œuvre de Jean-Sébastien Bach. Elle le présente à Paul Badura-Skoda. Les rencontres de György Sebök, de Dmitri Bashkirov, puis de chefs d’orchestres et compositeurs sont déterminantes.

Lauréat du Concours international de Cleveland, et Prix Marguerite-Long, il est reçu le jour de ses dix-neuf ans interprète soliste à Radio-France. Commence alors une longue collaboration avec Aldo Ciccolini qui tiendra une place privilégiée dans sa réflexion d’interprète et d’enseignant. Il est à vingt-deux ans son assistant au CNSMD de Paris où il enseigne onze années. Il y est membre élu du Conseil Pédagogique et participe à la réflexion sur l’installation du CNSMDP à la Cité de la musique. Professeur et coordinateur au conservatoire à rayonnement régional de Reims, Géry Moutier prend la direction du conservatoire à rayonnement communal de Maisons-Alfort pendant sept ans et la responsabilité de la programmation musicale du Théâtre et de la bibliothèque. Reçu en 1997 professeur de piano au CNSMD de Lyon, il y fonde et développe le département claviers. Il est également élu au Conseil d’administration de l’établissement. Géry Moutier est nommé directeur du conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon à partir du .

Les musiques d’aujourd’hui sont au cœur de sa démarche pédagogique, comme l’illustrent les récents Premiers Prix du Concours International d’Orléans Piano XXe siècle, issus de sa classe de perfectionnement au CNSMDL. Il est l’invité de majeures académies en Europe et en Asie. Ses concerts l’ont conduit à Rome, Prague, Moscou, Budapest, Vienne, Montréal, Kyoto, Séoul etc. Géry Moutier a partagé la scène avec Gérard Jarry, Olivier Charlier, Raphaël Oleg, Boris Garlitsky, Amy Flammer, Roland Daugareil, Laurent Korcia, Pierre Amoyal, Dong Suk Kang, Gérard Poulet, Tasso Adamopoulos, Bruno Pasquier, Pierre-Henri Xuereb, Michel Michalakakos, Gary Hoffman, Roland Pidoux, Philippe Muller, Alain Meunier, Jacques Di Donato, Alain Marion, Vincent Lucas, Modèle:Lh'[Lequel ?], et avec les quatuors Rosamonde, Ludwig et Castagneri.

Père de quatre enfants, dont le tromboniste Nicolas Moutier, Géry Moutier est marié à Hélène Bouchez, chef d’orchestre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Entretien avec Géry Moutier in Remy Campos, Le Conservatoire de Paris et son histoire, une institution en questions, Paris, L'Œil d'or, 2016, (ISBN 9782913661790)