Gérard du Puy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard du Puy
Biographie
Naissance Château du Puy,
Rosiers-d'Égletons (France)
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Décès
Avignon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal

par Grégoire XI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de Saint-Clément

Gérard du Puy (né au château du Puy à Rosiers-d'Égletons, mort le à Avignon) était un prélat français, cardinal, neveu du pape Grégoire XI.

Légat pontifical[modifier | modifier le code]

En 1372, déjà pourvu de l'abbaye de Marmoutier dans le diocèse de Tours, Gérard du Puy fut nommé gouverneur de Pérouse et nonce apostolique en Toscane.

Immédiatement après ces nominations, il correspondit avec Catherine de Sienne, au nom de Grégoire XI, et peut-être même sous son nom. Comme nonce, il entra en conflit avec Florence car il soutenait les revendications des nobles Salimbeni à Sienne. Le soutien de du Puy aux Salimbeni provoqua également l'hostilité de Sienne envers les gens de Pérouse.

Guerre des Huit Saints[modifier | modifier le code]

Grégoire XI le fit cardinal-prêtre le , avec le titre de Saint-Clément. Il était le cinquième et dernier parent que Grégoire XI créait cardinal, après Jean de Cros (qui avait reçu la pourpre le ) et Pierre de la Jugie (qui l'avait reçue le ).

Il était abbé de Marmoutier (en italien : abate di Monmaggiore) et gouverneur de Pérouse au nom du pape au cours de la guerre des Huit Saints. Il fut chassé par un soulèvement populaire en 1375, et sa fortification de la Porta Sole fut rasée jusqu'au sol. Il avait été forcé de se retirer dans la citadelle (gardée par Bernardon de la Salle) avec son entourage de soldats que dirigeait William Gold, qui avait été refoulé là-bas par le condottiere John Hawkwood, après que des foules s'étaient rassemblées dans la ville en entonnant : « Mort à l'abbé et aux pasteurs de l'Église. »

Hawkwood attendait hors de Pérouse et campait près du Ponte di San Giovanni avec 300 lances tandis que les citoyens de Pérouse défonçaient les routes qui menaient à la citadelle et la bombardaient avec un trébuchet, construit par l'artisan florentin Domenico Bonintende et surnommé cacciaprete (le «chasseur de prêtres » ). On dit d'après des sources locales qu'il aurait projeté mille cinq cents livres de pierres, accompagnées d'excréments et d'animaux vivants. Du Puy capitula le et fut remis à la garde de Hawkwood le jour après Noël, puis conduit sous escorte comme prisonnier à Césène, où on le laissa sous la garde de Galeotto Malatesta, seigneur de Rimini. Hawkwood persuada du Puy de demander au pape de payer pour lui une rançon de 130 000 florins.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Après la mort de son oncle Grégoire XI, le , du Puy participa au conclave du 7 au qui élut Urbain VI, mais il fut du nombre des cardinaux, presque tous français, avec aussi quelques Italiens, qui quittèrent la cour d'Urbain VI pour Anagni, puis pour Fondi, et le élurent Robert de Genève sous le nom de Clément VII. Du Puy resta fidèle au pape d'Avignon Clément VII jusqu'à sa mort, qui survint le .

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Caferro, William. 2006. John Hawkwood: An English Mercenary in Fourteenth-Century Italy. Baltimore: The Johns Hopkins University Press. (ISBN 0801883237).
  • Del Pozzo, Joan p. 1995. "The Apotheosis of Niccolò Toldo: An Execution "Love Story"." MLN 110 (1): 164-177. JSTOR link
  • Drane, Augusta Theodosia. 1899. The History of St. Catherine of Siena and Her Companions. Longmans, Green, and Co. (Available online)
  • Scudder, Vida Dutton. 2006. Saint Catherine of Siena As Seen in Her Letters. Kessinger Publishing. (ISBN 142860412X).

Voir aussi[modifier | modifier le code]