Gérard de la politique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard de la politique
Image associée à la récompense
Le parpaing, symbole du prix remis aux récipiendaires.

Prix remis Gérard de la politique
Description Récompense des pires interventions et personnalités du paysage politique français
Organisateur Frédéric Royer
Pays Drapeau de la France France
Date de création 2011

Les Gérard de la politique est une cérémonie satirique ayant pour vocation de récompenser les pires produits et personnalités de la politique française. La première édition (et jusque-là, la seule) a été annoncée au cours des Gérard du cinéma 2011 et a eu lieu le [1],[2] en direct sur Paris Première. Dix des vingt-trois catégories ont été révélées à la presse, avec les nommés[3], quelques semaines avant la cérémonie.

Le jury rassemble les journalistes Philippe Tesson, Bruno Roger-Petit, Éric Naulleau, Éric Brunet, Philippe Bouvard, Guy Birenbaum et Karl Zéro, ainsi que le médecin urgentiste Patrick Pelloux, le dessinateur Olivier Ranson, l'ex-Miss France Sonia Rolland, l'animatrice Valérie Damidot ou l'ancien directeur des programmes de Canal+ Alain de Greef. Durant la soirée, animée par Frédéric Royer, Arnaud Demanche et Stéphane Rose, le polémiste Éric Brunet intervenait régulièrement, en tant qu'envoyé spécial aux sièges des différents partis politiques.

À noter que Dominique Strauss-Kahn a à cette occasion reçu un « Gérard du queutard » prémonitoire, puisque quatre jours plus tard éclatait l'affaire Dominique Strauss-Kahn.

Catégories et nominations[modifier | modifier le code]

Liste des catégories ainsi que les laureats[4] (en gras) :

Gérard du simplet dont on frémit à la pensée qu'il ait des responsabilités, vu qu'il a même pas l’air assez intelligent pour peindre des coquillages dans un centre d’aide par le travail[modifier | modifier le code]

Gérard du politique qui te parle tellement de son bilan local que t'as envie de lui dire : Ben restes-y, dans ton bled [modifier | modifier le code]

Gérard du député qui se mange[modifier | modifier le code]

Gérard du ministre qui lèche le plus les bottes de son Président, et quand on dit les bottes, c'est pour rester poli[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Lefebvre, en  : « Nicolas Sarkozy a un tort, c'est qu'il a raison trop tôt. »
    • Bernard Kouchner, en  : « Vous avez été excellent au Parlement européen ! »
    • Frédéric Mitterrand, en  : « Je lui suis reconnaissant de m'avoir nommé. Il est fort intelligent et généreux… »
    • Brice Hortefeux, en  : « Nicolas Sarkozy, président expérimenté et protecteur. »
    • Fadela Amara, en  : « Nicolas Sarkozy a osé jouer la carte de l'ouverture et de la diversité. C'est la preuve d'un vrai courage politique. »

Gérard du père de l'enfant de Rachida Dati[modifier | modifier le code]

Gérard du politique à qui la Vierge Marie est apparue pour lui dire « Prend ton clairon, sonne l’olifant, pense à Clovis, pense à Jeanne d’Arc, pense au grand Charles, pense à Tonton, lève-toi et guide ton peuple vers un nouvel âge d’or républicain, présente-toi à la grande élection. » Depuis, il a une Mission, il a une Destinée, son épée est de feu, son bouclier d'argent, sa chevelure parfumée flotte aux quatre vents sacrés… et il va se manger un vieux 0,4 % dans la face[modifier | modifier le code]

Gérard du vieux machin fabriqué sous Mitterrand qui n'a plus aucune chance de rien mais qui s'accroche quand même, au lieu d’aller pêcher la crevette avec Jospin sur l'île de Ré[modifier | modifier le code]

Gérard du politique qui va enfin nous débarrasser des bamboulas, des métèques, des romanos, des chinetoques, des boucheries hallal, de la Halde, du Mrap et de Yannick Noah[modifier | modifier le code]

Gérard de l’idée de programme griffonnée sur un coin de nappe en papier avec cinq pastis, un cassoulet, une bouteille de Côtes du Rhône et deux calvas derrière la cravate, et allez zou ![modifier | modifier le code]

Gérard du charisme[modifier | modifier le code]

Gérard de la femme politique, quand tu la vois, t'as pas envie de lui mettre ton bulletin dans l'urne[modifier | modifier le code]

Gérard de la minorité visible qui le sera pas restée longtemps, visible[modifier | modifier le code]

Gérard de la « petite phrase » qui les suivra jusqu’à la tombe[modifier | modifier le code]

Gérard de la personnalité politique géographiquement contrariée[modifier | modifier le code]

Gérard du queutard, alias Ready for the zob, alias Couilles and the gang, alias Planque ta moule, alias Le Kärcher, alias Les Femmes d'abord, alias Monté comme un âne, alias l'Anaconda, alias l'Étouffe-chrétienne, alias Galope salope, alias Le Ministre de la défonce, alias le Ravageur de rondelles, alias le Canon à neige, alias l'Extincteur, alias Crème Chantilly, alias Une Giclette pour les suffragettes, alias Billy Salami, alias l'Assommoir, alias la Queue de billard, alias l'Érection législative, alias C'est Noël mémère, alias le Flashboule, alias Fais gaffe avec tes dents, j'aime pas qu'on me raye le casque, alias Alors heureuse ?[modifier | modifier le code]

Gérard du vieux mythe périmé[modifier | modifier le code]

Gérard du truc qu'on n'a pas le droit de dire[modifier | modifier le code]

  • Carla Bruni a eu une grande aventure sentimentale, pour une nuit ou pour la vie, avec « biiip », « biiip », « biiip », mais aussi « biiip », « biiip », « biiip », « biiip », sans oublier « biiip », « biiip », « biiip », « biiip », mais encore « biiip », « biiip », « biiip », « biiip »

Gérard du mec de gauche qui a trimé vingt ans pour se constituer un capital sympathie qu’il a niqué en vingt secondes en acceptant de bosser avec Sarkozy[modifier | modifier le code]

Gérard du type qui a un nom de mafieux. Mais juste le nom, hein[modifier | modifier le code]

Gérard du socialiste musical[modifier | modifier le code]

Gérard du sarkozyste musical[modifier | modifier le code]

Gérard de la femme politique 2011[modifier | modifier le code]

Gérard de l’homme politique 2011[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]