Gérard de Corbie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard de Corbie
Image illustrative de l’article Gérard de Corbie
Abbé de La Sauve-Majeure, saint
Naissance vers 1025
Corbie
Décès 1095 
Nationalité Franc
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Vénéré à Église Saint-Pierre de La Sauve
Canonisation 1197
par Célestin III
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 5 avril

Gérard de Corbie né à Corbie vers 1025 – mort à l'Abbaye de La Sauve-Majeure en 1095, parfois Gérald ou Géraud de La Sauve-Majeure, suivant le nom de sa fondation, est un abbé bénédictin. Il est canonisé en 1197.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moine de l'abbaye de Corbie[modifier | modifier le code]

Gérard fut confié par ses parents à l'abbaye de Corbie avant 1048 sous l'abbatiat de l'abbé Richard[1], il devint moine et cellérier de l'abbaye. Gérard souffrait d'importants de maux et tête et de troubles optiques que les médecins ne parvenaient pas à guérir.

Il accompagna l'abbé de Corbie Foulques à Rome où ils furent tous deux ordonnés prêtres par le pape Léon IX. De là il se rendit en pèlerinage sur le Monte Gargano puis sur le Monte Cassino pour solliciter l'intercession de saint Michel et de saint Benoît. Après une crise mentale, il fut guéri de ses maladies et attribua sa guérison à saint Adalhard, abbé de Corbie au IXe siècle[2].

Il partit ensuite pour Jérusalem et ne rentra à Corbie qu'en 1074.

Abbé de Saint-Vincent de Laon[modifier | modifier le code]

C'est après son retour de Palestine qu'il fut élu successivement abbé de abbaye Saint-Vincent de Laon mais les moines n'acceptèrent ni son autorité ni l'imposition d'une discipline stricte et Gérard renonça à sa charge. Saint Arnoul puis proposa la charge d'abbé de l'abbaye Saint-Médard de Soissons mais en but à l'hostilité de la reine Berthe de Hollande épouse du roi Philippe Ier, il dut y renoncer[3].

Fondateur le l'abbaye de La Sauve Majeure[modifier | modifier le code]

Il envisagea alors de fonder lui-même une abbaye bénédictine. Il partit en Aquitaine, en 1077, où il reçut l'appui du duc Guillaume. Guillaume VIII de Poitiers lui octroya une immense étendue de forêt près de Bordeaux. Gérard y fonda l'abbaye de la Grande-Sauve[Note 1] dont il fut le premier abbé. Il développa au sein d'une puissante communauté des avancées significatives tant dans la règle de Saint-Benoît que dans le mode de vie monacal, sous l'influence notable de Cluny. Il initia la pratique de la célébration de l'Office des Morts durant trente jours après le décès d'un membre de la communauté. L'une de ses recommandations constantes à ses moines est de fuir toute discussion[Note 2].

A la fin de sa vie, entre 1080 et 1095, il rédigea l'ouvrage Vita et Miracula de santi Adalhardi[4]. Il mourut à l'Abbaye de la Grande-Sauve en 1095.

Postérité[modifier | modifier le code]

Canonisation[modifier | modifier le code]

Il fut canonisé par le pape Célestin III en 1197.

Pierre tombale[modifier | modifier le code]

Son gisant, exécuté dans la pierre au XIIIe siècle et classé monument historique par un arrêté du 26 septembre 1903[5], est exposé dans l'église Saint-Pierre de La Sauve.

Une statue de la même époque représentant le saint et classée par un arrêté du 21 juillet 1975 se trouve dans l'abbaye de La Sauve-Majeure[6].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Grenier, Histoire de la ville et du comté de Corbie (des origines à 1400), Paris, Picard fils et Cie, 1910 [lire en ligne].
  • Roger Bonnaud-Delamare, « La paix d'Amiens et de Corbie au XIe siècle » in Revue du Nord n° 150, 1956 (pp. 167-178)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Grande-Sauve ou Sauve-Majeure, du latin magna silva, « grande forêt ». Bien que l'abbaye soit plus fréquemment nommée la Grande-Sauve dans les textes jusqu'au XIXe siècle Gérard est plus connu comme Gérard de La Sauve-Majeure.
  2. Vraisemblablement parce qu'elle conduit à la désobéissance.

Références[modifier | modifier le code]