Gérard Titus-Carmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Titus-Carmel.
Gérard Titus-Carmel
Titus-carmel1.JPG
Gérard Titus-Carmel en 2006.
Naissance
Nationalité
Activités
Conjoint
Joan Titus-Carmel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Gérard Titus-Carmel, né le dans le 20e arrondissement de Paris, est un peintre, graveur, écrivain, poète et dessinateur français.

Il vit et travaille à Oulchy-le-Château[1], dans l’Aisne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard Titus-Carmel étudie à l’école Boulle à Paris de 1958 à 1962. Il présente sa première exposition personnelle en 1964[2].

Il a réalisé des œuvres monumentales pour le ministère des Finances à Paris[3], la DRAC Champagne-Ardenne à Châlons-en-Champagne et le palais des congrès à Nantes.

Il a illustré nombre d’ouvrages de poètes et d’écrivains et a lui-même publié à ce jour une quarantaine de livres, essais et recueils de poésie[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Marié à Joan Titus-Carmel[5], une Américaine polyglotte (sept langues) traductrice de poésie japonaise[6], ils sont les parents du publicitaire Guillaume Titus-Carmel[7].

Prix[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Grand prix artistique de peinture de la Fondation Simone et Cino del Duca[8] (abritée depuis 2005 par l'Institut de France[9]).

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Gérard Titus-Carmel en 2002.

Il a officiellement représenté la France dans des manifestations internationales parmi lesquelles :

  • Biennale de Paris (1969),
  • Expo ’70 (Osaka, 1970),
  • Biennale d’Alexandrie (1972),
  • « Amsterdam-Paris-Düsseldorf » (Guggenheim Museum, New York, 1972),
  • Dokumenta VI (Cassel, 1977),
  • European Dialogue (Biennale de Sidney, 1979),
  • Biennale Internationale d’Arte (Venise, 1972 et 1984),
  • « Art en France : un siècle d’inventions » (Moscou, Leningrad, 1989),
  • « Art contemporain en France » (Exposition universelle de Séville, 1992),
  • Suite Grünewald (Collège des Bernardins, Paris, 2009).

Également graveur, il a participé aux biennales de Ljubljana, Cracovie, Tōkyō, Vienne, Grenchen, Biella, Bradford, Baden-Baden, Prague…, où des prix lui ont été décernés.

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Titus-Carmel/Le Gac/Meurice « Portrait chinois à trois voix », du 20 mars au 27 juin, galerie Univer/Colette Colla[10]
  • 2017 : « Soclé, cerclé », Peintures et Labyrinthes dans les tours de La Rochelle du 9 mars au 31 mai, Centre des monuments nationaux[11]
  • 2018-2019 :
    • « Orées », du 15 novembre 2018 au 9 février 2019, galerie Univer/Colette Colla
    • « Pictura/Poesis », du 8 novembre 2018 au 10 février 2019, château de Pau[12]
  • 2019 : « Inscape », du 12 avril au 22 juin, Espace Jacques Villeglé, Saint-Gratien[13].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Titus Carmel dans son atelier d'Oulchy-le-Château », sur ina.fr, Vidéo - Journal télévisé France 3 (Collection: JT Picardie Soir ), .
  2. (en) « Gérard Titus-Carmel », Extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Index, (ISBN 9780199773787).
  3. « Palmes de Gérard Titus-Carmel », sur economie.gouv.fr, Portail de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes publics
  4. « Gérard Titus-Carmel expose peintures et poésies à Pau », sur youtube, France 3: Nouvelle-Aquitaine,
  5. « Titus-Carmel au Domaine perdu », sur Sud Ouest,
  6. Théo Denmat, « On a croisé GuillaumeTC », sur So Foot,
  7. « GuillaumeTC, l'Axonais star des photos-montages », sur L'Union,
  8. « Prix artistiques 2014 de la Fondation Simone et Cino del Duca », sur Académie des beaux-arts, Communiqué de presse, .
  9. Voir sur institut-de-france.fr.
  10. « Gérard Titus-Carmel, Jean-Michel Meurice et Jean Le Gac – Galerie Univer/Colette Colla », sur NewsArtToday.Tv, News art Today, .
  11. « Gérard Titus-Carmel : « Soclé, cerclé » Peintures et Labyrinthes », sur Monuments nationaux, Communiqué de presse, .
  12. « Gérard Titus-Carmel:Pictura /Poesis », sur Musée national et domaine du château de Pau, .
  13. « Inscape », sur espacejacquesvillegle.com, .
  14. Philippe Di Meo, « Yves Bonnefoy / Gérard Titus-Carmel : Chemins ouvrant », article Cahier Critique de Poésie (CCP) du 31 mars 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Bishop, The Endless Theory of Days : The Art and Poetry of Gerard Titus-carmel, Amsterdam, Pays-Bas, Rodopi, , 164 p. (ISBN 978-9042021655)
  • François-Marie Deyrolle, Daniel Abadie, Yoshio Abe Yoshio Abe et Jean-Louis Baudry, Le Geste et la Mémoire : Regards sur la peinture de Gérard Titus-Carmel, Chambéry, France, Éditions L'Act Mem, , 263 p. (ISBN 978-2355130014)
  • Gilbert Lascault, Gérard Titus-Carmel, Besançon, France, Éditions Virgile, coll. « Carnet d'Ateliers », , 100 p. (ISBN 978-2914481748)
  • Dessins de Dominique De Beir et Gérard Titus-Carmel, revue Rehauts n°37, printemps-été 2016 Revue présentée le 12 avril 2016 à la galerie Olivier Nouvellet, Paris.

Liens externes[modifier | modifier le code]