Gérard Oberlé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oberlé.
Gérard Oberlé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Gérard Oberlé, né le à Saverne, est un écrivain et bibliographe français.

Origines et biographie[modifier | modifier le code]

Né en Alsace, de parents lorrains originaires de Dabo où son grand-père était sabotier, Gérard Oberlé y a passé ses étés d’enfance[1],[2]. Adolescent en Suisse chez les jésuites à Fribourg, puis étudiant en lettres classiques à Strasbourg et à La Sorbonne, il devient maître auxiliaire de latin et de grec à Metz, mais doit rapidement quitter l'enseignement.

Livres anciens[modifier | modifier le code]

En 1967-1968, il devient libraire de livres anciens, après avoir relevé une petite annonce. En 1971, il ouvre sa propre enseigne. Il vit depuis 1976 dans un manoir du Nivernais[3], où il a fait paraître divers catalogues spécialisés sur la littérature de colportage, le roman noir, les fous littéraires, ou encore la poésie néo-latine en Europe du XVIe au XIXe siècle.

Il est expert près la Cour d'appel de Bourges, expert agréé par la Compagnie nationale des experts spécialisés. Passionné d'humanisme et d'érudition, il a, dans ses recherches et travaux, donné une priorité aux ouvrages méconnus par la culture officiellement enseignée (parmi lesquels Jean-Baptiste Chassignet, auteur, en 1594, du Mépris de la vie) : les poètes baroques, les bizarres, la paralittérature, les petits romantiques, etc. Il a réédité aux Éditions 1900 les Légendes et chants de gestes canaques de Louise Michel, ainsi que divers autres ouvrages oubliés. Il a fait paraître, comme éditeur, des recueils de Norge, Lucienne Desnoues, Jean-Claude Carrière, John Roman Baker[4], Jean-Pierre Luminet et Jules Roy.

Littérature et bibliographie[modifier | modifier le code]

En 1989, il donna chez Belfond Les Fastes de Bacchus et de Comus, catalogue bibliographique d'une importante collection de livres de gastronomie. Il rédigea en 1992 dans le même esprit le catalogue Kilian Fritsch, bibliophile collectionneur de livres sur le vin et l'œnologie, dont la bibliothèque sera dispersée lors d'une vente organisée par Guy Loudmer en 1993 [5].

En 2000, il devient écrivain ; son premier roman, Nil Rouge, un policier, obtient le Prix René-Fallet 2000[6]. Il est également chroniqueur à France Musique[7], dans le journal américain Men's Journal (en) et à Lire[8], et depuis 2012 à Lire[9]. Il entretient une correspondance avec Jim Harrison. Elle paraît en partie dans Raw and the Cooked: Adventures of a Roving Gourmand en 2001.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gérard Oberlé 1/5. Une jeunesse alsacienne », À voix nue, émission radiophonique de Jean Lebrun, par Emmanuel Giraud, réalisée par Nathalie Salles, France Culture, 30 août 2010.
  2. France Culture, « Retour à Zornhof » (consulté le 5 novembre 2010). Dans ce livre, Gérarg Oberlé évoque les souvenirs de son enfance.
  3. « Gérard Oberlé : biographie », France Inter, 26 février 2013.
  4. Bibliothèque nationale de France;
  5. Une bibliothèque bachique. Collection Kilian Fritsch, Loudmer, 1992 par Gérard Oberlé
  6. a et b Lauréats du prix René-Fallet, site officiel.
  7. En 2003, il publie La vie est un tango, qui est un recueil de ses chroniques sur France Musique. En 2007 paraît La vie est ainsi fête, qui présente cette fois cette chroniques diffusées du 6 mars 2003 au 1er juillet 2004.
  8. « Gérard Oberlé : l'éducation d'Émilie », Le Point, 1er mars 2012.
  9. Fiche journaliste sur le site de L’Express.

Liens externes[modifier | modifier le code]