Gérard Mermet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gérard Mermet, né le à Lyon, est un sociologue français, spécialiste de l’analyse des modes de vie, du changement social, de la consommation, et prospectiviste. Il est directeur-fondateur du cabinet d’étude et de conseil Francoscopie, et auteur de nombreux ouvrages sur la société française, la consommation, l’Europe (voir Bibliographie).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur à l'école des Arts et Métiers (Cluny et Paris) puis un MBA à l’Université Columbia (New-York), Gérard Mermet commence sa carrière en exerçant différentes fonctions managériales dans des entreprises. Il est notamment directeur exportation au sein du groupe français Essilor puis directeur du département produits alimentaires chez Gloria (filiale du groupe alimentaire américain Carnation). En 1982, il est chargé de cours dans un programme de DESS à l'Université Paris-Dauphine.

II s’oriente ensuite vers la sociologie, se consacrant en particulier à l'observation du changement social et à l'évolution des modes de consommation. En 1985, il publie chez Larousse Francoscopie, le premier ouvrage de synthèse sur la société française. L'ouvrage fera l’objet depuis de quatorze éditions nouvelles[1], à raison d'une tous les deux ans environ. En 1994, il fonde le cabinet d'étude Francoscopie (voir lien externe), qui éclaire les entreprises privées et organismes publics sur les évolutions de l'environnement socioéconomique, et analyse leurs conséquences à court ou moyen terme pour leurs secteurs d'activités.

Entre 1988 et 1995, il produit et anime des émissions hebdomadaires de société sur Radio France Internationale : Francoscopie[2], puis Succès[3]. Conférencier et intervenant dans le cadre de nombreux événements (congrès, conventions, colloques, séminaires, médias...), il effectue également des missions internationales pour le compte du Ministère des Affaires Étrangères : Hong-Kong et Chine (1995), Canada (1996), Australie et Nouvelle-Zélande (1997), Russie (2004)...

Il est membre de la Commission de réflexion sur les mécanismes de baisse des prix mise en place en 2008 par le Ministère de l'Économie et des Finances, ainsi que de plusieurs conseils scientifiques et groupes de réflexion : ADETEM, Kairos, IPEA, Figures de France... Il est marié et père de deux enfants.

Regard sur la France[modifier | modifier le code]

L'observation et l'analyse du changement social ont amené Gérard Mermet à publier plusieurs essais, en complément de la série des Francoscopie (voir Bibliographie). Dans son dernier ouvrage, paru en [4], il diagnostique une "agonie du modèle républicain", qui s'explique selon lui par les "exceptions françaises" et le dysfonctionnement de la démocratie. Pour y remédier, il propose l'instauration d'une "Démocratie Positive" (ou "Cénocratie"[5]), s'inscrivant dans un "Grand Pacte Social" (GPS). Il décrit des principes et une méthode pour la mettre en place, en s'appuyant sur les nouveaux outils disponibles dans une société "horizontale" et "collaborative". Un sondage sur la perception de la démocratie et le désir d'une plus grande participation des citoyens a été réalisé à l'occasion de la parution du livre[6].

Méthodologie et domaines d’intervention[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son activité d'observateur des pratiques et des tendances de consommation, Gérard Mermet fonde sa réflexion sur le fait que les "consommateurs" sont avant tout des individus et que leurs attitudes et comportements sont dictés par leur système de valeurs et leur histoire personnelle. Les changements dans les pratiques individuelles produisent d'abord des signaux faibles, qui s'agrègent ensuite éventuellement pour former des tendances lourdes, du fait de leur diffusion par les moyens de communication (classiques et, de plus en plus, numériques).

La veille sociétale permet ainsi de construire et d'actualiser une grille de lecture de la société et de son évolution, applicable à tous les domaines de consommation : alimentation, santé, banque-assurance, cosmétique, distribution, automobile, tourisme, loisirs, salons, équipement des ménages, équipement de la personne, habitat, médias, nouvelles technologies... À l'inverse, l'observation des changements apparaissant dans chacune de ces activités permet, lorsqu'ils sont semblables, de déceler l'émergence de véritables tendances, qui sont par nature transversales.

La veille sociétale fait aussi une place croissante à l'analyse de contenu des médias, notamment numériques (forums, blogs et autres lieux et moyens d'expression autorisés par Internet) afin de recenser les thèmes les plus souvent évoqués, mesurer la tonalité des messages et des discussions, suivre les modes de diffusion des opinions, des modes de vie et des valeurs.

L'approche de Gérard Mermet est enfin fondée sur la conviction que la société "verticale" qui a longtemps prévalu est devenue "horizontale", grâce au développement des outils numériques qui permettent des interactions permanentes et instantanées entre les individus-consommateurs-citoyens. Cette transformation est selon lui à l'origine d'une véritable révolution culturelle, dont on ne fait qu'apercevoir les conséquences.

Néologismes[modifier | modifier le code]

Pour mettre en évidence les tendances qu'il a observées, Gérard Mermet a utilisé des néologismes dont certains ont été largement repris dans les milieux professionnels et les médias : égologie[7]; société mécontemporaine[8]; société de consolation[9]; avantages exquis[10]; alicaments [11]; société centrifuge[12]; sexygénaires[13]; écolonomie[14]; homo-zappens[15]; les Quarante Peureuses[16]… Il a également bâti une typologie des "trois France face à l'avenir" : Mutants, Mutins et Moutons (décrite pour la première fois dans l'édition 2001 de Francoscopie)[17]. Ou celle des "trois France face à la crise" (Tranquilles, Agiles et Fragiles)[18].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Réinventons l'avenir ! Pour un Grand Pacte de Solidarité post-covid, l'Archipel, 2021.
  • Francoscopie 2030. Nous, aujourd'hui et demain, Larousse, 2018.
  • Réinventer la France. Manifeste pour une démocratie positive, L’Archipel, 2014.
  • Francoscopie, Larousse, 14 éditions entre 1985 et 2013.
  • Les Français dans l'objectif. Textes de l'ouvrage de photographies de Gilles Bassignac et Jean-Michel Turpin, La Martinière, 2012.
  • Révolution ! Pour en finir avec les illusions françaises, éditions Louis Audibert, 2006.
  • Tendances. Les Nouveaux Consommateurs, Larousse, éditions 1996 et 1998.
  • La Piste française, First édition, 1994.
  • Euroscopie. Les Européens, qui sont-ils, comment vivent-ils ?, Larousse, 1991.
  • Les Français en questions. Entretiens avec vingt et une personnalités françaises, RFI / Revue des deux mondes, 1989.
  • Monsieur le futur Président, Aubier, 1988.
  • Démocrature. Comment les médias transforment la démocratie, Aubier, 1987.
  • La bataille des images (avec Jean-Marie Cotteret), Larousse, 1986.
  • Vous et les Français (avec Bernard Cathelat), Flammarion, 1985.
  • Marketing : les règles du jeu, éditions Clet (France) et Agence d'Arc (Canada), 1984

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éditions millésimées 1985, 1987, 1989, 1991, 1993, 1995, 1997, 1999, 2001, 2003, 2005, 2007, 2010, 2013.
  2. Entretiens hebdomadaires sur des sujets de société.
  3. Analyse de succès publics (produits, équipements, idées, modes, films, livres et autres productions culturelles...) afin d'en comprendre les raisons et les significations sociétales.
  4. Réinventer la France, Manifeste pour une Démocratie Positive, Éditions de l'Archipel, 2014.
  5. Gouvernement en commun, impliquant une place accrue de la "société civile".
  6. Sondage L'Archipel-Gérard Mermet sur Les Français et la Démocratie Positive, Harris Interactive, 15 janvier 2014 [1]
  7. Plutôt qu'égoïsme ou égocentrisme, témoignant du fait que les individus sont de plus en plus amenés à devenir autonomes, ce qui n'exclut pas la solidarité à l'égard des plus démunis.
  8. Ou "société du non".
  9. Qui remplace la société de consommation classique, dans un monde jugé anxiogène.
  10. Pour ceux en bénéficient, en tant que membres d'un groupe ou corporation, même si ces avantages ont été obtenus dans un autre contexte socioéconomique.
  11. Aliments supposés avoir des vertus curatives ou préventives. Mot entré dans le dictionnaire Larousse en 2000.
  12. Soumise à des forces qui tendent à éloigner les individus du centre de la société, voire à les marginaliser ou les exclure, contrairement à une société "centripète".
  13. Sexagénaires (et plus) ayant conservé une apparence physique et des modes de vie plus jeunes que leur âge civil.
  14. Intégration des préoccupations environnementales dans la réflexion économique.
  15. Individu "postmoderne" caractérisé par sa tendance à la mobilité et à l'instabilité, voulues ou subies.
  16. 1975-2015
  17. Typologie commentée dans la revue Sciences Humaines de janvier 2005 [2]
  18. Article publié dans La Tribune, le 18 février 2009