Gérard Mascle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gérard Mascle est une personnalité du monde des courses hippiques, jockey, driver et entraîneur de trotteurs, né le dans l'Orne.

Carrière[modifier | modifier le code]

Gérard Mascle nait le dans l'Orne[1]. Son père est maréchal-ferrant à Fromentel[1]. Le jeune Gérard pense dans un premier temps s'orienter vers l'élevage de bovins, les chevaux évoquant davantage pour lui les corvées lorsqu'il doit aider son père dans ses tâches[1].

En 1955, l'entraineur Jean Colombert, exerçant près de Fromentel et cherchant un apprenti jockey, se tourne vers Gérard Mascle qu'il sait monter les chevaux que ferre son père[1]. L'adolescent accepte et court sa première course d'apprenti à Vire sur le dos de Fardellière[1]. Le jockey reste debout toute la course dans les étriers, suspendu à la bouche de la jument qui remporte cependant la course et que Gérard Mascle ne parvient pas à stopper après l'arrivée[1].

Il passe en 1958 au service d'André-Louis Dreux auprès duquel il progresse davantage et parvient à se classer deuxième apprenti derrière Jean Roussel[1]. Puis il monte successivement pour Jean Piat, Roger d'Haène et Désiré Allaire pour lequel il remporte sa première course à l'attelé en 1961 au sulky de Narvik D, à nouveau à Vire[1].

En 1964, Georges Moreau, grand propriétaire, lui demande de monter ses chevaux[1]. Il lui confie ainsi Seddouk pour le Prix du Président de la République 1966, lui permettant ainsi de remporter son premier classique[1]. En 1970, Georges Moreau lui confie la direction de son écurie. Le tandem entre alors dans les années glorieuses de l'écurie, remportant de nombreux classiques[1].

Gérard Mascle est marié à la fille du coureur cycliste Émile Idée, Martine. Le couple a une fille, Véronique, et un fils également dans l'univers du trot, René[1],

Palmarès driver[modifier | modifier le code]

Classiques (Groupes I)[modifier | modifier le code]

Semi-classiques (Groupes II)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k et l Jean-Pierre Reynaldo, Le Trotteur français, Panazol, Éditions Lavauzelle, (ISBN 978-2-7025-1638-6), p. 311-314