Gérard Majax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gérard Majax
Image dans Infobox.
Gérard Majax en 2005.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Maurice FaierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Maurice Faier, dit Gérard Majax, est un prestidigitateur français né le à Nice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard Majax, né à Nice, devient Parisien d'adoption vers l'âge de six ans[1]. En fréquentant les puces de Clignancourt vers l'âge de douze ans, il commence à se passionner pour la magie tout en lisant les bandes dessinées de Mandrake le Magicien[2].

Il continue ses études jusqu'à suivre la formation de l'école normale d'instituteurs et obtenir une licence de psychologie expérimentale à la Sorbonne[3] où il suit les cours de Paul Fraisse[1]. Hésitant entre une carrière artistique et l'enseignement, il est poussé par Eddie Barclay vers sa vocation[4],[5].

Gérard Majax entouré de Stéphane Collaro, Eddie Barclay et Michel Hatte le .

Durant sept années, Gérard Majax présente des émissions à la télévision française qui le font connaître au grand public[6] : Abracadabra, Y'a un truc[7], Passe-passe[8], Magie-surprise (caméra cachée), La caverne d'Abracadabra et Magie-Majax.

Il joue dans quelques films et feuilletons télévisés français (Le Grand Blond avec une chaussure noire, dont il a réalisé les tours de carte du générique d'ouverture[9], Marie Pervenche…)[6].

Son métier de prestidigitateur et sa formation en psychologie le poussent à entretenir son esprit critique[1]. Il intervient souvent comme démystificateur dans le mouvement sceptique contemporain : durant quinze ans, il lance un Défi au Paranormal, le Défi zététique international. Aux quatre coins du monde, il se bat pour établir la vérité sur les croyances induites par certains gourous, charlatans et organisations sectaires[10]. Il publie 40 livres sur la prestidigitation et la zététique[2],[1].

En 1991, lors de l'émission TV Stars à la barre, sur Antenne 2, il met en difficulté des voyants et des magnétiseurs, à travers des impostures, pour prouver au public qu'ils sont des charlatans. Les voyants mis en difficultés sont le « mage » Nathaniel et le « sorcier » Octave Sieber[réf. souhaitée].

Gérard Majax est aussi le créateur de 17 coffrets de prestidigitation, entre 1970 et 1990[11],[1]. De 2007 à 2012, il gère sa maison d'édition, les éditions Abracadabra[12],[6].

Après avoir présenté un tour de magie au Club Dorothée lors du mercredi , Gérard Majax revient dans l'émission où il propose une énigme que les téléspectateurs doivent trouver ainsi qu'un tour de magie et ce tous les mercredis matin durant la saison 1994-1995[réf. souhaitée]. En 1995, il participe au premier volet « Le chirurgien, le magicien et la psychanalyste » de l'émission La traversée de la main diffusée sur France Culture dans Les nuits magnétiques en mars et produite par Catherine Soullard[réf. nécessaire].

Il participe à l'émission C'est mon choix diffusée le dans laquelle il est invité et où il débat sur l'existence de pouvoirs surnaturels[13].

En 2002, son invention, l'« Hallucinoscope » qui est, selon le journal La Croix, « un astucieux procédé optique très spectaculaire qui donne l'impression de marcher dans les airs »[2] reste, entre autres, pendant trois ans dans le musée scientifique du Palais de la découverte à Paris[3],[14],[11].

Gérard Majax continue cependant de sillonner les routes de France, en présentant son spectacle Les dessous du Magic-Hall, un spectacle dans la tradition du music-hall enrichi d'anecdotes de métier[2].

En 2014, Gérard Majax vend ses accessoires de magie pour 62 000 euros ; les médias parlent de difficultés financières[15],[16],[6] quand lui assure, en 2022, qu'il s'agissait « seulement [de faire] un peu de place dans [s]on appartement[1]. »

Il partage son temps entre une maison sur la Côte d’Azur, où il est né, un appartement dans le 18e arrondissement et une maison près de Houdan, dans les Yvelines[1].

Il connaît un regain de notoriété en avril 2022, lorsque son nom est cité par Emmanuel Macron lors du débat télévisé du second tour de l'élection présidentielle 2022[6].

Démystification d'Uri Geller[modifier | modifier le code]

Le , il intervint dans l'émission Droit de réponse animée par Michel Polac et intitulée « L'effet Geller ». L'invité principal de l'émission était le parapsychologue Uri Geller[1].

Au début de l'émission, Geller effectue devant les caméras diverses démonstrations qu'il présente comme des expériences parapsychologiques, c'est-à-dire comme l'expression de pouvoirs paranormaux ou surnaturels. Gérard Majax, qui assistait à l'émission en coulisse, apparut ensuite sur le plateau et refit des démonstrations identiques à celles qu'Uri Geller venait d'accomplir :

  • il tord à 35 degrés un club de golf en métal, comme s'il s'agissait de caoutchouc, alors que Michel Polac le tenait dans sa main ;
  • il fait tournoyer l'aiguille d'une boussole nettement plus vite qu'Uri Geller venait de le faire quelques minutes plus tôt ;
  • il tord une petite cuillère en la regardant ;
  • il casse un verre sans le toucher ;
  • il éteint une bougie à distance.

Au cours de cette démonstration, Gérard Majax utilise plusieurs fois les mots « tricherie », « détournements d'attention » et « illusionnisme », accusant Uri Geller d'être un charlatan et lui reproche de présenter des tours de magie connus des magiciens.

En 2008, Uri Geller a admis lors d'une interview pour Magische Welt être un simple prestidigitateur[17].

Publications[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Animateur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Michel Dalloni, « Un apéro avec Gérard Majax : "J’ai réussi à faire sortir un chapeau d’un lapin" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b c et d Corinne Renou-Nativel, « Gérard Majax a toujours plus d'un tour dans son sac », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Pierre Barthélémy, « Marcher dans l'espace grâce à l'"Hallucinoscope" de Gérard Majax », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  4. « Gérard Majax : "Vingt ans, mes tournées à Solex" », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  5. (en-GB) « Eddie Barclay, Gérard Majax : Show business », sur europeana.eu (consulté le ).
  6. a b c d et e Nathalie Simon, « Gérard Majax: «Un petit tour et puis revient» », sur Le Figaro, (consulté le ) : « [...] Le prestidigitateur devient ultra-populaire en France dans les années 1970-1980 en multipliant, [...], les émissions de télévision. [...] »
  7. Philippe Montoriol, « Majax le trucman de la télévision française », Radio Tv « je vois tout » (Suisse),‎ , p. 2 (lire en ligne).
  8. « L'un est français, l'autre indien : tous deux apportent le Rêve », 24 Heures (Suisse),‎ (lire en ligne).
  9. « The Tall Blond Man with One Black Shoe title sequence - Watch the Titles », sur watchthetitles.com (consulté le ).
  10. Claude Marcil, « La Magie des Gourous », La Presse (Montréal),‎ (lire en ligne)
  11. a et b Le Point.fr, « Gérard Majax : « Ma vie amoureuse a été très compliquée » », sur Le Point, (consulté le ).
  12. « Gérard Majax, le doyen de la prestidigitation », Ouest-France,‎ .
  13. « C'est mon choix — J'affirme avoir des pouvoirs supernaturels » (consulté le ).
  14. Propos recueillis par Philippe Bonnet, « L'Hallucinoscope ou l'illusion de marcher sur les planches... de BD », Charente Libre,‎ , p. 31.
  15. « Gérard Majax, ruiné, a dû vendre ses accessoires de magie pour 62 000 euros », sur telestar.fr, (consulté le ).
  16. « Magie. La collection de Gérard Majax aux enchères en avril », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  17. (en) « Uri Geller retracts psychic claims », sur skepticsplay.blogspot.it, (cette rétractation sur le site de skepticsplay en ligne).
  18. Note de lecture sur pseudo-sciences.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]