Gérard Lyon-Caen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lyon-Caen.
Gérard Lyon-Caen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Nationalité
Activité
Enfants

Gérard Lyon-Caen, né le et mort le , est considéré comme l'un des plus prestigieux professeurs de droit français. Il est à l'origine avec le Professeur Vincent Frézal[1] de la loi sur les libertés publiques et l'emploi. Professeur de droit spécialisé dans le droit social. Il est le fils de Léon Lyon-Caen, ancien premier président de la Cour de Cassation, le père d'Antoine Lyon-Caen, Professeur d'Université, Professeur de droit social, d'Yves Lyon-Caen, ancien Directeur Adjoint du Cabinet du Premier Ministre Michel Rocard, et d'Olivier Lyon-Caen, Professeur d'Université, Professeur de médecine, neurologue, chef de service et Conseiller médical et scientifique du Président François Hollande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en droit en 1945 (avec une thèse sur les spoliations des entreprises de presse lors de la Libération), puis agrégé des Facultés de Droit, spécialisé en droit privé en 1947, Gérard Lyon-Caen devient alors professeur à la faculté de droit de Saïgon. En 1950, il rejoint celle de Dijon, avant d'intégrer, en 1963, l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne[2] où il enseigne le droit civil, le droit commercial, et surtout le droit du travail et de la sécurité sociale, jusqu'à sa retraite en 1988. Devenu Professeur émérite, il était considéré comme le quasi-fondateur du droit social en France et l'un des plus prestigieux Professeurs de Droit français.

Durant toutes ces années, Gérard Lyon-Caen est par ailleurs l'auteur de nombreuses publications (ouvrages juridiques et articles dans la presse spécialisée)[2].

Il est aussi l'auteur, en 1991, d'un rapport officiel commandé par le ministère du travail, sur les libertés publiques et l'emploi, qui préfigurera la "Loi sur les libertés publiques et l'emploi", dite Loi Aubry qu'il préparera avec le ¨Professeur Vincent Frézal, Président du Management Research Institute (USA), pionnier de la lutte contre les discriminations en milieu professionnel, au sein de l'Institut de la communication sociale, qu'il dirigeait, présidé par un Haut Fonctionnaire Michel Le Net (ENPC, ENA, Sorbonne). Le législateur élaborera la loi du 31 décembre 1992 (décret d'application du même jour) relative à l'emploi, au travail à temps partiel et à l'assurance-chômage[3].

Thèses[modifier | modifier le code]

Le professeur Gérard Lyon-Caen a dirigé la thèse de Doctorat d'État "Les conflits entre syndicats" présentée le 26 juin 1978 par madame Simone Ballet, professeur agrégée honoraire à l'Université Paris V René Descartes. Cette thèse a été soutenue à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne : le jury était composé de Monsieur Gérard Lyon-Caen (président), et de Messieurs Marcel David et Philippe Langlois. Elle a obtenu la mention Très bien avec les félicitations du jury. Dans son article "L'emprise marginale du droit sur les questions d'unité ou de division du syndicalisme"(Droit Ouvrier 2007 p. 30), Pascal RENNES précise : "Pour l'évocation des deux scissions (CGT-FO et CFTC-CFDT) un hommage particulier doit être rendu au travail de Simone BALLET qui a consacré sa thèse "LES CONFLITS ENTRE SYNDICATS" à cette période de l'histoire syndicale.

Gérard Lyon-Caen se prononçait pour un droit du travail fort, protecteur des salariés et du droit syndical (tout en déplorant la faible représentativité des syndicats, qu'il attribuait à ces derniers)[3]. Il était également un farouche opposant à la dérèglementation du droit du travail sous couvert de flexibilisation du marché du travail, regrettait l'influence des nouvelles technologies dans le renforcement du lien de subordination entre employeur et salarié, et défendait, de manière générale, les droits fondamentaux de celui-ci[3]. Il est également, de par sa doctrine, à l'origine des dispositions prévoyant la réintégration des représentants du personnel licenciés sans cause réelle ni sérieuse[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Manuel de droit du travail et de la sécurité sociale, Dalloz, 1955.
  • Précis Dalloz de droit du travail, en collaboration avec GH Camerlynck, Jean Pélissier et Alain Supiot, Dalloz, plusieurs éditions.
  • Droit social international et européen, en collaboration avec Antoine Lyon-Caen, 1991.
  • Relations de travail internationales, 1991.
  • Droit du travail non salarié, 1990.
  • Manuel de droit social, en collaboration avec Jeanne Tillhet-Pretnar, LGDJ, 1998.
  • La Prévoyance, Dalloz, 1997.
  • Le droit du travail, une technique réversible, Dalloz, 1997.
  • Les grands arrêts du droit du travail, en collaboration avec Jean Pélissier, Antoine Lyon-Caen et Antoine Jeammaud, Dalloz, plusieurs éditions.
  • Traité théorique et pratique du droit du cinéma français et comparé, en collaboration avec Pierre Lavigne, 2 tomes, LGDJ, 1957.
  • Étude sur le salaire, dans le cadre du Traité de Droit du Travail dirigé par GH Camerlynck.

Notes et références[modifier | modifier le code]


  1. Vincent Frézal, « Respecter le Droit, mieux recruter : Le Rapport Lyon-Caen », CIDP,‎
  2. a et b Bulletin numéro 104 de la Société internationale du droit du travail et de la sécurité sociale
  3. a, b, c et d La Nouvelle Lettre de l'I.S.T., numéro 3 de juin 2004