Gérard Hamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hamel.
Gérard Hamel
Illustration.
Fonctions
Maire de Dreux
En fonction depuis le
(23 ans et 1 jour)
Élection 18 juin 1995
Prédécesseur Jean Hieaux
Président de l'Agglomération
du Pays de Dreux
En fonction depuis le
(15 ans, 7 mois et 20 jours)
Élection
Prédécesseur création de l'agglomération
Député de la 2e circonscription
d'Eure-et-Loir

(19 ans, 2 mois et 17 jours)
Élection
Prédécesseur Marie-France Stirbois
Successeur Olivier Marleix
Conseiller régional du Centre

(3 ans, 3 mois et 2 jours)
Élection 22 mars 1992
Président Maurice Dousset
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Sourdun (Seine-et-Marne)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
LR

Gérard Hamel, né le à Sourdun (Seine-et-Marne), est un homme politique français. Maire de Dreux depuis 1995, il est également président de la communauté d'agglomération du Pays de Dreux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué son service militaire à Melun en 1965 aux côtés de Johnny Hallyday[1], venant de Provins, Gérard Hamel et son épouse arrivent à Dreux en 1968, pour y travailler dans le bâtiment. Il est responsable du secteur technique et commercial et associé de la société "Jeunet Bâtiments" spécialisée dans le chauffage, la plomberie, la couverture, l'électricité et les meubles de cuisine et salle de bains. Les débuts sont difficiles : "en fait de nourriture nos six premiers mois à Dreux furent d'ailleurs plutôt orientés vers l'art d'accommoder les pâtes, car le démarrage de l'entreprise exigeait de très lourds efforts, mon épouse subvenant à nos besoins.[2]"

Voulant progresser, Gérard Hamel suit des cours par correspondance de technicien en génie climatique. Pierre Jeunet lui cède son entreprise. Il est élu en 1976 président de la Chambre Syndicale du Bâtiment de l'arrondissement de Dreux, puis devient vice-président départemental de cette chambre syndicale ce qui lui permet de rencontrer les élus locaux de la région.

En 1983, il est élu président de la Jeune Chambre économique de Dreux, succédant à Dominique Maisons[3]. La même année, il est élu président de la chambre syndicale du bâtiment de l'arrondissement de Dreux[4]. Il est alors apolitique : "pour moi, un bon élu devait être digne de la confiance qu'on lui donnait, et les notions de droite ou de gauche m'étaient inconnues.[5]"

Demeurant alors à Tremblay-les-Villages, près de Dreux, Martial Taugourdeau, maire de la commune, lui propose en 1983, de se présenter sur sa liste pour devenir conseiller municipal, ce qu'il accepte. Puis, Martial Taugourdeau qu'il considère comme son père en politique, lui propose de se présenter aux élections régionales sur la liste de Maurice Dousset, il termine 6e alors que seuls les cinq premiers sont élus.

Il est depuis le député de la 2e circonscription d'Eure-et-Loir. Il a été réélu en 1997, 2002 et 2007. Il fait partie du groupe UMP.

Il est président de l'Association des maires d'Eure-et-Loir (AMF 28) et de l'OPH Habitat Drouais. Il a présidé le conseil d'administration de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) de 2006[6] à 2013[7].

Fin 2010 il déclare à la presse la fin de sa carrière politique nationale, ce qu'il confirmera le en annonçant son intention de ne pas se présenter aux élections législatives de juin 2012[8]. Il apporte son soutien à Olivier Marleix, conseiller général-maire d'Anet, investi par l'UMP, qui l'emporte en juin 2012.

Cependant le [9] M. Hamel annonce via son compte Twitter qu'il sera candidat à sa propre succession aux municipales de mars 2014.

Ses quatre mandants successifs comme maire de Dreux se caractérisent principalement par une baisse importante du nombre de ses habitants, ceux-ci passant de 35.230 en 1990 à 30.836 en 2015, une augmentation considérable des impôts locaux[10], ainsi la taxe d'habitation augmente de 10% de 2017 à 2018[11], une désertification du centre-ville[12],[13],[14], la fermeture, les unes après les autres, de la plupart des industries locales[15],[16] et la présence de dix mosquées à Dreux[17].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En 1995, lors du premier mandat municipal de Gérard Hamel, son élection est invalidée car il est alors chef d’une entreprise ayant des marchés avec la ville. Il sera réélu maire l'année suivante.

Lors du conseil municipal de Dreux daté du , Gérard Hamel refuse de répondre sur l'origine d'une prétendue dépense de 107 640 euros auprès de l'agence de communication Bygmalion[18]. Il s'avère qu'aucune dépense de ce montant n'a été effectuée par la commune de Dreux envers cette société.

Cependant, quand, en février 2014, cette même société se retrouve au centre d'une controverse de surfacturation lors de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2012, le chef de l'opposition PS à Dreux met en cause Gérard Hamel sur Internet et dans la presse télévisée au sujet du recours par la ville de Dreux aux services de la société Bygmalion. Le maire de Dreux porte plainte pour diffamation publique et obtient la condamnation pénale de son opposant.

Le en pleine campagne pour les municipales une altercation a lieu avec la police nationale place Le Moulec. Alors qu'une demi-compagnie de CRS venue d'un autre département effectue un contrôle "musclé" des commerçants du marché hebdomadaire, Gérard Hamel a un échange verbal vif avec le commissaire de police, qui décide de retirer ses hommes. Le syndicat FPIP dénoncera le lendemain cette attitude[19], tandis que la hiérarchie policière décidera de déplacer les CRS vers une autre ville.

Mandats[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lechorepublicain.fr/dreux/loisirs/musique/2017/12/06/gerard-hamel-se-souvient-de-johnny-hallyday-on-a-fait-notre-service-militaire-ensemble_12658301.html
  2. Récit de Gérard Hamel dans : "Dreux ?", page 4, édité par la ville de Dreux, janvier 2003.
  3. L'Action républicaine du 8 juillet 1983 : "Gérard Hamel : nouveau président de la Jeune Chambre Economique. Portrait d'une association."
  4. L'Action républicaine du 30 septembre 1983.
  5. Récit de Gérard Hamel dans : "Dreux ?", page 12, édité par la ville de Dreux, janvier 2003.
  6. Nommé par décret du 19 septembre 2006, NOR: MLVV0765575D
  7. Décret du 21 mai 2013 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine - M. DELEBARRE (Michel)
  8. Radio Trois Vallées - « Gérard Hamel (UMP), député-maire de Dreux, renonce à se présenter aux élections législatives » - site consulté le 25 avril 2012
  9. France3 Centre - « Dreux (28) : Gérard Hamel candidat à sa propre succession » - site consulté le 21 février 2014
  10. Entre 2002 et 2014 le montant total collecté par la Ville de Dreux via la taxe d'habitation a augmenté de 52,78% alors que la population baissait http://www.impots-locaux.org/impots-locaux-dreux-28100/
  11. https://www.lechorepublicain.fr/dreux/institutions/2018/03/28/pourquoi-votre-taxe-d-habitation-va-augmenter-de-10-sur-l-agglo-de-dreux_12790417.html
  12. https://www.lechorepublicain.fr/dreux/economie/commerce-artisanat/2017/12/21/la-fermeture-du-monoprix-de-dreux-choque-mais-ne-surprend-pas_12677642.html
  13. https://www.lechorepublicain.fr/dreux/economie/vie-pratique-consommation/2017/03/23/la-ville-de-dreux-fait-la-chasse-aux-commerces-vides_12333757.html
  14. https://www.lechorepublicain.fr/dreux/economie/commerce-artisanat/2018/06/20/les-cinq-points-sensibles-du-commerce-de-centre-ville-a-dreux_12893882.html
  15. https://journal.lutte-ouvriere.org/2002/01/25/valeo-ex-renault-dreux-eure-et-loir-le-patron-veut-mettre-la-cle-sous-la-porte_4189.html
  16. http://www.liberation.fr/futurs/2010/02/14/fermeture-de-l-usine-de-philips-a-dreux-212-emplois-supprimes_609943
  17. http://www.trouvetamosquee.fr/rechercher-une-mosquee/?h=DREUX&search_mosque=Rechercher
  18. Libération - « À Dreux, la gauche questionne la mairie UMP sur une facture de Bygmalion » - site consulté le 5 mars 2014
  19. Écho du 21/03/2014 - "Incident au marché Le Moulec: le syndicat FPIP dénonce le coup de colère du maire"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]