Gérard Fauré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gérard Fauré
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Gérard Fauré — né en 1946 à Fès au Maroc d’un père officier français et médecin personnel du roi Mohammed V et d’une mère berbère — est un ancien gangster devenu auteur de mémoires pamphlétaires mettant notamment en cause un certain nombre de personnalités de la jet set et du show-biz, épinglant en outre plusieurs hauts magistrats et figures politiques françaises ainsi que la royauté au Maroc respectivement sous Mohammed V et Hassan II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Gérard Fauré naît au Maroc en 1946 à Fès[1],[H 1]. Il affirme, notamment dans son premier livre — Fatale confiance — ainsi que dans les médias, que son père, Jean Fauré, « médecin militaire[V 1] », aurait également été « médecin, confident et homme de confiance du roi Mohammed V[H 2] », « expert auprès de l’Organisation mondiale de la santé et, à un moment [donné], sous-directeur de l’OMS[V 2] ». Ce même père, victime de chantage et placé sous pression, aurait été amené contre son gré à collaborer indirectement à la fomentation d’un assassinat politique visant Mohammed V[H 3] « à la demande d’Hassan II[H 4] ». La mère de Gérard — berbère, touareg[V 3], ex-« membre de la tribu des Aït Baha[H 5] » surnommée « les pirates du désert[H 5] » — serait considérée comme une femme au caractère relativement bien trempé et plutôt rude[H 6],[H 7]. L’auteur relate en outre une relation amoureuse avec Fatéma Oufkir, veuve de Mohamed Oufkir[H 8]. Il fait aussi mention de Léon Noël, son beau-père qui fut diplomate français au Vatican[2].

Banditisme[modifier | modifier le code]

Il s’initie à la contrebande à Tanger auprès d’un membre de la mafia italienne du nom de Renato Montalbano. Par ailleurs, l’aura de crédibilité ainsi que les excellentes relations prévalant entre les services douaniers et le père de Gérard — Jean Fauré — rendent ce dernier involontairement complice — à son insu — de transferts illicites de cigarettes et de caisses de whisky transitant sous le paletot au nez et à la barbe des gardes-frontières entre Gibraltar et le Maroc[H 1].

Rejoignant ensuite l’Espagne, il devient « la mascotte » d’une pègre locale qui l’amène à commettre ses premiers larcins avant de l’intégrer au « milieu » français. Il se voit pourtant contraint de « s’exfiltrer » en catastrophe vers les Pays-Bas afin de se prémunir des assauts vengeurs perpétrés par le général Oufkir rendu fou de rage à la découverte inopinée de l’affront cinglant que lui a infligé son épouse Fatéma Oufkir en entretenant secrètement une liaison adultérine avec son rival séducteur[H 1],[H 8].

Reconversion : auteur d'essais controversés[modifier | modifier le code]

Après une « carrière » de dealer[3],[4],[5], de braqueur de banque et de tueur à gages « occasionnel[6] », Gérard Fauré finit par se reconvertir dès 2016 en auteur d’ouvrages controversés[6] dont le contenu argue dévoiler une face cachée duplice impliquant nombre de personnalités de la politique[7], de la magistrature, de la jet set[1] et du show-biz[8]. Les allégations dont il se revendique ciblent des noms la plupart du temps désignés en initiales mais, ponctuellement, parfois aussi en toutes lettres[9],[V 4],[V 5],[V 6]. La trame globale met pêle-mêle en scénarios un enchaînement de conjonctures rocambolesques prétendument conformes à la réalité au sein desquelles s’enchevêtre la consommation effrénée de stupéfiants divers tels que le cannabis et, surtout, la cocaïne[6],[8],[V 4]. Selon Gérard Fauré, l’ensemble de ces dérives plurielles se grefferait à une sexualité débridée prévalant sur fond de pédocriminalité, de traite d’enfants, de meurtres et d’assassinats[R 1],[V 5],[R 2],[V 7],[V 8],[V 9],[V 10],[R 3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Interventions télévisées[modifier | modifier le code]

Interventions radiodiffusées[modifier | modifier le code]

  • Éric Morillot, Arnaud Stéphan, « Gérard Fauré : Le cannabis peut enrichir la France », Les Incorrectibles, Sud Radio,‎ (lire en ligne [audio])

Documents annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Najibullah Quraishi, Juliet Stevenson, John Moffat et al., « Les petits danseurs des guerriers afghans », Le Monde en face, France 5,‎ (présentation en ligne, lire en ligne [vidéo])
    « Dans l’Afghanistan déchiré par la guerre civile et la misère, prolifèrent des réseaux pédophiles qui s’inspirent d’une tradition pachtoune. De tous jeunes garçons sont recrutés comme danseurs et ensuite destinés à satisfaire les appétits sexuels des chefs de guerre, obsédés de morale sexuelle et pratiquant une répression féroce à l’égard des femmes. »
  • Nawi al Maghafi, Christopher Mitchell, Patrick Wells, Tim Robert-Charrue, Journeyman Pictures Ltd et al., « Le commerce sexuel secret en Irak », Doc à la Une, Radio télévision suisse « Les documentaires de la RTS »,‎ (lire en ligne [vidéo])
    « Le clergé chiite de Bagdad réprouve certes la prostitution mais tolère, administre et tarife les « mariages de plaisir » à durée très limitée, une heure au minimum. Pendant le temps prévu par contrat, toutes pratiques sexuelles avec « l’épouse » dès 9 ans sont permises tant que le « bon musulman » contractant préserve la virginité de la jeune femme… »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références journalistiques[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Razzia sur la coco à Paris », FAN : Feuille d'avis de Neuchâtel—L'Express (Neuchâtel), Paris, RERO DOC, Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale « Les policiers de la Brigade des stupéfiants et du proxénétisme (BSP) ont saisi jeudi dernier cinq kilos de cocaïne à Versailles et Paris et appréhendé le principal fournisseur de la « jet set » de la capitale », no 167,‎ , p. 13 (lire en ligne [PDF])
    « Le fournisseur, Gérard Fauré, né à Fès (Maroc), a été arrêté jeudi, au terme d'un mois d'enquête. Deux de ses revendeurs ont également été appréhendés, ainsi que Georges Fauré, frère de Gérard. »
  2. Gérard Fauré, Le Prince de la coke: Dealer du Tout-Paris... la suite, Nouveau Monde Editions, (ISBN 978-2-38094-038-1, lire en ligne)
  3. « Drogue : le pourvoyeur du showbiz est tombé », Le Parisien, no 13017,‎ , p. 5 (résumé, lire en ligne)
  4. « Cocaïne : coup de filet à Paris », Le Figaro,‎ (présentation en ligne, lire en ligne)
  5. « Pour 188 grammes de cocaïne », La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c Baudouin Eschapasse, « Gérard Fauré, confessions du prince de la coke », Le Point,‎ (lire en ligne)
  7. « Un ex-braqueur français : L’argent volé en Algérie était blanchi en Espagne », Algérie patriotique,‎ (lire en ligne)
  8. a et b Renaud Lecadre, « Gérard Fauré, une clientèle haut de came », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. Renaud Lecadre, « Gérard Fauré : Pasqua ne pouvait quand même pas se mouiller pour un meurtrier », Libération « L’ex-trafiquant Gérard Fauré, qui a passé dix-huit ans derrière les barreaux, multiplie les anecdotes dignes d’un thriller »,‎ (lire en ligne)

Références radiophoniques[modifier | modifier le code]

Références vidéographiques[modifier | modifier le code]

  1. Marschall, Truchot et Goldnadel 2018, cf. minutage 12:46
  2. Marschall, Truchot et Goldnadel 2018, cf. minutage 12:20
  3. Bild 2019, cf. minutage 02:37 → [lire en ligne]
  4. a et b Alain Marschall, Olivier Truchot, « Les révélations fracassantes de Gérard Fauré : Jacques Chirac fumait de la cocaïne ! », Les Grandes Gueules, RMC « Le Grand Oral des GG »,‎ (lire en ligne [vidéo])
  5. a et b Alain Marschall, Olivier Truchot, « Gérard Fauré, ancien dealer de drogue : Le prince Moulay Abdallah, frère d’Hassan II, était homosexuel et pédophile », Les Grandes Gueules, RMC « Le Grand Oral des GG »,‎ (lire en ligne [vidéo])
  6. Verdez et Honegger 2018, cf. minutage 15:12 → [lire en ligne]
  7. Verdez et Honegger 2018
  8. Naulleau et Sy 2018
  9. Bild 2019
  10. Bénaïm 2020
  11. Lucet, Taponier et Barbara 2000

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ploquin 2016, p. 65 → [lire en ligne]
  2. Fauré et Peltereau 2018, p. 260 → [lire en ligne]
  3. Fauré et Still 2016
  4. Fauré et Peltereau 2018, p. 112 → [lire en ligne]
  5. a et b Fauré et Peltereau 2018, p. 9 → [lire en ligne]
  6. Fauré et Perltereau 2018, p. 14 [lire en ligne]
  7. Fauré Peltereau, p. 9, chap. 2 « … jusqu’en prison » : « [...] la malhonnêteté et la noirceur d’esprit de ma mécréante de mère » [lire en ligne]
  8. a et b Fauré et Perltereau 2018, p. 41, chap 5 « L’Espagne, ma deuxième patrie » : « […] Un problème de taille que j’eus avec le général Oufkir. […] Ce dernier, après avoir eu vent d’une liaison que j’entretenais avec sa femme du côté de Marbella … » [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]