Gérard Davet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davet.
Gérard Davet
Image illustrative de l'article Gérard Davet

Naissance (51 ans)
Courbevoie
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Journaliste
Spécialité journalisme d'investigation
Autres activités Écrivain, enseignant
Médias
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Le Monde

Gérard Davet, né le à Courbevoie[1], est un journaliste d'investigation français. Grand reporter au quotidien Le Monde, il est l'auteur, notamment avec Fabrice Lhomme, de nombreuses révélations sur les affaires, qu'elles soient politico-judiciaires ou économiques, voire sportives ; il a écrit, en collaboration avec Fabrice Lhomme, six livres d'enquête.

Gérard Davet est également professeur associé de journalisme d'enquête à Sciences Po et au Centre de formation des journalistes (CFJ-Paris), où il dirige, avec Fabrice Lhomme, le projet Spotlight à compter de septembre 2017 : 6 étudiants, six mois d'enquête, et un livre rendant compte chaque année de cette investigation, publié aux éditions Fayard, où il est auteur et directeur d'ouvrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts au Parisien[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut pratique du journalisme en 1987, il a d'abord commencé sa carrière au journal Le Parisien où il a traité l'actualité de la banlieue (1987-1993), puis l'actualité des faits divers au service des informations générales (1993-1999). Il a reçu le prix spécial de la fondation Varenne pour la presse quotidienne régionale, pour récompenser son enquête sur la maison d'arrêt de Fresnes[2][réf. insuffisante]. Il a ensuite été affecté au service politique (1998-2001) où il a notamment couvert l'actualité des Verts, puis deux conflits armés : le Kosovo, et l'Afghanistan.

Le Monde depuis 2002[modifier | modifier le code]

Gérard Davet rejoint Le Monde en au service des sports, où il est chargé de l'investigation, et révèle les dessous des transferts à l'Olympique de Marseille, la tentative de main-mise du milieu sur les clubs du sud de la France. Il est ensuite affecté au service société (2003-2005) où il couvre l'affaire Alègre. Il se spécialise dans l'enquête, sort des scoops comme l'affaire Charles Pieri, puis l'affaire Dominique Ambiel, révèle ensuite avec Hervé Gattegno les carnets Rondot dans l'affaire Clearstream. Il est alors chargé du suivi de Matignon au service politique, puis devient chef du service des informations générales.

Gérard Davet devient peu après grand reporter, intègre le service des enquêtes, dont il devient le chef adjoint en 2010. Il révèle notamment l'affaire Julien Dray et diffuse des informations exclusives liées au dossier Bettencourt.

À partir de , il est chargé de l'investigation au Monde, aux côtés de Fabrice Lhomme (qu'il rencontre à la fin des années 1980 au Parisien et avec qui il lie des relations professionnelles et amicales[3]). Il publie le best-seller Sarko m'a tuer, aux éditions Stock, « une enquête sur les victimes du sarkozysme ». Il couvre d'importantes affaires politico-judiciaires : HSBC, Kerviel, Karachi, Bettencourt, Areva, ou encore Bygmalion. Avec Fabrice Lhomme, il révèle notamment les écoutes réalisées sur Nicolas Sarkozy, le Kazakhgate, l'affaire Tapie, les listings HSBC (le scoop mondial Swissleaks), ou encore l'affaire Tomi. C'est dans ce cadre qu'il reçoit des menaces de mort par courrier en mars 2014[4], puis en septembre et décembre 2014, le visant explicitement lui et sa famille. En septembre 2014, il est placé sous protection policière pour 2 ans[5]. En octobre 2013, il publie French Corruption. La justice, à Paris, a ouvert une information judiciaire après les révélations, dans ce dernier livre, concernant le député Patrick Balkany, désormais mis en examen. Gérard Davet a aussi publié, en novembre 2014, le livre Sarko s'est tuer, chroniquant les onze affaires judiciaires dans lesquelles le nom de Nicolas Sarkozy est cité. C'est dans ce dernier ouvrage qu'est révélé le fameux déjeuner ayant réuni en juin 2014 l'ancien premier ministre François Fillon et le secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet. Déjeuner au cours duquel François Fillon aurait demandé à Jean-Pierre Jouyet l'accélération des procédures judiciaires visant son rival, Nicolas Sarkozy. François Fillon a par la suite déposé une plainte visant Gérard Davet et Francis Lhomme : le tribunal correctionnel de Paris a conclu à une relaxe en faveur des deux journalistes, grâce, notamment, à la production de l'enregistrement de la conversation entre les auteurs du livre et Jean-Pierre Jouyet.

En 2014, suite à la fuite d'un rapport organisée à l'Élysée, Gérard Davet et Fabrice Lhomme révèlent dans Le Monde qu'une information judiciaire secrète est menée par les juges Serge Tournaire et Hervé Robert sur le "parrain corse" Michel Tomi et ses soutiens étrangers dont le président Ibrahim Boubacar Keita (allié de François Hollande au Mali dans la lutte contre le terrorisme islamiste) bloquant les développements internationaux de l'enquête[6].

Le , à la suite des scoops de Gérard Davet et Fabrice Lhomme sur les affaires Bygmalion, Balkany et Kazakhgate, l'hebdomadaire Valeurs actuelles publie un article donnant les jours et heures de leurs récents rendez-vous professionnels à l'Élysée, au ministère de la Justice et au pôle financier, et les accusant d'être acquis au pouvoir socialiste[7]. L'article a été annoncé la veille par un tweet du directeur de l'hebdomadaire, Yves de Kerdrel : « Dans le prochain numéro de #Valeurs revoilà le cabinet noir contre #Sarkozy avec ses deux valets: les pseudojournalistes Davet et Lhomme ». Les deux intéressés ayant porté plainte, Yves de Kerdrel est condamné pour injures par le tribunal correctionnel le 12 janvier 2017[8].

En octobre 2016, il publie avec Fabrice Lhomme le livre Un président ne devrait pas dire ça..., une enquête sur le quinquennat de François Hollande, pour laquelle le président de la République a accepté de les recevoir une fois par mois en moyenne[5]. Deux mois après la publication de ce best-seller qui a entraîné de nombreuses polémiques, François Hollande annonce qu'il ne se représente pas à l'élection présidentielle.

Interviewer à la radio à partir de 2017[modifier | modifier le code]

Le , en compagnie de Fabrice Lhomme, ils deviennent interviewers politiques chaque vendredi sur Radio Nova[9]. L'émission s'est terminée en juin 2017, après les élections législatives.

Il a également été chroniqueur avec Fabrice Lhomme dans le magazine Actuality, sur France 2[3].

Affaire Bettencourt[modifier | modifier le code]

À partir de , Gérard Davet est chargé de l’enquête sur l'affaire Bettencourt. À cette occasion il est victime de l'« affaire des fadettes ». Son téléphone est placé sous surveillances à deux reprises par la DCRI, sur ordre de Bernard Squarcini, et l'IPGN, sur ordre du procureur Philippe Courroye. Son domicile est également cambriolé[10]. Il révèle l'affaire dans les colonnes du Monde à l'automne 2011, puis dépose deux plaintes, avec le quotidien[1], qui aboutiront à la mise en examen de Bernard Squarcini, puis à sa condamnation[réf. nécessaire].

Condamnation judiciaire[modifier | modifier le code]

Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont été condamnés le 7 octobre 2016 pour diffamation, après avoir attribué à l'acteur John Malkovich un compte caché en Suisse dans une filiale de la banque HSBC[11]. Cette condamnation est confirmée le 24 mai 2017 par la Cour d'Appel de Paris. Les deux journalistes ont été astreints à payer chacun une amende de 1 500 , et le directeur de la publication à 1 000 euros d’amende. Tous trois ont été condamnés à verser solidairement au total 10 000 euros de dommages et intérêts à John Malkovich[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF] Plainte contre Philippe Courroye, Le Monde.
  2. Liste des prix, Fondation Varenne.
  3. a et b Anna Topaloff, « Qui se cache derrière les machines à scoops ? », GQ no 110, juin 2017, pages 104-109.
  4. « Un journaliste du « Monde » menacé », Le Monde, 19 mars 2014.
  5. a et b AFP, « Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les frères jumeaux de l'investigation », L'Express,‎ (lire en ligne)
  6. Bienvenue place Beauvau - Police: les secrets inavouables d'un quinquennat, Olivia Recasens & Didier Hassoux & Christophe Labbé, Éditions Robert Laffont, 2017, Paris
  7. « Exclusif. Retour de Sarkozy : les rendez-vous secrets de deux journalistes du Monde », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne).
  8. « Le directeur de Valeurs actuelles condamné pour avoir injurié des journalistes du Monde », sur lexpress.fr, (consulté le 9 juillet 2017)
  9. « Gérard Davet et Fabrice Lhomme décrochent une interview politique sur Radio Nova », sur www.ozap.com, (consulté le 10 janvier 2017).
  10. Bettencourt: Cambriolage chez un journaliste du Monde, JDD, 25 octobre 2010.
  11. « Le Monde condamné pour avoir diffamé John Malkovich », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  12. « Malkovich cité à tort dans Swissleaks : la condamnation du "Monde" confirmée », Europe 1,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]