Géomembrane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étanchéité d'un bassin par géomembrane en polypropylène.

Les géomembranes sont des géosynthétiques assurant une fonction d'étanchéité. Elles sont généralement utilisées pour remédier aux pertes d'eau par infiltration, ou pour éviter la migration de polluants dans le sol.

L'appellation « géomembrane » est soumise à la norme AFNOR NFP 84-500[1].

Description[modifier | modifier le code]

Les géomembranes sont des produits adaptés au génie civil, minces, souples, continus, étanches aux liquides même sous des sollicitations de service.

Dans l'état actuel des techniques, ni les produits de faible épaisseur fonctionnelle (inférieure à un millimètre), ni les produits dont l'étanchéité est assurée uniquement par un matériau argileux, ne sont considérés comme des géomembranes.

Composition[modifier | modifier le code]

Les matériaux de base utilisés sont de trois types[2] :

Conditionnement[modifier | modifier le code]

Elles sont généralement stockées sous forme de rouleaux de longueurs et largeurs différentes, pouvant varier de 1 m par 10 m pour les géomembranes bitumineuses à 7,5 m par 200 m pour les géomembranes en polyéthylène par exemple.

Domaines d'emploi[modifier | modifier le code]

Elles sont utilisées en génie civil, bâtiment, agriculture, environnement et industries.

Les utilisations les plus répandues sont :

  • étanchéité des bassins d'eau ;
  • étanchéité des retenues collinaires ;
  • étanchéité des bassins de rétention anti-pollutions ;
  • étanchéité de murs enterrés ;
  • barrière active des casiers de stockage de déchets ;
  • confinement de déchets liquides.

Mise en œuvre[modifier | modifier le code]

Lors de la réalisation d’un ouvrage nécessitant une géomembrane, le choix du matériau et de l’épaisseur de cette dernière dépend de plusieurs critères tels que la nature du support (béton, terrain argileux, etc.), le type de produit en contact (eau, hydrocarbure, produits chimiques, etc.) ainsi que la vocation de l’ouvrage (confinement, rétention permanente ou temporaire, etc.).

Elles sont souvent thermo-soudables pour réaliser les joints dans des conditions de qualité et de fiabilité optimales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. NF P84-500 Avril 2013, Géomembranes - Dictionnaire des termes relatifs aux géomembranes
  2. Pierre WITIER, Gérard PLATRET, Hieu-Thao HUYNH, Fabienne FARCAS, Véronique BOUTEILLER, Daniel ANDRÉ, Yves MOUTON et Jean-Marie ANTOINE, Analyse et caractérisation de matériaux de construction, Techniques de l’Ingénieur, 1999