Géo-ingénierie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bloom algual de phytoplancton visible de satellite (ici en Atlantique Sud, au large de l'Argentine).
Le fer étant le principal facteur limitant de la croissance du plancton dans environ 1/3 de la surface océanique. L'un des buts des essais de fertilisation de l'océan par le fer est - en théorie - de favoriser de tels blooms par l'adjonction de fer dans l'océan, afin d'augmenter l'absorption de CO2 atmosphérique par le phytoplancton, en espérant que ce carbone sera ensuite en grande partie fixé dans les sédiments marins. L'expérience LOHAFEX de 2009, sur 900 km2 en Atlantique Sud n'a pas fonctionné. Le plancton a bien été produit, mais il était pauvre en diatomées et a été en grande partie mangé par du zooplancton sans couler vers le fond.

La géo-ingénierie (traduction de l'expression anglophone « geo-engineering ») est l'ensemble des techniques qui visent à manipuler et modifier le climat et l'environnement de la Terre en première intention et à grande échelle. L'objectif est généralement correctif, plus que préventif (le préventif relevant plutôt des écotechnologies et de l'écoconception). Elle ne doit pas être confondue avec la géo-ingénierie du sous-sol (mines).

On ignore encore quel pourrait être l'ampleur des efforts nécessaires, car comme le rappelait MacDougall en 2013, si (hypothèse du pire des cas) « les des rétroactions et non-linéarités naturelles du système Terre, telles que la fonte du permafrost, s'avèrent importantes, il pourrait être nécessaire de retirer de l'atmosphère plus de carbone que l'homme n'en a émis ».

Éléments de définitions[modifier | modifier le code]

Une définition française produire par un groupe réuni par l'ANR, se voulant « constructive et non dogmatique », publiée en 2014 est « La géo-ingénierie de l’environnement correspond à l'ensemble des techniques et pratiques mises en œuvre ou projetées dans une visée corrective à grande échelle d’effets de la pression anthropique sur l’environnement. Il importe de bien distinguer la géo-ingénierie qui met en jeu des mécanismes ayant un impact global sur le système planétaire terrestre des techniques et pratiques d'atténuation ou ayant simplement un impact local »[1]. Les auteurs précisent que cette définition « prend en compte la charge de valeurs (non neutralité axiologique) de la notion de géo-ingénierie »[1]. Pour ce groupe la traduction de l'anglais par le mot géo-ingénierie n'est pas satisfaisante ; d'autres traductions proposées sont « Ingénierie climatique et/ou environnementale, Ingénierie du système terre, Gaïa-ingénierie, Ingénierie globale, et Ingénierie (climatique) planétaire » qui ne semblent pas non plus se calquer sur le contenu sémantique du mot anglais[1].

Histoire de la géo-ingénierie et de sa perception[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, les géologues montrent que la terre a connu des périodes chaudes et froides et des environnement très différents au cours des âges, en lien notamment avec les teneurs de l'air en dioxyde de carbone et/ou en méthane.

À la fin des années 1940 on s'inquiète des effets possibles d'un hiver nucléaire planétaire en cas de troisième guerre mondiale si l'armement nucléaire était utilisé. Les changements climatiques intéressent de nombreux chercheurs, tant pour leurs causes que pour leurs effets. Les scientifiques montrent que l'Homme est devenu capable de modifier certains aspects de son environnement à une vitesse qui dépasse celle des grandes forces géologiques, et parfois avec de petits moyens (ex : effets des fréons sur la couche d'Ozone). Durant la guerre froide, « utiliser les modifications de l'environnement comme une arme possible devint un enjeu important pour les deux supers puissances et certains think tanks »[1].

On cherche alors à provoquer des pluies ou dompter des tornades, à des échelles locales, puis des propositions de géo-ingénierie ont été étudiées et parfois expérimentée par des armées en tant qu'arme de guerre] depuis la seconde guerre mondiale[2],[3],[4]. Des tentatives peu concluantes sont faites pour « modifier le climat des États-Unis dans les années 1950 et 1960 »[1] puis lors de la guerre du Vietnam, au début des années 1970[5]. Certains États s'inquiètent des effets des expériences faites par les pays riverains. Ainsi, en 1975, le Canada et les États-Unis signent un accord bilatéral « relatif à l’échange d’informations sur les activités civiles de modification du temps »[1].

En 1977, les usages militaires, sous l'effet de l'opinion publique notamment, sont réprouvée par les Nations unies[6], par la convention Convention sur l'interdiction d'utiliser des techniques de modification de l'environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles (ENMOD). L'opinion publique et la plupart des scientifiques selon l'historien de la météorologie aux États-Unis James Fleming qui évoque rétrospectivement en 2006 une « histoire pathologique » des modifications du climat[7] et qui dénonce en 2010 cette volonté démiurgique de contrôler le ciel et le climat[5] ; Kwa en 2001[8] ; Hamblin (2013) et le rapport[1] de l'ANR (2014) rejettent ces approches, mais comme une mode passée, qui réapparait parfois elles conservent des partisans, dont certains estiment qu'elles pourraient être développée pour un usage pacifique, dans le l'anthropocène et notamment dans le contexte de la conquête spatiale pour terraformer d'autres planètes afin de les rendre habitable, par exemple pour mars en transformant son atmosphère, thème repris ou anticipés par de nombreux auteurs de science-fiction.

La géo-ingénierie est un sujet volontiers repris par la science fiction et par les médias grand-public avec par exemple Libération du 8 avril 2013 ; Le Monde du 30 septembre 2006 ; La Tribune du 18 juin 2012...), mais aussi des journaux de vulgarisation scientifique et technique (ex : Science et Vie -hors série n°240 « Le climat » pages 158 à 162 ; Science et Vie n° 1071, pages 56 à 67 ; épisode de X:enius du 15 février 2013, sur Arte ; La Recherche du 19 juin 2012). En 2008 en Amérique du Nord, Discovery Channel a présenté une série documentaire télévisuelle (Project Earth) de 8 épisodes sur la géo-ingénierie, chaque épisode présentant une approche radicale de protection du climat (pour certaines relevant de la géoingénierie), émissions où l'on a pu constater selon le rapport 2014 de l'ANR que « la bonne télévision et la bonne science sont deux univers bien différents »[1].

En 2013, la géo-ingénierie par boisement intensif de grandes surface puis brûlage du bois dans des installations qu'on espère dans le futur capables de récupérer et stocker le carbone est citée par le GIEC dans la liste des options se présentant aujourd'hui comme disponibles[9] comme l'un des moyens étudiés pour contrecarrer les effets du réchauffement climatique dû à l'émission de gaz à effet de serre. Cette idée fait suite à la crainte que les changements climatiques ne deviennent tellement importants que des effets graves soient dorénavant inévitables, ou que des mécanismes de rétroaction accélèrent les changements climatiques même si les émissions étaient drastiquement réduites. La plupart[10],[11] des scientifiques, des environnementalistes et des ingénieurs qui prennent parti pour la géo-ingénierie la voient comme une mesure additionnelle requise pour stabiliser le climat, et non comme une alternative à une économie à basse émission de carbone.
Les détracteurs de cette approche l'assimilent à de la pensée magique et à une prise de risques inconsidérée tant les défis à relever semblent important, en particulier dans un contexte où les terrains à boiser ne sont pas disponibles, ce qui risque d'induire des processus d'accaparement de terres cultivables ou d'aires naturelles[12].
Le GIEC a ensuite précisé qu'il ne recommandait aucune stratégie d'atténuation ou politique climatique, et qu'il ne recommandait pas la géo-ingénierie comme une façon de limiter le réchauffement global à 1.5-2 °C à la fin du siècle.

Selon le rapport ANR 2014 (page 7), le concept et/ou le mot géo-ingénierie a chez certains un effet anxiogène, évoquant des expériences prométhéenne ou d'apprenti-sorcier, alors que pour d'autres, il a un effet libérateur et évoque une voie qui éviterait d'avoir à se préoccuper des émissions de gaz à effet de serre, des énergies fossiles et pourrait même éventuellement être une "source de valeur".

Typologies de la géoingénierie[modifier | modifier le code]

Dans un contexte de prise de conscience des phénomènes climatiques en jeu sur Terre, certaines entreprises très polluantes et notamment émettrices de gaz à effet de serre, des scientifiques et des hommes politiques s'interrogent sur la possibilité de sciemment les modifier en utilisant des technologies et produits disponibles.

La cible climatique est la plus souvent évoquée (contrôle des températures, précipitations, évènements extrêmes...) mais en théorie, les cibles de la géo-ingénierie pourraient aussi porter sur l'acidité globale des pluies ou des océans, le cycle global de l’eau et les hydrosystèmes, le cycle des eutrophisants dans l'eau, l'air et les sols et plus largement encore les grands cycles biogéochimiques (C, N, K, P et micronutriments, oligoéléments), la qualité de l’air, les gyres océaniques comme lieux de concentration des plastiques et de certains polluants, etc.[1].

Typologies de géoingénieries climatiques[modifier | modifier le code]

Selon un rapport[13] publié par Shepherd en 2009 pour la Royal Society, les techniques de géo-ingénierie visant à freiner ou stopper le réchauffement climatique peuvent être classées en deux grandes catégories :

  1. l'élimination du dioxyde de carbone dans l'atmosphère en tant qu'étant l'une des causes importantes du réchauffement climatique, c'est-à-dire en diminuant la quantité de l'un des gaz à effet de serre de l'atmosphère (qui est aussi un nutriment pour les plantes)
  2. le contrôle du rayonnement solaire (infrarouge notamment) atteignant la Terre, de manière à compenser certains effets de l'effet de serre en réduisant la quantité de rayonnement solaire absorbée par le système Terre-atmosphère, mais la lumière solaire est source de photosynthèse, base des puits de carbone naturel et de l'alimentation humaine.

La géo-ingénierie est toujours intentionnelle. Elle pourrait intervenir en première intention, mais aussi parfois en seconde intention en se greffant sur des lieux et activités pouvant l’accueillir[1].

Les moyens[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de méthodes sont imaginées ou disponibles pour modifier le climat, et notamment pour lutter contre le changement climatique observé aujourd'hui.

Ces moyens sont parfois très techniques (miroir dans l'espace par exemple, ou biotechnologies), mais l'ANR note qu'ils pourraient aussi être plus simples avec par exemple un changement à grande échelle des pratiques agricoles ou forestières[1] (ici ce sont des changements de pratiques, qui peuvent se passer de techniques nouvelles).

Augmentation de la quantité d'aérosols dans l'atmosphère[modifier | modifier le code]

Après l'éruption du Mont Pinatubo (en 1991), Paul Crutzen a proposé d'utiliser du soufre ou des dérivés soufrés sous forme d'aérosols de sulfate qui, massivement injectés dans l'atmosphère augmenteraient l'albédo atmosphérique. Il s'appuie sur une simulation selon laquelle une diminution de 1,8 % du rayonnement solaire atteignant la terre suffirait à compenser le réchauffement climatique consécutif à un doublement de la quantité de dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique[14]. Plusieurs études montrent que, bien que la solution ne soit pas sans conséquence, les obstacles logistiques semblent facilement surmontables. Cette option a même été qualifiée d' « extraordinairement bon marché » par l'économiste Scott Barrett[15]. Le coût, estimé entre 1 et 8 milliards de dollars par an, est jugé insignifiant à l'échelle de l'économie mondiale, comparativement aux investissements nécessaires pour réduire les émissions de CO2. En raison de ses implications mondiales et incertitudes, le déploiement de cette technologie (et même les premiers tests) posent de graves problèmes de gouvernance. L'absence d'autorité mondiale et les faibles coûts induits pourraient virtuellement autoriser un pays, ou un petit groupe de pays, à décider seuls du lancement d'un tel projet malgré les possibles conséquences physiques, chimiques, biochimique ou climatiques qui pourraient en découler. En particulier ces aérosols freineront le rétablissement de la couche d'ozone protectrice et modifieraient « la distributions régionales des précipitations »[16].

Si cette méthode permet sans doute d'éviter ou limiter le réchauffement, les modèles informatiques de la stratosphère montrent qu'elle n'évite pas un changement climatique. Même si la température moyenne de la Terre reste constante par rapport à son niveau actuel, elle peut être localement changée. Les modèles suggèrent un réchauffement des pôles et un rafraîchissement des tropiques, ainsi qu'une réduction des précipitations moyennes[17].

Enfin, comme le rappelle le rapport ANR 2014 sur la géoingénierie, la relative connaissance de « l'analogue naturel » (l'éruption volcanique) « ne dit rien sur les effets d'une éruption volcanique majeure alors qu'une injection artificielle est en cours » en termes de forçage radiatif. (ce type d'aérosol peut perdurer plusieurs années dans l'atmosphère[18].)

Du sulfate de fer pour développer le plancton[modifier | modifier le code]

20 % de l’océan sont recouverts de zones plus pauvres en plancton, principalement autour de l’Antarctique, qui constituent des zones pauvres en chlorophylle et riches en nutriments[réf. nécessaire]. Victor Smetacek part de ce constat pour développer un projet de fertilisation de l’océan Austral. En effet, selon lui, il suffirait de déverser du sulfate de fer dans le sillage d’un tanker dans cette zone du globe pour permettre le développement d’algues planctoniques capables de stocker d’impressionnantes quantités de carbone provenant du CO2 dissous dans l’eau. D’après les calculs de M. Smetacek[réf. nécessaire], cette technique permettrait de faire disparaître un milliard de tonnes de carbone par an, dès aujourd’hui, ce qui représente 15 % des émissions de gaz carbonique actuelles[réf. nécessaire]. Les conséquences écologiques de l'application de cette technique n'ont pas été étudiées.

En 2007, sur la base d'expériences conduites de 1993 à 2005, la revue Science publie une synthèse sur ce que pourrait donner un enrichissement de l'océan en fer à grande échelle[19]

En 2008 lors de la conférence sur la biodiversité de Bonn les gouvernements appelèrent à un moratoire sur la fertilisation des océans. L’année suivante (2009) l’Allemagne lança une douzième injection mondiale de particules de fer[20]. Celle-ci déboucha sur un désastre scientifique ce qui contribua à renforcer le moratoire. À la convention de Londres le moratoire fut confirmé. Cette même année, Boyd PW. l'auteur principal de la synthèse publiée en 2007 par Science, publie dans la revue Nature [21] et la communauté scientifique[22], tout comme le Secretariat de la Convention mondiale sur la biodiversité[23]estiment qu'on ne sait pas encore contrôler le plancton et « ne pas être en mesure d'évaluer les risques et les bénéfices de la fertilisation de l'océan »[1] ;

De la chaux pour tamponner le pH des eaux[modifier | modifier le code]

Une variante ou un complément consisterait à injecter une énorme quantité de chaux dans les eaux douces et marines, tapisser le sol des océans de calcaire pour éviter une trop grande variation du pH de l'eau vers l'acidification, synonyme de destruction des coraux et de l'écosystème marin. Les océans éviteraient ainsi l'acidification et seraient à même de continuer à capturer le CO2[24]. Un inconvénient serait la destruction des espèces qui ont besoin d'un pH acide pour vivre.

Météorisation augmentée[modifier | modifier le code]

La météorisation augmentée  (en) , enhanced weathering en anglais, consiste à augmenter la capacité de certains minéraux ou roches, comme l’olivine ou le basalte, à fixer le dioxyde de carbone atmosphérique, en les broyant finement et en les épandant sur des terres agricoles, où l’humidité leur permet de réagir plus vite avec le CO2. Un avantage de la méthode, c'est qu'en introduisant du ­carbone dans les sols agricoles sous forme de carbonates, on augmente leur fertilité. Une de ses limites est la quantité d’énergie nécessaire pour prélever les roches, les broyer et les transporter. Une autre est que l’olivine contient des métaux lourds qui pourraient passer dans la chaîne alimentaire. Le basalte, qui n'en contient pas, est moins efficace. Cette technique permettrait de retirer de l'ordre de 1 Gt CO2 par an de l'atmosphère[25].

Parasol spatial[modifier | modifier le code]

Roger Angel, astronome à l'université d'Arizona, a proposé en 2006, pour refroidir la Terre en cas d'urgence, de déployer un bouclier solaire au point de Lagrange L1 situé à 1 500 000 km de la Terre. Il serait constitué de 16 000 milliards d’écrans transparents de 60 cm de diamètre, pesant chacun 1 g. Ce dispositif pourrait réduire le flux lumineux de 1,8 % par déviation des rayons solaires. L'ensemble pèserait environ 20 Mt et serait lancé par une rampe électromagnétique. Le concept est basé sur des technologies existantes et pourrait être déployé pour un coût global de quelques milliers de milliards de dollars[26].

Création et dopage de puits de carbone[modifier | modifier le code]

L'idée est de stocker le CO2 sous une forme évitant sa fuite dans l'atmosphère[27]. La création de puits de carbone peut se faire selon différents moyens.

Le biochar a également été proposé pour doper la croissance des végétaux et la capacité du sol à stocker du carbone, tout en améliorant la productivité et fertilité de certains sols (tropicaux notamment), mais il y a encore des incertitudes sur la longévité de ce type de stockage et « il peut exister des conflits d'usage de la biomasse »[28].

Une solution apparemment simple pour stocker du carbone serait de planter des arbres. Cependant cette technique suggère deux éléments parfois difficiles à mettre en œuvre :

  • disposer d'assez d'eau et d'espace pour les besoins de ces arbres ; à titre d'exemple selon Jackson et al. (2005) les plantations faites en zone tempérée évapotranspirent 4 à 5 fois plus d'eau qu’une prairie (mais ils seront à terme parfois capables d'aller chercher l'eau plus profondément, selon le type de sol et sous-sol).
  • éviter ou contrôler les grands incendies de forêt, les maladies (phytopathogènes) et les déprédateurs capables de décimer de vastes parcelles de forêts, puis trouver une manière d'utiliser ou stocker sur le long terme (siècles et millénaires) le bois sans que celui-ci soit brûlé (dégagement de CO2) ou complètement livré à la décomposition (dégagement de CO2 et de CH4)[29]. Couper systématiquement les arbres en fin de croissance a été proposé (car au-delà la respiration et l'absorption évoluent vers un bilan carbone plus proche de la neutralité, voire parfois neutre), mais agir de la sorte serait détruire l'humus forestier qui est aussi un puits de carbone et qui est nécessaire aux arbres et à leurs symbioses mycorhiziennes.

En outre, alors que les zones climatiques se modifient avec le réchauffement global, le lieu boisé a son importance : les modélisation laissent penser que l'extension de forêts boréales en diminuant l'albédo terrestre aura un effet net (biophysique plus biogéochimique) de réchauffement, alors que le boisement dans les basses latitudes est susceptible d’augmenter l'évapotranspiration et avoir un effet de refroidissement net[30],[31],[32],[33],[34]. Deux équipes de chercheurs (Teuling et al.[35] et Rotenberg et al.[36]) ont en 2010 estimé que dans certaines régions arides ou semi-aride à sol clair, si l'on trouvait assez d'eau pour les besoins des arbres, ces derniers pourraient paradoxalement au moins dans un premier temps « augmenter le flux de chaleur sensible ». Enfin, certaines zones candidates pourraient devenir plus arides avec le dérèglement du climat et les activités humaines (drainage/pompage notamment), comme cela semble déjà le cas en Chine selon Liu et al (2006) dans des zones où les précipitations sont comprises entre 200 et 400 mm/an [37].

Les tourbières alcalines et les prairies permanentes sont aussi de bons puits de carbones, mais qui ne peuvent être restaurés qu'en présence d'eau ou sur certains sols, et ce type de prairie ne trouve plus la faveur des éleveurs qui sont nombreux à préférer l'élevage hors sol ou en prairies artificielles (semées).

Pour parer à la question des besoins en eau, certains ont imaginé créer des « arbres synthétiques » qui absorberaient le CO2 atmosphérique selon un procédé biomimétique optimisé, ou par un procédé de synthèse de carbonates par réaction chimique avec une solution basique (ex : NaOH, KOH,...) contenu dans la structure en forme d'arbre.

Géo-ingénierie saharienne[modifier | modifier le code]

La désertification, qui affecte le quotidien de deux milliards de personnes, est-elle réversible ?

Le Sahara, qui couvre presque un tiers de l'Afrique, est le plus vaste désert aride du monde.

La Grande barrière verte trans-saharienne est-ouest : 7 000 km de long, 15 km de large, à travers 11 pays, est conçue pour stopper la désertification du Sahel.

Le projet Roudaire-Lesseps, peut être amélioré, avec de puissantes pompes pour remplir le Chott El-Djérid : inondation d'environ 9 000 km2 de zones dépressives, à l'ouest du golfe de Gabès.

Cela permettrait la création de très vastes zones d'évaporation, pour plus de précipitations alentours, y compris la rosée.

Pour obtenir cette condensation, rare à proximité des plans d'eau, on peut construire des tours aérogénératrices à vortex propulsant l'air humide du niveau du sol jusqu'à des altitudes où le froid condensera la vapeur d'eau.

De plus les quantités d'eau de la Méditerranée consommées (plusieurs centaines de milliers de mètres cubes par heure en journée) contribueraient à lutter contre la montée des eaux océaniques.

Les dépressions de Qattara ont une superficie de 2 000 à 3 000 km2 et la plus proche est à une quarantaine de kilomètres de la Méditerranée...

SaharaCenterCity est un projet de ville nouvelle à vocation internationale et serait un élément déterminant en faveur d'un rééquilibrage géopolitique.

Ces éléments de solution multifactorielle pourraient aisément être financés par une taxe Tobin de 1 %.[réf. nécessaire]

Modification de l'Albedo[modifier | modifier le code]

Une solution parfois évoquée, plus proche de l'adaptation au changement climatique (et complémentaire à l'injection d'aérosol dans l'atmosphère) est le blanchiment des villes ou au moins des toitures, mais qui ne saurait compenser la disparition du pôle nord en été, et nuirait au développement du solaire photovoltaïque, qui est une alternative aux énergies fossiles et fissiles [38]. Les peintures blanches diminuant l'albédo pourraient être enrichies en catalyseur leur permettant d'aussi contribuer à dégrader le méthane, les NOx ou d'autres polluants[39]..

Limites éthiques, morales et de responsabilité sociale de la géo-ingénierie[modifier | modifier le code]

De nombreux chercheurs et associations (Etcgroup - Canada) s'élèvent contre le développement de la géo-ingénierie, et contre sa présentation dans le monde économique comme source potentielle de « création de valeur » « de nature à aiguiser les appétits de développeurs d’affaires. », comme le montre un début d'appropriation vénale concrétisé par de premiers dépôts de brevets[40]

Cette question de l'aléa moral (effet pervers induit par les changements scientifiques) a été soulevée par le canadien David Keith (en)[41] et par Martin Bunzl[42].

De leur point de vue, au lieu de tenter de corriger leurs erreurs en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, la géo-ingénierie s'apparenterait à une fuite en avant : la technologie de demain est censée résoudre les désordres engendrés par la technologie d'hier.
Au-delà de l'aspect moral, ces critiques mettent généralement aussi en avant :

  • l'absence de transparence quand aux essais réalisés durant la guerre froide[1] ;
  • des enjeux énormes et des risques pour les biens communs (que sont l'eau, la mer, l'atmosphère, l'énergie solaire...), ici traités par des réponses ou projets de réponses n'ayant fait l'objet d'aucun débat public quand aux enjeux, motifs, justifications, moyens et effets recherchés, ou encore sur la localisation des effets positifs et d'éventuelles conséquences négatives ou sur le "choix" des bénéficiaires attendus, ou encore sur les risques rétroactions et effets secondaires certains (anticipés ou non), et enfin sur le degré de réversibilité des changements induits. La gouvernance (qui déciderait ? s'intérroge Bodansky en 2011[43] et dans quelle condition[44]) de telles mesure n'est pas discutée, ni ce qui se passerait en cas d'échec[1] ;
  • l'absence de connaissance des effets secondaires de la géo-ingénierie, et donc de certitude sur les impacts écologiques, étant donnée la complexité du système climatique et de ses liens avec la biodiversité et la santé. Jouer à l'« apprenti-sorcier » à grande échelle en modifiant les mécanismes d'autorégulation du système climatique pourrait s'avérer dangereux ;
  • le fait que des acteurs économiques concernés se dédouanent ainsi du poids de leur responsabilité ; ces derniers relativisent la gravité de la situation climatique globale, et la nécessité de réduire leurs émissions, puisqu'il existerait une solution alternative (qu'ils présentent souvent comme moins coûteuse, et plus immédiate). Puisqu'il existe une solution qui semble possible, pourquoi ne pas la tester ? en s'exonérant du caractère urgent des mesures à prendre pour diminuer ses émissions. C'est un moyen de « repousser à demain et sur d’autres instances que la sienne, en l’occurrence sur les champions de la géo-ingénierie, la responsabilité de l’action à entreprendre ou de l’inaction ; Elle participe à cette croyance inébranlable dans « le progrès » , grâce auquel tout problème trouvera toujours une solution technique ; - Elle offre un terrain d’entente objective avec les thèses climato-sceptiques »[1].

Législation[modifier | modifier le code]

  • Depuis 1978 une Convention internationale (convention ENMOD) interdit d'utiliser des techniques de modification de l'environnement à des fins militaires (ou toutes autres fins hostiles). 74 pays sont signataires de cette convention ;
  • En 1972, dans le cadre du Protocole de Londres de 1996, les États membres de l'Organisation maritime internationale (OMI) ont voté une interdiction de fertilisation des océans dans les eaux internationales, avec une exception pour des « recherches scientifiques « légitimes » et de « petite échelle » »[45] ;
  • En 1992 les objectifs de la Convention Cadre des Nations-Unies sur le changement climatique (CCNUCC) mentionnent dans son article 2 qu'elle vise à prévenir toute interférence anthropique dangereuse avec le climat. Lin (2009) juge que ceci inclue la géo-ingénierie, mais d'autres auteurs comme Bodansky en 2011 estiment que cette convention est juridiquement trop faible pour réellement s'imposer au politique ;
  • en 1992, au Sommet de la Terre de Rio, la Convention sur la diversité biologique demande aussi aux États de protéger la biodiversité. En 2010, la conférence des parties adopte un texte interdisant le déploiement de techniques d'ingénierie climatique [46], mais ce texte est un engagement non-contraignant et il tolère des expériences que les besoins de la recherche justifieraient ;
  • le 22 mars 1985 est lancé le protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone ; il rend théoriquement impossible (pour les 196 pays signataires) l'injection d'aérosols stratosphérique et de toute autre substance susceptible d'appauvrir la couche d'ozone.

Réflexion prospective[modifier | modifier le code]

En France, l'Agence nationale de la Recherche a lancé, avec le CNRS et d'autres partenaires des « ateliers de réflexion prospective » (ARP), ouverts au secteurs publics et privés, et visant à « ’encourager la réflexion collective prospective au sein de la communauté scientifique sur des thématiques transverses, à forts enjeux sociétaux et scientifiques, afin d'identifier de nouvelles pistes et questions de recherche », dont notamment sur la géoingénierie de l'environnement, avec un rapport final rendu en 2014[1].

Au Royaume-Uni, le groupe d'Oxford composés d'universitaires favorables à l'expérimentation et/ou au développement de la géo-ingénierie promeut son contrôle par la société tout entière. Il a pour cela proposé 5 principes (dits « principes d'Oxford ») à respecter pour l'acceptabilité de la géo-ingénierie :

  1. réglementer la géo-ingénierie en l'inscrivant dans la sphère publique et le bien public ; en veillant à ce d'éventuelles participations du secteur privé soient réglementées par des organismes adéquats (au niveau national et/ou international, d'une manière propre à toujours préserver l'intérêt général[47] ;
  2. ouvrir le processus de décision aux citoyens et au grand public ; les chercheurs en géo-ingénierie, devraient donc notifier, consulter et idéalement obtenir l’approbation informée de ceux qui seraient affectés par ces activités de recherche[47] ;
  3. divulguer et publier ouvertement les résultats de la recherche. Tous les résultats de toute recherche en géo-ingénierie (y compris les conclusions ou résultats négatifs) devraient être publiés et accessibles[47] ;
  4. faire évaluer par une instance indépendante (internationale et/ou régionale en fonction des impacts) les impacts environnementaux et socio-économiques de la recherche en géo-ingénierie[47] ;
  5. développer la gouvernance avant tout déploiement, qui ne devrait être lancé qu'après la mise en place des structures robustes de gouvernance, s'appuyant tant que possible sur les règles et institutions existantes[47].

Kwa et Van Hemert en 2011 puis Macnaghten et Szerszynski en 2013 estiment cependant que ces principes ne prennent pas encore assez en compte le processus politique d’articulation des enjeux, et selon le rapport ANR 2014, cette recherche devrait être « complètement transparente, ouverte et sans préjugé relatif à l’adoption de la géo-ingénierie » - ingénierie,

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo - ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, 89 p
  2. http://www.theguardian.com/uk/2001/aug/30/sillyseason.physicalsciences The Guardian
  3. http://www.thecanadianencyclopedia.com/fr/article/pluie-production-artificielle-de-la/
  4. http://science.howstuffworks.com/environmental/earth/geophysics/manufacture-water2.htm
  5. a et b Fleming JR (2010). Fixing the sky: The checkered history of weather and climate control. New York :Columbia University Press, 344 p
  6. http://www.un.org/fr/disarmament/instruments/enmod.shtml
  7. Fleming JR (2006). The pathological history of weather and climate modification : Three cycles of promise and hype. Historical Studies in the Physical and Biological Sciences. 37:3-25. doi:10.1525/ hsps.2006.37.1.3
  8. Kwa C (2001). The rise and fall of weather modification: Changes in American attitude toward technology, nature and society. In: Miller CA, Edwards PE. Changing the atmosphere: expert knowledge and environmental governance . MIT Press , pp. 135 - 165.
  9. http://www.climatechange2013.org/images/uploads/WGIAR5_WGI-12Doc2b_FinalDraft_Chapter07.pdf
  10. (en) « Climate change have we lost the battle » (consulté le 30 mai 2015)
  11. (en) « A Combined Mitigation/Geoengineering Approach to Climate Stabilization » (consulté le 30 mai 2015)
  12. ET Group (2014) Will Unicorns Save us from Climate Change? (BECCS won’t.) IPCC’s latest recommendations based on dangerous “magical thinking”: observers, publié 31 oct 2014, consulté 2015-09-05
  13. Shepherd J (2009 ), climate.pdf Geoengineering the Climate : Science, governance and uncertainty. The Royal Society, 98 p.
  14. (en) Paul J. Crutzen, « Albedo enhancement by stratospheric sulfur injections », Climatic Change, vol. 77, no 3-4,‎ , p. 211-219 (lire en ligne)
  15. (en) Scott Barrett, « The Incredible Economics of Geoengineering », in Environmental and Resource Economics, janvier 2008, Volume 39, no 1, pp. 45-54 [présentation en ligne]
  16. O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, voir Chap Injection d'aérosols stratosphériques page 16/89
  17. (en) Lift-off : Research into the possibility of engineering a better climate is progressing at an impressive rate—and meeting strong opposition - The Economist, 4 novembre 2010
  18. O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, voir l'encart Analogues naturels et injection d'aérosols stratosphériques (page 42/89)
  19. Boyd PW et al (2007). Mesoscale iron enrichment experiments 1993-2005: Synthesis and future directions. Science, 315:612-617. doi:10.1126/science.1131669
  20. Alternatives sud, p. 165
  21. Boyd PW (2009) Geoscience Geopolitics of geoengineering. Nature Geoscience 2009. 2:812. doi:10.1038/ngeo710
  22. Buesseler K.O et al. (2008) Ocean iron fertilization-moving forward in a sea of uncertainty. Science 2008, 319:162 . doi: 10.1126/science.1154305
  23. Convention on Biological Diversity (2009) Scientific Synthesis of the Impacts of Ocean Fertilization on Marine Biodiversity , Montreal. (Lien vers le site de la convention)
  24. Les 7 projets de géo-ingénierie dont on parle, 24 mars 2010
  25. « Climat : broyer des roches pour absorber du CO2 », sur Le Monde,‎ (consulté le 22 novembre 2015)
  26. (en) Roger Angel, « Feasibility of cooling the Earth with a cloud of small spacecraft near the inner Lagrange point (L1) », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 103, no 46,‎ , p. 17184-17189 (lire en ligne)
  27. "Réparer la planète : La révolution de l'économie positive - Prix du Livre Environnement 2008" de Maximilien Rouer et Anne Gouyon - Éditeur : Jean-Claude Lattès et BeCitizen (coédition) (2007)
  28. O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, voir Chap Augmentation du carbone organique des sols par apport de Biochar page 15/89
  29. Géo-ingénierie, l'ultime recours ? : Que propose-t-on de faire ?
  30. Bonan GB, Pollard D, Thompson SL (1992). Effects of boreal forest vegetation on global climate . Nature , 359 :716 - 718. doi: 10.1038/359716a0
  31. Bonan GB (2008), Forests and climate change : forcings, feedbacks, and the climate benefits of forests. Science, 320:1444 - 1449. doi:10.1126/science.1155121
  32. Betts RA (2000). Offset of the potential carbon sink from boreal forestation by decreases in surface albedo. Nature, 408:187 - 190 ; Doi:10.1038/35041545
  33. Bala G et al (2007). Combined climate and carbon-cycle effects of large-scale deforestation. Proc. National Acad. Sci. , 104:6550-6555. doi:10.1073/pnas.0608998104
  34. Bathiany S, Claussen M, Brovkin V, Raddatz T, Gayler V (2010). Combined biogeophysical and biogeochemical effects of large-scale forest cover changes in the MPI earth system model. Biogeosciences , 7:387 -428. doi:10.5194/bgd-7-387-2010
  35. Teuling AJ, et al. Contrasting response of European forest and grassland energy exchange to heatwaves. Nature Geoscience2010, 3:722–727. doi:10.1038/ngeo950
  36. Rotenberg E & Yakir D (2010). Contribution of semi-arid forests to the climate system. Science , 327:451 - 454. doi: 10.1126/science.1179998
  37. O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, voir Chap Augmentation du carbone organique des sols par apport de Biochar page 15/89
  38. O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, voir fig 1, p 12/89 p
  39. O. Boucher & al. (2014) 1 Atelier de Réflexion Prospective REAGIR Réflexion systémique sur les enjeux et méthodes de la géo-ingénierie de l'environnement, co-publié par Réagir, CNRS, Apesa, ANR ; PDF, voir Chap Méthane et chimie atmosphérique page 27/89
  40. Bronson D, Mooney P, Wetter K.J (2009), Retooling the Planet ? Climate chaos in a geoengineering age Rapport préparé par les membres du groupe ETC (http://www.etcgroup.org) pour la Swedish Society for Nature Conservation
  41. DOI:10.1038/463426a
  42. DOI:10.1088/1748-9326/4/4/045104
  43. Bodansky D (2011) Governing climate engineering scenarios for analysis : Dicussion Paper. Harvard Project on Climate Agreements 11:11-47
  44. Bodansky D (2013). The who, what, and wherefore of geoengineering governance ». Climatic Change , 121:539-551. Doi:10.1007/s10584-013-0759-7
  45. IMO (2008)
  46. CBD (2010)
  47. a, b, c, d et e Rayner S & al (2013), The Oxford principles Climatic Change, 121:499-512. doi: 10.1007/s10584-012-0675-2

Sources[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alternatives Sud (2013), Économie verte : marchandiser la planète pour la sauver ?, Volume 20-2013/1, Éditions Syllepse, 2013
  • Bellamy R, Chilvers J, Vaughan NE, Lenton TM (2012). A review of climate geoengineering appraisals. WIREs Climate Change , 3: 597

-615. doi:10.1002/wcc.197

  • Belter CW (2013), Seidel DJ. A bibliometric analysis of climate engineering research. WIREs Climate Change , 4:417 – 427. doi: 10.1002/wcc.229
  • Bengtsson L (2006). Geo-engineering to confine climate change: Is it at all feasible ? Climatic Change , 77: 229 - 234. doi:10.1007/s10584-006-9133-3
  • (en)Climate Intervention: Carbon Dioxide Removal and Reliable Sequestration, 2015, National Academies Press (en) (ISBN 978-0-309-30529-7) [lire en ligne]
  • (en)Climate Intervention: Reflecting Sunlight to Cool Earth, 2015, National Academies Press (en) (ISBN 978-0-309-31482-4) [lire en ligne]
  • Hamilton C (2013), Les apprentis sorciers du climat, collection Anthropocène, Éditions du Seuil, (ISBN 9782021120264)
  • Valéry Laramée de Tannenberg et Bertrand Guillaume (2012), Scénarios d'avenir, futurs possibles du climat et de la technologie Éditions Armand Colin,
  • Rayner S (2010), The geoengineering paradox. The Geoengineering Quarterly 20 mars 2010
  • Rayner S, Redgwell C, Savulescu J, Pidgeon N, Kruger T. () Memorandum on draft principles for the conduct of geoengineering research. House of Commons Science and Technology Committee, The Regulation of Geoengineering.

Articles connexes[modifier | modifier le code]