Généalogie de Jésus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Généalogie de Jésus dans l’évangile de Luc - manuscrit du livre de Kells, Irlande, vers 800 de l'ère chrétienne.

La généalogie de Jésus est l'ascendance de Jésus de Nazareth décrite dans deux passages du Nouveau Testament. Elle est donnée dans les deux évangiles synoptiques les plus tardifs : Matthieu (Mt 1,1-17) et Luc (Lc 3,23-38). Ces deux passages, qui appartiennent au Sondergut de l'un et de l'autre, sont considérés par l'exégèse biblique comme des ajouts ultérieurs ne faisant pas partie de la rédaction originelle. Le plus ancien des quatre évangiles canoniques, celui de Marc, ne propose pour sa part aucune lignée relative à Jésus.

Les deux textes présentent un schéma inverse : la généalogie est descendante chez Matthieu (d'Abraham à Jésus) et ascendante chez Luc (de Jésus à Adam et à Dieu). Tous deux privilégient le lien agnatique et sont identiques entre Abraham et David, mais diffèrent radicalement après.

Sous la forme de l’arbre de Jessé (du nom du père du roi David), la généalogie de Jésus est un motif fréquent dans l'art chrétien entre les XIIe et XIVe siècles.

Histoire et datation des textes[modifier | modifier le code]

Généalogies[modifier | modifier le code]

D’Adam à Abraham[modifier | modifier le code]

Luc fait remonter la lignée à Adam, et même à Dieu.

Cette généalogie est celle des patriarches de la Genèse, reprise à l'identique dans le Premier Livre des Chroniques, mais Luc y ajoute un deuxième Kaïnam, entre Arphaxad et Sala (ce qui correspond à la bible des Septante[réf. nécessaire]).

Génèse[1],[2]
1 Chroniques[3]
Luc[4] Autre orthographe[Note 1]
Dieu
Adam
Seth
Énosch Énos Énosh
Kénan Kaïnan
Mahalaleel Maléléel Mahalalel
Jéred Jared Yared
Hénoc Énoch Hénoch
Metuschélah Mathusala Mathusalem
Lémec Lamech
Noé
Sem
Arpacschad Arphaxad Arpakshad
Kaïnam (en)
Schélach Sala Shélah
Héber Eber
Péleg Phalek
Rehu Ragau Réou
Serug Seruch Seroug
Nachor Nahor
Térach Thara Terah
Abraham Abram

D’Abraham à David[modifier | modifier le code]

Entre Abraham et le roi David, les généalogies de Matthieu et de Luc diffèrent par deux descendants de Esrom : Aram pour Matthieu, Arni et Admin pour Luc.[réf. nécessaire]

Selon Matthieu Mt 1,1-6 :

Selon Luc Lc 3,32-34 :


En plus de Marie et de Bethsabée (la femme d'Urie) nommées dans la suite, Matthieu nomme ici trois femmes : Juda engendra de Thamar Pharès et Zara ; (...) Salmon engendra Boaz de Rahab ; Boaz engendra Obed de Ruth ; Luc ne nomme aucune femme. De Pharès (Perets) à David, la généalogie est extraite du dernier chapitre du Livre de Ruth (Rt 4,18-22).[réf. nécessaire]

De David à Jésus[modifier | modifier le code]

L'arbre de Jessé - vitrail de la cathédrale de Chartres (1145).

Entre David et Joseph, les généalogies de Matthieu et de Luc diffèrent radicalement, passant par deux fils différents de David : le roi Salomon ou Nathan. [réf. nécessaire]

Selon Matthieu Mt 1,7-16 :

Selon Luc Lc 3,23-31 :

La généalogie selon Matthieu commence avec Salomon et se poursuit avec les rois de Juda jusqu’à Jeconiah, en suivant la généalogie du Premier livre des Chroniques 1Ch 3:10-24. Quelques-uns des rois de Juda sont laissés de côté cependant. Osias est ainsi donné comme le fils de Joram, en sautant ainsi quatre générations 1Ch 3:11-12. Cette ascendance fait de Jésus l’héritier légitime du royaume d'Israël. La lignée des rois s’arrête avec Jeconiah et la conquête d’Israël par les Babyloniens. La généalogie continue avec le fils de Jeconiah et son petit-fils Zorobabel, qui est une figure notable du livre d'Esdras. Les noms de Zorobabel à Joseph n’apparaissent nulle part dans l’Ancien Testament ou d’autres textes (avec quelques exceptions).[réf. nécessaire]

La généalogie selon Luc passe par Nathan, un autre fils de David, par ailleurs peu connu (1Ch 3:5). Elle recoupe cependant celle de Matthieu sur deux noms : Salathiel et Zorobabel.[réf. nécessaire]

Interprétations[modifier | modifier le code]

Destination[modifier | modifier le code]

La généalogie de Matthieu serait davantage destinée aux Juifs afin de les convaincre que Jésus était bien le Messie attendu, le « fils de David », c’est-à-dire l’héritier légitime des rois de Juda. La généalogie de Matthieu implique le titre de Christ de Jésus, en tant que roi Oint du Seigneur. Jésus est identifié à un nouveau roi appelé Christ. Matthieu place sa généalogie au début de son évangile, plaçant les naissances les unes après les autres comme dans les actes publics, établissant ainsi que Jésus est héritier de David.

La généalogie de Luc serait davantage destinée aux chrétiens d'origine non juive.

Finalité[modifier | modifier le code]

Ces deux généalogies n'ont pas un objectif historique mais théologique qui demeure commun et réside dans l'affirmation de la foi en la messianité de Jésus : étant de la descendance de David, il peut devenir « roi des Juifs »[5]. Leur divergence viendrait des différences entre les communautés chrétiennes au sein desquelles les deux évangiles ont été composés et pour lesquelles ils ont été écrits[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit ici de l'orthographe admise sur Wikipédia pour les titres d'articles. L'orthographe retranscrite dans les tableaux est celle de la Bible Segond de 1910.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]